La magie a encore opéré pour un exploit retentissant. La Canadienne Leylah Fernandez, âgée de 19 ans, s'est qualifiée pour sa première finale de l'US Open, en battant la Bélarusse numéro 2 mondiale Aryna Sabalenka 7-6 (7/3), 4-6, 6-4, jeudi à New York.
La 73e mondiale, qui avait déjà fait sensation au 3e tour, en écartant la tenante du titre Naomi Osaka (3e), affrontera samedi la Britannique Emma Raducanu (150e), 18 ans, autre révélation du tournoi issue des qualifications et tombeuse de Maria Sakkari dans l'autre demi-finale.
US Open
Murray sur Raducanu : "C'est incroyable et une immense opportunité pour le tennis britannique"
14/09/2021 À 16:56
"Je ne sais absolument pas comment j'ai fait ! Je dirais que c'est grâce au public de New York. Il m'a aidée aujourd'hui. Il m'a soutenue. C'est des années et des années de travail, de larmes, de sang et de sacrifices. Je suis tellement contente d'être en finale", s'est-elle exclamée de joie après sa rencontre.
La jeune gauchère, qui n'avait jamais dépassé le troisième tour en six tournois du Grand Chelem avant cette quinzaine, a fait de Sabalenka sa troisième victime parmi les cinq meilleures joueuses mondiales, après Osaka donc et l'Ukrainienne Elina Svitolina (5e) en quarts.

Intensité folle, rallyes interminables : Fernandez a dompté Sabalenka en patronne

Sabalenka a pourtant démarré tambour battant, mue par la volonté de vite mettre sous l'étau sa jeune adversaire. Et elle a réussi à la breaker d'entrée pour mener 3-0 puis 4-1.
Mais Fernandez, qui a aussi eu le scalp de l'Allemande Angelique Kerber (17e) en 8e, en remontant à chaque fois un set, a su refaire surface, après une double-faute de Sabalenka. Il y en aura d'autres, qui coûteront très cher à la Bélarusse.

Sabalenka trop souvent fautive

La manche s'est finalement jouée dans le jeu décisif, Sabalenka manquant au passage de prendre le service adverse à 6-5. Et c'est elle qui a craqué en commettant cinq fautes directes consécutives dont un smash complètement raté et une autre double-faute pour finir.
Et Fernandez de soulever de ses bras les clameurs du Arthur Ashe, déjà bien derrière elle, tandis que dans la sono faisait résonner son prénom dans la voix de d'Eric Clapton, sur la version rock de "Layla" quand il la chantait dans son groupe Derek and the Dominos.
Cela n'a pas décontenancé Sabalenka, qui a su égaliser à un set partout en continuant d'être agressive, grâce à ses coups droits gagnants, sous les yeux de l'ancienne championne Monica Seles, lauréate en 1991 et 1992 à Flushing Meadows.
La troisième manche fut longtemps indécise, Fernandez prenant une première fois le jeu de service de Sabalenka, et cette dernière en faisant de même juste après, sur sa quatrième opportunité.
Puis survint l'effondrement de la Bélarusse sur son jeu de service à 5-4 contre elle, avec une énième erreur directe (52 au final) et deux doubles-fautes consécutive (8 au total), qui ont envoyé sa rivale en finale. Contre qui préfèrerait-elle la jouer? "Je m'en fiche! Je veux juste la jouer!", s'est esclaffée Fernandez.
US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48