A 35 ans, Gaël Monfils a passé l'âge de l'enflammade. Non, ce trophée décroché dès son premier tournoi de l'année à Adélaïde ne lui assure pas de réaliser une saison brillante, il le sait très bien. Mais il a aussi conscience que ces moments de plaisir et bonheur intenses sur le circuit sont rares et qu'il ne faut pas faire la fine bouche. Car avant de décrocher ce 11e titre, qui fait de lui l'égal de Guy Forget comme 5e palmarès tricolore de l'ère Open, il a connu une traversée du désert de près de 18 mois, déprimé par un tennis "sous bulle" sanitaire, pandémie de Covid oblige.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
ATP Madrid
Monfils n'a presque pas existé : Djokovic file au 3e tour
03/05/2022 À 17:38
Il faut se souvenir qu'il y a près d'un an, déjà aux antipodes, Monfils n'avait pu retenir ses larmes dans la foulée de sa défaite au 1er tour de l'Open d'Australie. Malgré une nouvelle équipe autour de lui - le duo autrichien Günter Bresnik et Richard Ruckelshausen toujours à ses côtés -, il ne pouvait alors cacher le doute qui le rongeait. Et le Parisien de naissance n'a pas manqué d'y faire référence dans son discours lors de la remise des trophées.

Point de départ d'un cercle vertueux, son mariage l'a sauvé

"L'an dernier, je ne veux pas dire que j'allais arrêter ma carrière. Mais j'avais presque perdu foi dans le tennis. Heureusement, Elina (Svitolina), ma femme, était là. Et je veux la remercier de m'avoir soutenu", a-t-il lâché, visiblement ému, sous le regard de l'intéressée, en tribune. Son mariage l'été dernier avait ainsi déjà amorcé un cycle plus positif, marqué entre autres par un US Open encourageant (défaite en cinq sets contre Jannik Sinner au 3e tour) et une finale à Sofia. Le Français s'est donc attaché à amplifier cette dynamique pendant l'intersaison.
Une belle préparation, un changement de raquette (et d'équipementier en général) et la compétition a livré son verdict dès la première semaine : Monfils est redevenu un joueur solide, aussi bien physiquement que mentalement. Sans perdre sa lucidité pour autant. "Karen (Khachanov) a eu deux opportunités de break en milieu de premier set, mais j'ai eu beaucoup de réussite. Après, j'ai vraiment commencé à me sentir bien. J'ai pu dérouler mon jeu et appliquer mon plan tactique. Et j'ai commencé à servir de plus en plus fort. Si l'échange s'engageait, j'essayais de jouer avec beaucoup de profondeur. Pour le forcer à tenter un peu plus. Et j'y suis bien parvenu", a-t-il estimé.

Gaël Monfils au tournoi d'Adélaïde 2022

Crédit: Getty Images

J'ai envie de gagner un Masters 1000 pour la première fois
Monfils a indéniablement retrouvé du plaisir, de la confiance et des repères. Mais du haut de son expérience, il sait l'édifice fragile et ne peut s'en contenter. Alors que les cadors feront leurs derniers réglages avant l'Open d'Australie à l'entraînement la semaine prochaine, lui va enchaîner avec le deuxième tournoi d'Adélaïde. "Je veux continuer dans l'agressivité et progresser dans les choix que je fais sur le court. Sur tout, en fait... Même physiquement. Je me sens bien en jambes mais le physique est un domaine que l'on peut toujours améliorer. Je dirais même que je dois encore m'améliorer si je veux gagner plus de matches", a-t-il encore considéré.
Car s'il a été longtemps enfermé dans un cercle vicieux ces deux dernières saisons, il compte bien créer cette fois une spirale vertueuse. L'appétit vient en mangeant, et Monfils, qui espérait pouvoir simplement regagner un match sur le circuit voici quelques mois, se redécouvre ambitieux. Peut-être pas encore dans les proportions de son début de saison 2020 lors duquel il visait le Top 5 et rêvait d'une victoire en Grand Chelem, mais ses yeux brillent à nouveau.
"J'essaie de ne pas penser à ces stats, même si c'est un clin d'oeil sympa (égaler le nombre de titres de Guy Forget, NDLR). J'ai envie de gagner un ATP 500. Envie aussi de gagner un Masters 1000 pour la première fois", a-t-il confié. Et à l'Open d'Australie, que peut désormais espérer celui qui retrouvera lundi le Top 20 mondial (à la 17e place précisément) ? Difficile encore de se prononcer tant le format des cinq sets est un autre défi. Mais l'imaginer de retour en seconde semaine ne semble pas incongru. Et ce serait déjà mieux que le bilan tricolore en 2021.
ATP Madrid
Monfils balaie Gimeno Valero et donne rendez-vous à Djokovic
02/05/2022 À 15:36
ATP Madrid
Pouille : "Ça a été trois ans très compliqués"
02/05/2022 À 10:57