Le stadium Arthur-Ashe, terre d'exploits pour les espoirs du tennis mondial. Quelques heures après la sensation Carlos Alcaraz, vainqueur en cinq manches de Stefanos Tsitsipas après un match exceptionnel, c'est Leylah Fernandez, 18 ans elle aussi, qui s'est fait un nom en mondovision dans la nuit de vendredi à samedi, à New York.
Très attendue sur le circuit WTA, la Canadienne, ancienne vainqueur de Roland-Garros juniors en 2019, a signé le plus grand succès de sa carrière en s'offrant le scalp de Naomi Osaka, tenante du titre et quadruple vainqueur en Grand Chelem. Menée et passée à un jeu de la défaite, la gauchère a renversé le match pour finalement s'imposer en trois sets face à la tenante du titre (5-7, 7-6, 6-4).
US Open
Murray sur Raducanu : "C'est incroyable et une immense opportunité pour le tennis britannique"
HIER À 16:56

Culot monstre et coups géniaux : comment Fernandez a bouté Osaka hors du tournoi

Jets de raquette, frustration : Osaka a perdu ses nerfs

La victoire de Fernandez n'a souffert d'aucune contestation, même en prenant en compte l'ensemble de la rencontre. Autoritaire, la Canadienne s'est principalement comportée en patronne à partir de la fin du deuxième acte et le public new-yorkais a apprécié son culot. Surtout, elle a bouclé la rencontre comme si elle avait déjà quelques victoires en Grand Chelem à sa besace. Son dernier jeu de service à 5-4, dans le dernier acte, en a attesté : elle n'a pas tremblé au moment le plus important. Symboliquement, c'est Naomi Oasaka qui lui a offert la victoire avec une énième faute directe.

Debreakée dans le 2e set, Osaka a perdu ses nerfs

Portée par le public, qu'elle est allée chercher comme une grande, Fernandez a déployé son plus beau tennis dans la dernière heure de jeu. Si elle n'a pas dominé toute la rencontre, elle a toujours appliqué son plan de jeu et souvent cherché le coup gagnant, des deux côtés, ce qui a considérablement gênée une Osaka pataude au niveau du déplacement. Pas à l'aise avec le jeu de gauchère de Fernandez, Osaka a, elle, déployé son plan A à la perfection pendant deux manches, avant de coincer. Son salut dépendait de son coup droit et celui-ci l'a lâché au fur et à mesure que le match avançait.

Osaka fond en larmes en conférence de presse et ne sait pas quand elle rejouera au tennis

La Japonaise, qui a grandi à New York, et qui évoluait quelque peu à domicile, a servi pour le match à 6-5 dans la deuxième manche. Mais elle n'a pas réussi à se procurer une seule balle de match dans ce douzième jeu du deuxième acte qui s'est transformé en moment charnière de ce duel très appréciable sur le plan tennistique. Debreakée, Osaka a commencé à devenir très nerveuse, notamment dans le jeu décisif où elle a été nettement dominée.
Jets de raquette par terre, balle envoyée dans les airs dans le jeu décisif, la double vainqueur de l'US Open a senti le vent tourner et perdu le contrôle. Elle a terminé la rencontre avec 36 fautes directes (11 dans le 1er set, 13 dans le 2e et 12 dans le dernier). En face, Fernandez a moins donné (24 fautes directes) et moins frappé de coups de gagnants (28 contre 37), mais elle a gagné les fameux points importants. Quand elle a eu l'opportunité de renverser la table, elle a saisi sa chance. Une victoire de championne.

Fernandez, "le show" aussi face au micro : "Merci New York !"

US Open
Un Grand Chelem voué à l'échec ? "Si même la machine Djokovic n'y est pas parvenue..."
14/09/2021 À 10:50
US Open
Raducanu, Azarenka, Zverev ou Medvedev dans leurs oeuvres : le top 10 de l'US Open 2021
13/09/2021 À 22:48