Getty Images

Dakar 2019 : Sébastien Loeb remporte la 2e étape

Loeb : la réponse du champion !

Le 08/01/2019 à 16:20Mis à jour Le 08/01/2019 à 17:09

DAKAR 2019 - Après une étape inaugurale décevante durant laquelle il a perdu six minutes, le pilote français s'est imposé ce mardi lors de la 2e étape du Dakar et se replace au général en pointant à la 5e place.

Six minutes dans la vue sur la première étape, une victoire sur la deuxième, Sébastien Loeb (Peugeot) a fait parler l'orgueil ce mardi entre Pisco et San Juan de Marcona ! Le Français, nonuple champion du monde WRC, a devancé d'un souffle, huit secondes exactement, l'Espagnol Nani Roma (Mini). Le Néerlandais Bernhard ten Brinke (Toyota) complète le podium alors que le nouveau leader du classement général s'appelle Giniel de Villiers (Toyota). Loeb remonte à la 5e place.

Deuxième du Dakar 2017 et contraint à l'abandon en 2018, Sébastien Loeb décroche sa 11e victoire d'étapes en quatre éditions. Très bien partis sur les 342 kilomètres de l'étape du jour, le Français et sa Peugeot DKR 3008 ont résisté au retour effréné de Nani Roma. Repoussé à six minutes lundi, Loeb avait promis d'attaquer ce mardi. Il a joint les actes à la parole. "La stratégie d'hier était bonne puisqu'on s'est retrouvés dans une bonne position aujourd'hui. On était peut-être un peu loin mais on fait une bonne spéciale. On ne fait pas de grosses erreurs, ni d'erreurs dans la navigation", a confié Loeb. Il fallait que je retrouve des sensations, je n'avais fait qu'une centaine de kilomètres d'essais depuis le dernier Dakar. Il fallait se remettre dedans. Aujourd'hui, les sensations étaient plutôt bonnes."

Du côté du général, Giniel de Villiers réalise la bonne opération en prenant la tête à la faveur de sa quatrième place aujourd'hui. Leader après sa victoire lundi, Nasser Al-Attiyah a connu une journée difficile qui s'achève à 7'37'' du vainqueur du jour. Journée compliquée aussi pour Stéphane Peterhansel. "Monsieur Dakar" lâche pour sa part un quart d'heure. "On a eu des petits problèmes électriques, de microphone, d'essuie-glace... qui ne marchaient pas. L'air conditionné non plus... On était un peu stressé. Après, je suis parti à la faute, je me suis planté dans une dune mais vraiment jusqu'au cou! Sans l'aide de Cyril (Despres, son coéquipier chez Mini), j'y serais encore. Il m'a tiré avec une corde. Voilà, on perd pas mal de temps".

Après deux jours, le Dakar 2018 est déjà impitoyable.

0
0