Timing is everything. Dans un marché où de nombreux pilotes s'imaginaient ailleurs sans vraiment savoir où, et où les constructeurs pensaient attirer Fabio Quartararo sans vraiment savoir comment, le Français a vu ses chances d'exfiltration se réduire. Insatisfait des performances de sa Yamaha lors de trois des quatre premières manches de la saison, pas franchement enthousiaste pour la suite malgré le début de la tournée européenne, le champion du monde en titre va devoir choisir. Un peu plus vite que prévu. Avec moins de choix qu'auparavant.
Saison 2022
Passion intacte, Marquez s’inspire de Nadal : "Les gens pensaient qu’il était fini…"
29/06/2022 À 12:56
Il y a quelques semaines, El Diablo avaient encore "2,5" propositions - selon les chiffres de son agent Eric Mahé - sur la table. Autrement dit, parmi Honda, Ducati et Suzuki, deux constructeurs avaient manifesté un intérêt plus concret que le troisième, Aprilia ayant déjà recruté son "Top Gun" (Maverick Viñales) et KTM ayant déjà tout ce qu'il faut en magasin. Le début de saison devait permettre au Niçois de peser le pour et le contre pour chacune de ces trois options. Il a surtout réduit la voilure.

Ducati et Suzuki ont fermé la porte

De Doha à Austin, de Mandalika à Termas de Rio Hondo, les performances de Quartararo n'ont, en rien, remis en cause ses qualités et son talent. Mais par la force des choses, elles ont permis à d'autres pilotes de se mettre en valeur, poussant certaines équipes à se concentrer. Enea Bastianini, leader du Mondial avec une machine éprouvée, et Jorge Martin, épatant en qualification, ont donné des idées à Ducati. Ce, alors que Jack Miller et Francesco Bagnaia, les deux titulaires de l'équipe d'usine, ont raté leur entame d'exercice.
"Avec tout le respect que nous avons pour Fabio [Quartararo] et Joan [Mir], nous nous dirigeons plutôt vers un pilote qui est déjà chez Ducati, a confié Paolo Ciabatti, directeur sportif de la firme italienne, dans des propos relayés par nos confrères de Ouest-France. On a beaucoup de très jeunes pilotes qui sont déjà très rapides. Ça ne vaut pas la peine de regarder ailleurs. Nous pensons donc plutôt choisir parmi les pilotes qui sont déjà chez Ducati cette année."
Chez Suzuki, Alex Rins est en progression constante et dans la course au titre, devant son coéquipier Joan Mir, champion du monde en 2020. Là aussi, l'évidence n'en est plus une. "Fabio c'est Fabio !, souriait Livio Suppo, nouveau boss de l'écurie, auprès de Canal+. Il a fait une saison incroyable l'an passé, il est le seul pilote Yamaha très fort. C'est sûr que c'est un champion du monde, mais je pense honnêtement qu'Alex et Joan sont au même niveau."

Quartararo avec Marquez plutôt qu'après

Reste donc une option, Honda, où l'idée d'assurer la succession de Marc Marquez pourrait laisser place à une éventuelle cohabitation. La performance du sextuple champion du monde au Texas a ravivé l'espoir d'un retour au plus haut niveau. Son coéquipier Pol Espargaro, dont le contrat expire à la fin de l'année, pourrait ainsi devoir céder son guidon au Français… pour qui cette possibilité n'est plus un sujet tabou. "Il faut que j'y réfléchisse, avait-il répondu, à ce sujet, à l'un de nos confrères de Sky Sport. Mon avenir n'est pas encore défini. C'est une décision qui prend du temps, mais c'est une chose à laquelle il faut réfléchir."

Marc Marquez (Honda) devant Fabio Quartararo (Yamaha) au Grand Prix des Amériques, le 10 avril 2022

Crédit: Getty Images

Chez Honda, El Diablo pourrait remettre l'écurie la plus prestigieuse du monde sur le devant de la scène, faire partie d'une nouvelle "Dream Team", disposer de moyens techniques plus fournis et pousser la comparaison avec Valentino Rossi. Les motivations seraient nombreuses. Les défis seraient grands.
Saison 2022
Suzuki se retirera du MotoGP à la fin de la saison
02/05/2022 À 16:55
Saison 2022
Un espoir pour le GP des Etats-Unis ? Marquez de retour sur la piste en Catalogne
05/04/2022 À 14:29