Le verdict est tombé et le "pire scénario" possible, comme l’évoquait son frère Djordje, s’est donc matérialisé pour Novak Djokovic. Le numéro 1 mondial a confirmé mardi avoir été testé positif au Covid-19 à son retour à Belgrade, tout comme sa femme Jelena. Ses enfants se sont, eux, révélés négatifs. A l’origine de l’Adria Tour, le Serbe est le quatrième cas confirmé parmi les joueurs après Grigor Dimitrov, Borna Coric et Viktor Troicki. Il ne présente, pour le moment, aucun symptôme, s’est mis en quatorzaine chez lui et sera à nouveau dépisté dans cinq jours, a-t-il précisé dans un communiqué.

A la fin de sa déclaration publique officielle, Djokovic a bien évidemment présenté ses excuses aux personnes potentiellement contaminées, d’autant que les règles de distanciation sociale n’ont pas été respectées lors de l’événement tenu à Zadar le week-end dernier. "Je suis extrêmement désolé pour chaque cas d’infection constaté. J’espère que ça n’entraînera pas de complications sanitaires et que tout le monde ira bien", indique-t-il notamment.

Adria Tour
"Djokovic n'a pas compris la nature du problème" : L'Adria Tour vu par une épidémiologiste
23/06/2020 À 11:23

"Malheureusement, le virus est encore présent"

Mais le numéro 1 mondial le sait, le principe même de la tournée dans les Balkans, surtout organisée de cette façon, a été remis en cause. Pour parer aux attaques dont il fait l’objet, il a tenu à rappeler les principes qui avaient guidé l’organisation de l’Adria Tour. "Notre tournoi avait pour intention d’unir les gens et de partager un message de solidarité et de compassion à travers la région. (…) C’est né d’une idée philanthropique, pour récolter des fonds en faveur de gens dans le besoin. Et de voir tout ce monde y répondre avec force, ça m’a fait chaud au cœur."

Pas un mot en revanche sur les largesses de l’organisation, ni sur les matches de football et de basket entre joueurs ou sur la soirée en boîte de nuit. Comme Djokovic l’avait répété ces derniers jours, la compétition a respecté les mesures des gouvernements serbe et croate. "Nous avons lancé l’événement au moment où la circulation du virus avait faibli, nous pensions que les conditions étaient réunies. Malheureusement, le virus est encore présent, et c’est une nouvelle réalité avec laquelle nous devons encore apprendre à vivre", estime-t-il. Ce passage du communiqué tend ainsi à confirmer l’insouciance et la légèreté des parties prenantes.

Ces quelques lignes apparaissent ainsi comme un aveu d’inconscience du danger encore présenté par le coronavirus. Vraisemblablement rassuré par les chiffres officiels – nombres stables de morts (262 en Serbie et 107 en Croatie) et raisonnables de contamination (13000 d’un côté, 2300 de l’autre) –, Djokovic a été conforté dans son idée de retour à la normale par les autorités locales. De ce communiqué, ressort la prise de conscience d’une irresponsabilité collective malgré les bonnes intentions initiales. Et le numéro 1 mondial le sait, lui qui voit désormais sa position de porte-voix des joueurs ébranlée par ce qu’il convient d’appeler un fiasco qui devrait prendre fin avec ce communiqué.

Novak Djokovic, Alexander Zverev et compagnie lors de l'Adria Tour

Crédit: Getty Images

Adria Tour
"Je pense que je n’ai rien fait de mal" : Djokovic persiste et signe sur l’Adria Tour
20/08/2020 À 13:09
Adria Tour
Ivanisevic à son tour contaminé
26/06/2020 À 13:10