Pas de retournement de situation épique cette fois-ci. Rafael Nadal a pris le dessus sur Daniil Medvedev, comme en finale du dernier Open d’Australie, dans la nuit de vendredi à samedi, heure française, soit dans la moiteur de la fin de soirée au Mexique. Mais l’homme aux 21 titres en Grand Chelem n’a pas eu à effectuer une remontée spectaculaire façon Melbourne. Il a dominé cette demi-finale de l’ATP 500 d’Acapulco avec aplomb dès le premier set.
Assuré d’accéder au trône du classement ATP depuis la défaite de Novak Djokovic face Jiri Vesely, dès les quarts de finale jeudi à Dubai, Daniil Medvedev n’a pas joué à la hauteur de son futur rang en début de match. Face à un Nadal très bien entré dans la partie - à l’image du passing qui lui a permis d’empocher le premier jeu -, le joueur russe de 26 ans a multiplié les approximations (14 fautes directes à 3). Un léger sursaut lors du cinquième jeu n’y a rien changé : 6-3 en 47 minutes.
Roland-Garros
Nadal à l'entraînement sur le Central
IL Y A 10 HEURES

Un passing éclair après un échange de 23 coups : Nadal avait annoncé la couleur

Deux sets aux antipodes

Le tarif a été le même lors de la deuxième manche. Mais Nadal l'a administré de façon très différente. La faute à un Medvedev toujours à la peine au service (7 doubles fautes au total) mais retrouvé à l'échange. Grâce à des amorties bien senties, souvent, et superbement ajustées, parfois, le futur N.1 mondial a repris du poil de la bête. Alors qu’il n’avait pas eu de balle de break lors du premier set, il s’en est procuré onze dans ce second round, dont sept au sein d’un même jeu. Problème : il n’en a converti aucune.
Nadal a serré le jeu avec classe et le poing avec rage. C’est un duel intense redevenu proche de celui livré il y a quelques semaines en Australie qui a donc accouché du succès en deux heures du Majorquin (6-3, 6-3). Du haut de ses 35 ans, celui-ci réalise un début de saison immaculé comme il n’en avait jamais connu : 14 victoires, 0 défaite. Ce samedi, il visera un troisième titre en 2022. Ce sera face à Cameron Norrie, qui a créé la surprise contre Stefanos Tsitsipas (6-4, 6-4), dans la première demie.

Un break par set pour surprendre Tsitsipas : Norrie a bien mérité sa 2e finale consécutive

ATP Rome
Retour de Nadal venu d’ailleurs, Djokovic et F2A partout : le Top 5 des points
15/05/2022 À 23:06
ATP Rome
Une bulle à part pour Djokovic, le plafond de verre de Tsitsipas
15/05/2022 À 22:03