From Official Website

Hagfors verbatim

Hagfors verbatim
Par Eurosport

Le 08/02/2007 à 08:00Mis à jour

Voici ce qu'ont dit pilotes et patrons de teams du championnat du monde WRC avant le Rallye de Suède, 2e manche 2007.

Sébastien Loeb (Citroën C4 WRT) : "Tout dépend des conditions. Lorsqu'il y a une belle couche de glace dans laquelle les clous peuvent se planter de manière uniforme sur toute la chaussée, c'est l'idéal. Si en plus, on trouve de petits murs de neige solides sur les côtés et que le soleil brille, c'est le plus beau des rallyes, l'un de mes favoris ! Tout se complique si la glace est recouverte de neige. Cette couche crée des changements d'adhérence. Des rails se forment et lorsqu'on en sort, les clous accrochent la neige et provoquent des réactions brutales et désagréables. Le pire se produit en cas de redoux. Les murs pour nous appuyer sont absents, tout fond, on roule sur la terre... Dans ce cas-là, ce n'est vraiment plus mon préféré, au contraire."

Dani Sordo (Citroën C4 WRT) : "Je vais poursuivre mon apprentissage de la neige et essayer de marquer des points pour Citroën. L'an passé, bien que je découvrais, j'avais réussi à me battre contre des pilotes Nordiques. Avec cette première participation et les progrès apportés par la C4 WRC, je pense que si je roule à mon rythme, sans prendre de risques, on peut obtenir un bon résultat pour l'équipe Citroën Sport."

Xavier Mestelan-Pinon (Citroën WRT, directeur technique) : "Nous avons effectué une séance de quatre jours, deux par pilote. Nos objectifs étaient multiples comme découvrir le comportement de la C4 WRC sur la neige avec les pneumatiques étroits, spécifiques à ce terrain. Nous nous sommes également attachés à vérifier que tous les organes mécaniques de la voiture fonctionnent correctement dans ces conditions de froid si particulières. Le bilan de ces journées, passées sur des routes aux caractéristiques différentes, est positif."

Guy Fréquelin (Citroën WRT, directeur) : "Les questions qui restent en suspend aujourd'hui sont : comment est la voiture sur la neige, sur la terre et où en est sa fiabilité ? Il y a donc encore des points d'interrogation. La Suède est complètement différente du Monte-Carlo avec une nouvelle donne et notamment les trois rallyes avec le même moteur, deux boîtes de vitesses pour deux rallyes "neige" et la remise en état des voitures entre la Suède et la Norvège où on aura très peu de temps pour le faire."

Marcus Grönholm (Ford Focus WRT) : "C'est vraiment excitant de piloter à fond sur la neige et d'utiliser les bancs de neige pour s'aider dans les virages. Pour moi, piloter dans ces conditions est spécial et c'est l'un de mes rallyes favoris. Je m'y régale tant peut-être parce que j'ai débuté ma carrière en rallye sur ce type de routes. Ça sonne bizarre mais le grip est excellent à cause des pneus. Nous avons une adhérence presque aussi bonne sur la neige avec les clous (384 clous maxi par pneu) que sur la terre. Mais c'est important de rester dans la trajectoire car s'y on sort de la ligne, on se retrouve dans la poudreuse ce qui coûte de la traction et du temps. Le second passage est plus difficile. On y trouve suite au premier passage de la terre en surface qui peut 'bouffer' les clous, les arracher des pneus. Parce que tout le peloton a emprunté plus ou moins la même ligne, la glace est plus compacte et les clous ne rentrent pas toujours dans la terre pour offrir du grip."

Mikko Hirvonen (Ford Focus WRT) : "La météo a l'air bonne cette année et si ça reste comme ça je serai heureux. Nous n'aurons pas à nous soucier de perdre des clous à cause de la terre sur la route. La terre affecte la façon dont on pilote. Nous devons prendre soin des clous et ça veut dire ne pas perdre le contrôle au départ des spéciales et faire attention à l'intensité des freinages et aux accélérations dans les virages lents. Les conditions neigeuses sont aussi légèrement différentes du pilotage sur les autres surfaces à faible adhérence. Je laisse les pneus travailler plus sur la terre et la voiture glisser plus. Il n'est pas nécessaire d'être aussi propre et c'est un grand plaisir."

Petter Solberg (Subaru Impreza WRT) : "C'est génial d'être de retour sur la neige pour les deux prochains rallyes. L'an dernier, nous n'avons pas eu tellement de chance, mais l'année d'avant nous avions gagné. Je pense que nous pouvons refaire le coup."

Chris Atkinson (Subaru Impreza WRT) : "Malgré le super résultat à Monte Carlo (4e), je reste prudent quant aux pronostics des deux rallyes neige. Nous visions le top six à Monte Carlo et les choses se sont bien passées, nous visons donc le top cinq ou six pour la Suède et la Norvège. Si nous marquons encore des points, je serai content. La Suède 2005 avait été mon tout premier rallye pour le Subaru World Rally Team et j'en garde un bon souvenir. C'est une super épreuve."

Richard Taylor (Subaru WRT, directeur) : "Il faut garder à l'esprit que nous engageons deux voitures de 2006. Deux voitures dans le top six serait une bonne performance."

Paul Howarth (Subaru WRT, directeur des Opérations) : "La liste des engagés comprend des pilotes très forts, y compris nombre de rapides locaux (...) Des rallyes ne sont ordinairement pas très exigeants pour les voitures, mais la Suède et la Norvège (16-18 février) sont liées, nous devons donc utiliser le même moteur pour les deux épreuves et nous sommes aussi limités à quatre jeux de transmissions."

0
0