Eurosport

2013, l’autre Clasico pour Neymar

2013, l’autre Clasico pour Neymar

Le 13/08/2019 à 14:01Mis à jour Le 13/08/2019 à 16:20

MERCATO - Annoncé dans le viseur du FC Barcelone et du Real Madrid, Neymar met la presse espagnole et catalane en émoi quant à son avenir. Une situation pas si nouvelle. Car entre les deux géants de Liga, c’est une véritable guerre de tranchées qui s’était déjà jouée en 2013. Flashback.

Six ans plus tard, rien n’a changé. Et pourtant, il s’en est passé des choses. Ils ne sont plus que deux : le Real Madrid et le FC Barcelone. Deux géants à la conquête d’une star mondiale dont les retombées marketing et médiatiques semblent plus importantes que son apport sportif au regard des deux années passées. C’est un Clasico qui s’organise sur le marché des transferts pour s’offrir Neymar, toujours plus proche de la sortie au PSG. Une guerre impressionnante au vu des sommes évoquées mais qui n’a rien d’inédit. C’est même tout l’inverse.

2013. La nouvelle sensation du football mondial, c’est lui. A 21 ans, Neymar met le monde en émoi. Le tout depuis Santos. Son sens du dribble et ses prestations gigantesques avec le club brésilien attirent l’œil et font grimper sa cote sans discontinuer depuis 2009 et ses débuts professionnels. Et, à première vue, c’est le Real Madrid qui dispose d’une longueur d’avance.

L’offre de 150 millions d’euros du Real

Au fond, tout le monde pousse pour le Real. Pelé et Ronaldo prennent position publiquement pour la Casa Blanca. Tentant quand on est brésilien… Florentino Pérez, déjà, est à la manœuvre. Il sait que le gamin est une mine d’or marketing et une ouverture XXL au Brésil où il rêve de voir les maillots merengue floqué du nom "Neymar" prospérer. Et c’est lui qui lance réellement les hostilités.

Neymar sous le maillot du Santos

Neymar sous le maillot du SantosImago

Rosell et Messi vont tout changer

Madrid en avance, c’est le Barça qui grimace. Mais le club blaugrana a plus d’un tour dans son sac. Lui aussi a cherché à débarquer tôt dans le dossier. Dès 2011 et ce Mondial des Clubs qui verra Santos affronter l’armada barcelonaise. Plutôt que d’approcher le club brésilien, c’est son entourage qui est visé par Sandro Rosell, le président du Barça à l’époque. Neymar Senior se voit notamment promettre une prime à la signature de dix millions d’euros. Alléchant.

Le joueur, lui, laisse faire. Il continue de flamber au Brésil mais suit de près l’évolution de ses deux courtisans. Et, en privé, laisse apparaître un entrain certain à l’idée d’être associé à Lionel Messi qu’il a pu observer de près au Mondial des clubs. Tactiquement, sa place sur le côté gauche est aussi garantie en Catalogne alors qu’elle est dévolue, naturellement, à CR7 au Real Madrid.

Lionel Messi et Neymar se saluent lors de la finale de la Coupe du monde des Clubs en 2011

Lionel Messi et Neymar se saluent lors de la finale de la Coupe du monde des Clubs en 2011Eurosport

Après l’été 2012, tout s’accélère. Car si Neymar veut quitter Santos en 2013, il lui faudra absolument partir avant le 30 juin, sous peine de payer une amende à son club de toujours. Deux choix s’offrent en réalité à lui : faire le grand saut en cet été 2013, rejoindre l’Europe au risque de mettre en péril sa réputation brésilienne avant le Mondial 2014. Ou rester, encore, une année de plus pour partir libre à la fin de son contrat en 2014. Le jeune homme choisit la première option et en informe Santos.

De 57 millions à 99,7 millions

La suite, c’est encore et toujours un Clasico. Le 25 mai 2013, c’est un communiqué aux allures de petite bombe que dégaine le club brésilien : "Le Santos FC informe qu'il a reçu deux offres pour Neymar Silva Santos Junior. Au vu de ces offres et des conditions du contrat du joueur, le Comité de direction du club a décidé de négocier son étoile", avait annoncé le club de Sao Paulo sur Twitter.

21 ans et déjà le monde à ses pieds : dans une position de luxe, Neymar a le choix du roi. Le Real ou le Barça. Officiellement, c’est pour le "projet de jeu" que la pépite brésilienne choisit de rallier la Catalogne. Le 26 mai 2013, à presque 4h du matin, le FC Barcelone met fin au feuilleton en officialisant l’arrivée du prodige pour cinq ans.

Six ans plus tard, les sommes évoquées n’ont plus rien à voir. Cent millions oui, mais sans compter Coutinho, Navas, James Rodriguez ou Gareth Bale, identifiés comme possibles monnaies d’échange dans le transfert qui agite ce mercato 2019. Six ans plus tard, c’est un nouveau Clasico qui se dessine. Avec une légère avance pour le Barça selon les dernières informations. Six ans plus tard, rien n’a vraiment changé.

Vidéo - Le cas Neymar, symbole des divergences de fond entre Pérez et Zidane

01:31
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0