Mark Cavendish (Dimension Data) n’en a pas fini avec ses galères. De retour au premier plan avec une victoire au Tour de Dubaï au début du mois, son premier succès depuis sa lourde chute sur le dernier Tour de France, la superstar du sprint britannique a rechuté, mercredi. À Abou Dabi, la seule course où il avait levé les bras en 2017. Sur son épaule droite, celle qu’il s’était fracturée l’an dernier. Victime d’une commotion, le Cav, également touché aux cervicales, a été transporté à l’hôpital avec une minerve pour des examens approfondis.
L’accident s’est produit dans la zone de départ fictif de la 1re étape du Tour d’Abou Dabi, remportée par Alexander Kristoff (UAE Team Emirates). Le peloton, qui suivait les voitures de direction en route vers le km 0, a soudainement dû freiner. “Je ne suis pas sûr à 100% de ce qui s’est passé”, a commenté à l’arrivée Roger Hammond, directeur sportif de la formation sud-africaine. “Des roues se sont touchées, les coureurs se sont empilés. Ce sont toujours les pires chutes, à faible allure. On ne s’y attend pas et on heurte le sol violemment alors qu’on a plutôt tendance à glisser sur une chute à grande vitesse.”
Tour d'Abou Dabi
Cav’ à terre, Kristoff danse
21/02/2018 À 14:22

Il est tombé le cou sur la roue arrière de quelqu’un

Après sa chute, Cavendish est tout de même reparti. “Je lui ai parlé un instant quand il est revenu sur le peloton”, a raconté son homme de confiance Mark Renshaw. “Il est tombé le cou sur la roue arrière de quelqu’un. Je lui ai demandé s’il allait bien, il m’a dit non, j’ai mal à la tête et c’est à ce moment-là qu’il est retourné à la voiture.” C’est alors que le docteur de l’équipe a pris la décision de faire s’arrêter Cavendish, selon un premier communiqué diffusé par son équipe.
Mark Cavendish, qui participait là à sa troisième course de la saison après les Tours de Dubaï et d’Oman, essuie un nouveau coup d’arrêt après une saison 2017 marquée par une mononucléose et une lourde chute sur le Tour. Il devait enchaîner avec Tirreno-Adriatico, début mars, avant de viser la victoire à Milan-San Remo, nous expliquait-il fin janvier, lors de la présentation du Tour d’Abou Dabi, dont il est l’ambassadeur. "J’ai faim de victoires”, assurait-il. Le voilà à nouveau contraint de ronger son frein.
Tour d'Abou Dabi
La machine Valverde est complètement relancée
25/02/2018 À 13:01
Tour d'Abou Dabi
Dennis convole, Dumoulin enrage
24/02/2018 À 13:51