Volleyball
Championnat d'Europe

Toujours invaincus, les Bleus tracent leur route

Partager avec
Copier
Partager cet article

Equipe de France

Crédits Getty Images

ParAFP
18/09/2019 à 21:12 | Mis à jour 18/09/2019 à 21:38

CHAMPIONNAT D'EUROPE - Tout continue de se dérouler parfaitement pour l'équipe de France dans cet Euro 2019. Mercredi, à Montpellier, les Bleus ont pris le dessus sur l'Italie (3-1) pour boucler invaincus le premier tour avec cinq victoires en cinq matches. Samedi, à Nantes, Laurent Tillie et ses joueurs affronteront la Finlande en 8es de finale.

Pour son vrai retour à la compétition après une lésion musculaire, Earvin Ngapeth a offert une victoire de prestige à l'équipe de France contre l'Italie, pour son dernier match de la phase de groupes de l'Euro 2019, mercredi soir à Montpellier. Avec ce succès 3 sets à 1 (25-23, 22-25, 25-21, 25-22), les Bleus quittent le sud de la France avec le plein de confiance pour se rendre dans l'Ouest, à Nantes où la Halle XXL les accueillera samedi (19h30) pour un huitième de finale largement à leur portée contre la Finlande.

Tokyo 2020

Ce n'étaient pas les mêmes frissons : les Bleus se qualifient pour les Jeux avec aplomb

10/01/2020 À 20:41

Contre la Bulgarie lundi, Earvin Ngapeth n'avait disputé que deux points, le temps de lâcher un ace, avant de retourner sur le banc. Mais avec deux jours de plus de régénération, l'attaquant/réceptionneur vedette des champions d'Europe 2015 avait assez récupéré de sa blessure d'il y a dix jours pour jouer un peu plus de deux sets et finir meilleur marqueur français du match face aux Transalpins (16 points).

Certes, la rencontre face à l'Italie avait un enjeu sportif assez réduit - savoir qui jouera la Turquie et qui jouera la Finlande en 8es de finale -, puisque les deux équipes étaient sûres avant de s'affronter de se retrouver dans le même quart de tableau à Nantes. Donc difficile de tirer des enseignements pour la suite du tournoi, alors que les deux sélections pourraient se retrouver pour une place dans le dernier carré, mardi soir (20h45) à Nantes. Mais à voir l'engagement mis et les six de base alignés par Laurent Tillie côté français et par Gianlorenzo Blengini côté transalpin, aucune des deux équipes n'avaient envie de perdre ce derby du volley européen.

Ambiance de stade de foot

L'équipe de France a été malmenée dans l'entame du premier set, mais Earvin Ngapeth a permis aux Bleus de recoller sur une série de trois services gagnants, chacun assorti du refrain de "Still D.R.E", de Dr. Dre et Snoop Dog. Le rappeur Ngapeth aura apprécié le clin d'oeil. Il a failli remettre ça en fin de deuxième set, mais l'Italie avait pris une trop grande avance pour remonter au score et ne pas perdre un premier set dans le tournoi.

Au milieu du troisième set, Laurent Tillie a préféré le reposer et faire rentrer son remplaçant de luxe, Julien Lyneel, décisif dans le money time du 4e set, porté par une Marseillaise chanté a capella par le public montpelliérain à 20-19. Et même sans Ngapeth, les Bleus ont réussi à contenir au mieux la puissance d'Osmany Juantorena et Ivan Zaytsev, toujours aussi appliqués en réception. Les 7 114 spectateurs de l'Arena Sud de France (meilleure affluence de ce premier tour en France) ont alors mis une ambiance qui mélangeait stade de foot et féria du sud. L'énorme sauvetage du libéro des Bleus, Jénia Grebennikov au début du 3e set (4-2), a aidé à enflammer une salle héraultaise qui est ensuite restée sur sa lancée jusqu'à la balle de match.

Ngapeth lors de France-Italie

Crédits Getty Images

Championnat d'Europe

Les Bleus privés de bronze

28/09/2019 À 17:34
Championnat d'Europe

La France tombe de haut

27/09/2019 À 21:34
Dans le même sujet
VolleyballChampionnat d'EuropeFranceItalie
Partager avec
Copier
Partager cet article

Dernières infos

Volleyball

La FIVB et le CEV s’organisent pour remettre le calendrier international à jour

28/05/2020 À 21:24

Vidéos récentes

CEV Champions League

"Mamma mia, on a vraiment gagné la Ligue des champions" : L'histoire de Cristina Chirichella

00:02:50

Les plus lus

Sports mécaniques

"La signature d'Alonso risquerait de provoquer une révolution chez Renault"

HIER À 14:49
Voir plus