Par Maxime BATTISTELLA, Rémi BOURRIERES et Laurent VERGNE

40. Dianne Balestrat - Wendy Wood

Open d'Australie
Eurosport prolonge ses droits de diffusion de l'Open d'Australie pour une décennie supplémentaire
07/09/2021 À 08:22
Edition : 1988
1er tour
Vainqueur : Wendy Wood (Etats-Unis)
Adversaire : Dianne Balestrat (Australie)
Score : 6-2, 4-6, 8-6
On est d'accord, sur le plan sportif, ce match, bien que fort disputé, n'a pas eu un énorme retentissement. Mais il est malgré tout resté dans l'histoire pour être devenu le tout premier à se jouer sur le central flambant neuf et révolutionnaire de Flinders Park – devenue ensuite Rod Laver Arena -, où l'Open d'Australie a pris ses quartiers cette année-là. Nous sommes alors le 11 janvier 1988. La qualifiée américaine Wendy Wood, 23 ans, fille d'un lanceur des Chicago White Sox, crée la surprise en battant Dianne Balestrat (ex-Fromholtz), 31 ans, tête de série n°14 et finaliste du tournoi en 1977. La légende d'un court désormais mythique est en marche...

39. Serena Williams - Justine Henin

Edition : 2010
Finale
Vainqueur : Serena Williams (Etats-Unis)
Adversaire : Justine Henin (Belgique)
Score : 6-4, 3-6, 6-2
Un mémorable chant du cygne. Moins de deux ans après avoir pris sa retraite alors qu’elle était numéro 1 mondiale, Justine Henin frôle le come-back parfait en Australie. Invitée par l’organisation, elle renoue avec une finale de Grand Chelem pour la première fois depuis l’US Open pour son 2e tournoi en 20 mois. La reine Serena, qui a repris le pouvoir entre-temps, lui fait face et contrarie ses rêves de gloire retrouvée. Non sans mal.
Strappée de partout, l’Américaine a des allures de momie, souffre, mais sa rage et sa puissance ont finalement raison d’une valeureuse adversaire. A mi-chemin du record de Margaret Court avec 12 Majeurs (marque de Billie Jean King égalée), Serena se fait d’ailleurs remettre le trophée par l’Australienne. Henin déposera, elle, définitivement les armes l’année suivante.

38. Evonne Goolagong - Martina Navratilova

Edition : 1975 (jouée fin 1974)
Finale
Vainqueur : Evonne Goolagong (Australie)
Adversaire : Martina Navratilova (Tchécoslovaquie)
Score : 6-3, 6-2
Martina Navratilova a souvent fait l'impasse sur l'Open d'Australie mais quand elle y allait, elle ne faisait pas le voyage pour rien : trois titres, trois finales et une seule élimination avant les demies, en 1989, pour sa dernière apparition. Dès sa première venue, lors de l'édition 1975, la jeune Tchécoslovaque de 18 ans, dont le monde du tennis a déjà bien conscience du talent immense, claque un gros coup en sortant en quarts la "onzuple" gagnante du tournoi, Margaret Court. Sur l'herbe de Kooyong, où l'épreuve est disputée depuis quatre ans, elle atteint la toute première de ses 32 finales majeures. Battue par une autre légende australienne, Evonne Goolagong.

37. Jana Novotna - Steffi Graf

Edition : 1991
Quart de finale
Vainqueur : Jana Novotna (République tchèque)
Adversaire : Steffi Graf (Allemagne)
Score : 5-7, 6-4, 8-6
Certes, Steffi Graf est toujours numéro un mondiale, mais l'année 1990, peuplée de problèmes personnels pour l'Allemande, l'a déçue. Elle a laissé filer Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open. En ce début d'année 1991, elle veut reprendre la main. Lors de ses quatre premiers tours, elle ne cède que onze jeux, avant de retrouver Jana Novotna en quarts de finale.
Face à Novotna, elle n'a laissé filer qu'un seul set en dix confrontations. Triple tenante du titre, Graf joue donc sur du velours. Mais elle tombe sur une Novotna ultra-agressive et plus solide mentalement qu'on ne l'aurait imaginé. Le match est superbe et Graf s'effrite, jusqu'au break fatal à 6-6 dans le 3e set. Novotna conclut ensuite sur un jeu blanc. Graf n'avait plus perdu avant les demies d'un Majeur depuis Roland-Garros 1986. C'est dire si c'est un évènement.

36. Karolina Pliskova - Serena Williams

Edition : 2019
Quart de finale
Vainqueur : Karolina Pliskova (République tchèque)
Adversaire : Serena Williams (Etats-Unis)
Score : 6-4, 4-6, 7-5
Une défaite au scénario (et aux conséquences) dramatiques pour Serena Williams, que l'on voyait bien partie sur cet Open d'Australie pour égaler le record de 24 Grands Chelems de Margaret Court. Menant 5-1, 40-30 au 3e set, l'Américaine, sur sa première balle de match, sert ce qui semble être un ace... mais qui est annulé par une faute de pied. Et sur l'échange qui suit, elle se tord la cheville. Sur une jambe, Serena obtient trois balles de match supplémentaires à 5-4 sur service adverse. Mais Pliskova, ressuscité, les sauve d'autant de coups gagnants. Puis devient la deuxième joueuse (après Venus Williams) à battre Serena au moins deux fois dans un tournoi du Grand Chelem sur dur.

35. Martina Hingis - Monica Seles

Edition : 2002
Demi-finale
Vainqueur : Martina Hingis (Suisse)
Adversaire : Monica Seles (Etats-Unis)
Score : 4-6, 6-1, 6-4
Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Martina Hingis s’est, pour ainsi dire, réappropriée la morale de la fable de La Fontaine. Face à une Monica Seles que l’on n’attendait plus à pareille fête à 28 ans et qui s’était offert le luxe de dominer Venus Williams en quart, la Suissesse est d’abord submergée par un déluge de coups gagnants (20 pour son adversaire dans le premier set). Mais loin de désarmer, elle laisse passer l’orage et sa régularité (12 petites fautes directes contre 40) fait la différence contre sa glorieuse aînée au terme d’une partie endiablée. Quelques mois après une opération à la cheville, elle rallie avec la manière sa 6e finale consécutive en Australie (record d’Evonne Goolagong égalé) qui sera aussi… sa dernière en Grand Chelem.

34. Kim Clijsters - Li Na

Edition : 2012
Huitième de finale
Vainqueur : Kim Clijsters (Belgique)
Adversaire : Li Na
Score : 4-6, 7-6(6), 6-4
On ne sait pas si Kim Clijsters reviendra un jour en Australie - son come-back de l'an dernier a été avorté pour les raisons que l'on sait et elle a décliné une wild-card pour l'édition 2021 – mais sa dernière victoire à Melbourne est mémorable. Il y a neuf ans, en quarts, face à cette même Na Li qu'elle avait battue un an plus tôt en finale, la Belge sauve quatre balles de match consécutives dans le tie-break du 2e set. La dernière au prix d'un lob inespéré alors que Li avait le court ouvert. Un véritable miracle, sous la fournaise, pour Kim qui s'était en plus tordue la cheville à 3-3 dans le 1er set.

33. Justine Henin - Elena Dementieva

Edition : 2010
2e tour
Vainqueur : Justine Henin (Belgique)
Adversaire : Elena Dementieva (Russie)
Score : 7-5, 7-6(6)
Un 32e de finale. En deux sets. Dit comme ça, il y a de quoi se demander ce que ce match fait ici. Mais ce n'est pas n'importe quel 2e tour. Et pas n'importe quel match en deux sets. Printemps 2008. Justine Hénin annonce à la surprise générale qu'elle met un terme à sa carrière. Un an et demi plus tard, la Belge craque et reprend la compétition en janvier 2010.
Après une finale à Adélaïde pour son retour, elle bénéficie d'une wild-card à Melbourne. Dès son 2e match, elle affronte Elena Dementieva, 5e mondiale. Une merveille de match en session nocturne sur la Rod Laver Arena. 7-5, 7-6 en... deux heures et cinquante minutes. S'il ne fallait retenir qu'un seul point, ce serait cette balle de set écartée à 6-5 contre elle dans le tie-break, après une prise de risques maximale à l'échange. Deux points plus tard, elle conclut sur un enchainement service-volée d'école. Elle ira jusqu'en finale, où elle s'inclinera contre Serena Williams. Welcome back, Justine.

32. Justine Henin - Kim Clijsters

Edition : 2004
Finale
Vainqueur : Justine Henin (Belgique)
Adversaire : Kim Clijsters (Belgique)
Score : 6-3, 4-6, 6-3
Quand le tennis mondial avait des accents belges. C’est peut-être l’apogée de la rivalité entre la Wallonne Justine Henin et la Flamande Kim Clijsters, respectivement numéros 1 et 2 mondiales. La seconde mène 9 victoires à 8 avant ce match, mais a perdu les deux finales les plus importantes à Roland-Garros et à l’US Open l’année précédente.
Malgré un set et un break de retard, Clijsters recolle. Elle remonte même un handicap de 4-0 dans l’acte final et sert pour égaliser. Il y a de l’électricité dans l’air. Et alors qu’elle fait face à une balle de break, sa volée liftée pourtant gagnante est jugée faute par l’arbitre et Henin qui lève la main pour l’indiquer. Cette dernière conclut sur son service pour s’offrir un 3e Majeur. Des années plus tard, la Wallonne reconnaîtra que la balle était bonne. Voilà à quoi tient parfois un titre du Grand Chelem…

31. Simona Halep - Lauren Davis

Edition : 2018
3e tour
Vainqueur : Simona Halep (Roumanie)
Adversaire : Lauren Davis (Etats-Unis)
Score : 4-6, 6-4, 15-13
Un match-record, celui du plus grand nombre de jeux disputés à l'Open d'Australie dans un match du simple dames : 48. Dont 28 pour le seul dernier set, suffocant à tous points de vue sous le cagnard de Melbourne. Lorsque Lauren Davis, 76e mondiale, empoche le premier set, on se dit que Simona Halep va devoir cravacher pour éviter une sortie de route inattendue.
Mais personne n'imagine ce qui va suivre. Ce n'est qu'après 3h44 de combat (2h22 pour la manche finale) et en ayant sauvé trois balles de match que la Roumaine va s'en sortir. Elle aura servi à quatre reprises pour la victoire. La numéro un mondiale sort du court victorieuse, mais complètement vidée : "Je suis presque morte. Je ne sens plus mes muscles."
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22