Getty Images

Thiem après sa finale perdue : "J’ai préféré regarder Nadal depuis mon canapé"

Thiem : "J’ai préféré regarder Nadal depuis mon canapé"

Le 10/06/2018 à 20:35Mis à jour Le 10/06/2018 à 22:49

ROLAND-GARROS - Battu en finale par l’extraterrestre Nadal, Dominic Thiem n’a pu que constater les dégâts sur le Central ce dimanche. Mais l’Autrichien ne veut pas s’arrêter à cet échec face au meilleur joueur de l’histoire sur terre battue. Au contraire.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

La première question, d’ailleurs, ne portait pas sur sa finale à lui. Mais bel et bien sur sa vision de la légende Nadal à Roland-Garros, une légende qui a débuté en 2005 alors que le jeune Dominic n’avait que douze ans et rêvait juste de devenir un jour professionnel. Alors, que préfère-t-il ? Admirer la naissance d’une légende en tant que gamin ou tenter de la défier en tant que jeune homme ?

Visiblement, la réponse est claire : "Physiquement, j’ai préféré le regarder depuis mon canapé, a-t-il lâché dans un sourire. Quand il a gagné les quatre ou cinq premières fois, je l’ai toujours regardé. Donc bien sûr, c’est génial d’être arrivé jusque-là et de l’avoir défié en finale mais, honnêtement, je suis déçu".

Déçu car, évidemment, Thiem y croyait. Il s’est même donné les moyens de ses ambitions l’espace d’un set où son pilonnage en règle du revers de Nadal semblait être la stratégie à tenir. Et puis, il a explosé. Au pire moment. Mené 5-4 dans la première manche, il a concédé un jeu blanc sur son service pour laisser l’Espagnol s’envoler.

Pour autant, l’Autrichien ne regrette rien : "C’était un mauvais jeu mais j’ai fait tout ce que je devais faire, j’ai juste raté des balles de peu, a-t-il admis d’entrée à l’évocation de ce qui ressemble quand même au moment clé du match. Mais, à froid, tactiquement, c’était un bon jeu. C’étaient simplement de terribles erreurs". Terribles car définitives.

Vidéo - Les temps forts de la finale : Thiem s'est accroché une heure, puis Nadal a déroulé

03:03
" Je suis confiant sur le fait que ce n’est pas ma dernière finale de Grand Chelem"

Voilà pour le match. Mais c’est davantage le tournoi que l’Autrichien doit garder en tête. A 24 ans, il est parvenu à s’immiscer, enfin, en finale d’un Grand Chelem après deux demi-finales porte d’Auteuil. Sur son chemin, il a notamment écarté le prodige Alexander Zverev et calmé la sensation Marco Cecchinato. Bref, si une finale se gagne, encore faut-il y arriver. Et ne pas paniquer.

"Evidemment, c’était très spécial pour moi de jouer une finale de Grand Chelem, a-t-il admis. Mais, d’un autre côté, j’ai été très calme et je savais qu’il fallait y aller comme si c’était n’importe quel autre match. Je crois que c’était la bonne approche". La bonne approche mais pas le bon résultat.

Qu’à cela ne tienne, ce Roland-Garros cru 2018 lui a ouvert l’appétit. Et des horizons. Au point qu’il en est désormais sûr, ce 10 juin marque le début de quelque chose, pas la fin : "Désormais, je suis confiant sur le fait que ce n’était pas ma dernière finale de Grand Chelem. Mon plus grand objectif maintenant, c’est d’arriver au prochain et de faire mieux qu’aujourd’hui".

A Roland-Garros, là est toute la question. Et c’est finalement Nadal qui a peut-être résumé le mieux la situation au moment de prendre le micro sur le Chatrier. "Bravo Dominic pour ta quinzaine. Dans quelques années, tu seras à ma place" a glissé le patron des lieux. Quelques années...

Dominic Thiem
0
0