Après une édition 2020 annulée et un rendez-vous effectué en ligne l'été dernier, le retour des meilleurs joueurs de la planète autour des tables du Casino Rio All-Suite de Las Vegas a incontestablement remis sur le devant de la scène une atmosphère fantastique. Une ambiance et une joie non-mesurée ayant notamment permis au joueur allemand de 31 ans de prouver qu'il a désormais sa place parmi le gotha mondial au poker.
Strass et paillettes
Pour un retour presque à la normale, Las Vegas a accueilli un événement quasi-habituel dans le monde du poker et toujours aussi décalé auprès de certains joueurs, trouvant la concentration au sein de techniques particulières. Cette saison, pas de cheveux teints en rose à l’image de ce qu’avait fait Gavin Griffin sur l’EPT il y a quelques années mais toujours les traditionnels chapeaux, larges lunettes de soleil et autres aspects vestimentaires, disons, particuliers ! Une différence permettant à ces joueurs de donner le meilleur d’eux-mêmes, d’une certaine manière.
Poker
Jason Koon, la nouvelle sensation du poker américain
23/11/2021 À 15:50
Habitué aux styles rudimentaires et à la simplicité en toutes occasions, le Berlinois Aldemir n'a pour sa part, pas eu besoin de tels aspects pour se concentrer sur son jeu et prouver une fois de plus que son immense talent méritait ce titre suprême. Après une longue partie dans l'événement principal, le joueur - qui vit à Vienne - a fini par se séparer de l'Américain George Holmes pour s'attribuer le titre de champion du monde en No-limit Hold'em et accessoirement, les 8 millions de dollars de récompense.
Vainqueur sans bracelet
Dans le monde des WSOP, il est possible de connaître l'expérience d'une table et intrinsèquement d'un joueur, grâce au nombre de bracelets possédés, ces fameux « trophées » remportés en fonction des performances lors de ces mêmes WSOP. À la table finale de l'événement principal, seul un des neuf participants en possédait un, à savoir Chase Bianchi. Un surcroît d'expérience qui, sur le papier, ne lui a pas permis de faire la différence, étant éliminé en seconde position.
Au total, Aldemir aura, lui, recueilli un pourcentage de chips à plus de 35% contre 21% pour son dauphin Holmes, de quoi prouver une domination sans partage tout au long de cette partie, clôturée dans la nuit du 17 ou 18 novembre en France.
Il va sans dire qu'avec ce succès, le joueur professionnel allemand signe le plus grand exploit de sa jeune et prometteuse carrière. Après trois places de finaliste au sein des événements principaux de l'EPT et du WPT, il aura sûrement pour objectif d'étoffer cette nouvelle ligne de son palmarès avec l'un de ces prestigieux tournois mondiaux dans les semaines à venir.
Les Français échouent aux portes de la grande finale
Si cette grande compétition a permis de retrouver des légendes du jeu à ses tables lors du « Main Event » comme les célèbres Doyle Brunson, Chris Moneymaker ou encore Johnny Chan, les joueurs français n'ont eux, pas réussi à sortir le grand jeu et atteindre la finale.
Et pourtant ! Nicolas Vayssières et Nicolas Dumont se sont respectivement classés 17ème et 23ème de cet événement, échouant non loin de la grande finale. Pour la petite histoire, c'est d'ailleurs Vayssières qui s'est chargé de mettre fin à la compétition de son compatriote puisqu'ils se trouvaient dans la même partie.
Dumont quittant la table avec 241 800$ et Vayssières quelques heures plus tard avec 305 000$, les deux joueurs français auront tout de même montré un beau visage avec deux « deep runs » et l'envie d'ores et déjà, d'en découdre la saison prochaine.
Poker
Rok Gostisa remporte le WPT World Online Championships
03/10/2021 À 21:36
Poker
Erik Seidel, le collectionneur de bracelets WSOP
21/09/2021 À 16:26