Selon le journal allemand Die Welt et le quotidien sportif l'Equipe, des soupçons portent sur un double féminin ayant opposé le 30 septembre les Roumaines Andreea Mitu et Patricia Maria Tig et les joueuses russe Yana Sizikova et américaine Madison Brengle, lors du premier tour.
Cela concerne plus particulièrement le cinquième jeu du deuxième set, un jeu blanc remporté par le duo roumain après deux doubles fautes de la russe Sizikova, 25 ans et 89e mondiale, au service.
Selon l'Equipe, "d'importantes sommes ont été misées sur le gain de ce jeu par les Roumaines auprès de plusieurs opérateurs de Paris, dans différents pays". Une enquête "escroquerie en bande organisée" et pour "corruption sportive active et passive" a été ouverte le 1er octobre. Les investigations ont été confiées au Service central des courses et des jeux (SCCJ), a précisé le parquet.
Roland-Garros
Enquête sur des soupçons de match truqué : le jeu qui sème le doute
06/10/2020 À 13:48

Enquête sur des soupçons de match truqué : le jeu qui sème le doute

Ca veut dire que ces systèmes d'alerte fonctionnent
Roland-Garros s'est réjouit de l'efficacité des systèmes d'alerte mis en place pour lutter contre les matchs arrangés et qui ont conduit à l'ouverture d'une enquête, a déclaré mardi le directeur général de la Fédération française de tennis (FFT), Jean-François Vilotte.
"Ca veut dire que ces systèmes d'alerte fonctionnent. C'est satisfaisant. C'est bien que tout le monde prenne sa part en matière d'échange d'informations. Nous, en tant qu'organisateurs de tournoi, on ne peut que s'en féliciter", a déclaré M. Vilotte.
"Il y a des systèmes de monitoring des cotes en amont des matchs, mis en place par des associations d'opérateurs ou par des échanges entre régulateurs. Notamment entre la plateforme nationale française et d'autres plateformes nationales", a-t-il détaillé.
"Il n'y a pas de sanctuaire en matière de match arrangé. Donc il faut être vigilant, traiter l'information, monitorer et coopérer. C'est ce qui est à l'oeuvre là. Donc on ne peut que se féliciter que ces dispositifs de coopération internationale fonctionnent", a souligné le dirigeant en rappelant que l'alerte n'émanait pas de France.

Un besoin de régulation internationale sur les alertes et le passage aux enquêtes

"A Roland-Garros, il y a les contrats qui nous lient aux opérateurs pour qu'ils nous remontent des alertes, on a nous-mêmes des dispositifs de monitoring, on a également des observateurs qui assistent au déroulement du match. Dans le cas d'espèce, on avait un observateur au bord du terrain. Il est en train de partager les informations avec les services d'enquête", a-t-il encore expliqué.
S'il a reconnu que Roland-Garros gérait "tous les jours" des alertes de ce type, il a insisté sur le fait qu'une "alerte n'est pas nécessairement une affaire avérée", et qu'il n'y a donc pas systématiquement d'enquête. Néanmoins, il a regretté l'absence d'une régulation internationale unique. "La régulation nationale ne suffit pas, il faudra une régulation internationale", a-t-il dit.
Le parquet de Paris a annoncé mardi avoir ouvert une enquête pour "escroquerie en bande organisée" et "corruption sportive active et passive" pour des soupçons de match truqué à Roland-Garros.
La rencontre suspecte a opposé, selon le journal allemand Die Welt, la paire roumaine composée d'Andreea Mitu et de Patricia Maria Tig au duo russo-américain Yana Sizikova et Madison Brengle le 30 septembre, au premier tour du tournoi de double du rendez-vous parisien. M. Vilotte n'a pas voulu confirmer le match concerné.
Roland-Garros
Carton plein chez les juniors : Quatre Français en demi-finales !
10/06/2021 À 14:45
Roland-Garros
La journée des Français : Huit éliminés sur neuf représentants, hécatombe chez les Bleus
30/05/2021 À 12:09