"Bamba Dieng, je kiffe". Dans la bouche de n’importe quel supporter de Marseille, ces mots pourraient sembler banals après le doublé de l’attaquant qui a permis à l’OM de remporter son troisième succès de la saison en 4 matches. Mais quand c’est Mamadou Niang, attaquant légendaire aux 100 réalisations avec le club marseillais entre 2005 et 2010, qui lâche un tel compliment, ils valent cher.
Surtout, ils sont amplement mérités pour le jeune Sénégalais de 21 ans, auteur d’un match plein qui a permis à Marseille de dominer Monaco (0-2) lors de cette 5e journée à Louis II. Pourtant, l’apparition du jeune attaquant tenait, avant le coup d’envoi, plus à un concours de circonstances qu’à une volonté farouche de Jorge Sampaoli de faire éclore ce jeune potentiel. Déjà apparu à plusieurs reprises l’an passée avec le club olympien, Dieng avait marqué une fois, en Coupe de France.
Ligue 1
L'OM a pris un rendez-vous pour Paris : "On va prendre les trois points"
IL Y A 19 HEURES

Dieng a profité des absences de Payet et Milik

Cette saison, il semblait voué à jouer un rôle de joker en attaque derrière Arkadiuz Milik, puis Dimitri Payet, titularisé en tant que faux numéro 9 depuis le début de saison par le coach argentin, qui ne pouvait utiliser le buteur polonais, blessé et dont le retour ne devrait intervenir que dans les prochaines semaines. Mais l’absence surprise du numéro 10 de Marseille ce week-end a permis à Dieng de mettre le pied dans la porte. Et celui-ci a profité de la prestation aboutie de son équipe, notamment en première période face à une défense monégasque dépassée, pour s’y engouffrer pleinement.
"Je suis très content de ma prestation, je remercie toute l’équipe je remercie le coach de m’avoir fait confiance", a tenu à dire, à la fin du match au micro de Canal+ Sport, un Bamba Dieng qui a fait preuve de beaucoup de résilience, après un début de match où le but se refusait à lui. Par deux fois (13e, 28e), le jeune sénégalais a eu l’occasion d’ouvrir le score. Mais par deux fois, il a vu le poteau droit d’Alexander Nübel le priver de son premier but en Ligue 1. Stationné à gauche tandis qu’Amine Harit a repris le poste de Payet, il a finalement trouvé la cible suite à une longue transversale vers son côté, qui lui a permis de déposer Chrislain Matsima, avant d’aller battre Nübel d’un tir du droit au premier poteau (37e), et ouvrir son compteur but dans l’élite.
Quand on a étudié Monaco, on a bien vu qu’ils peinaient dans la profondeur. En mettant Dieng côté gauche pour qu’il puisse rentrer et frapper pied droit, ça pouvait faire mal
Puis, sur une récupération haute de Harit, il a enrhumé Axel Disasi dans la surface pour inscrire son premier doublé en Ligue 1 (60e), enfoncer l’ASM dans la crise et ainsi permettre à Marseille de poursuivre son très beau début de saison. "(Après les deux poteaux), Je savais que je pouvais le faire, on m’a dit de rester calme donc je l’ai fait, et ensuite, c’est arrivé vite fait", résumait Dieng après cette rencontre, où il a capté toute la lumière, et est sorti sous une salve d'applaudissements à la 66e minute. Tout en affichant des statistiques étrangement similaires à un certain Cristiano Ronaldo, lui aussi auteur d’un doublé, à Old Trafford ce samedi. S’il n’a cadré que 2 de ses 6 frappes, il a fait mouche à chaque fois.
Un coup de maître de Sampaoli, qui a décrypté son choix dans les travées du stade du club de la Principauté, quelques minutes après le coup de sifflet final : "Sa titularisation faisait partie d’une stratégie qu’on voulait mettre en place, parce qu’on savait que c’était un joueur de profondeur. Quand on a étudié Monaco, on a bien vu qu’ils peinaient dans ce secteur. En mettant ce joueur-là, surtout côté gauche pour qu’il puisse rentrer et frapper pied droit ça pouvait faire mal et ça nous a donné raison ce soir. Je suis content pour lui car il travaille beaucoup, même s’il ne parle pas beaucoup."
"Ça me fait très plaisir pour Bamba, parce que c’est un très jeune joueur", s’est pour sa part réjouit Mattéo Guendouzi, toujours au micro de Canal+ Sport, un an de plus que Dieng mais avec un statut très différent de celui du Sénégalais. "Il avait à cœur de prouver, surtout après les occasions qu’il avait ratées. L’équipe est contente pour lui."
Car l’OM vient d’engranger, grâce à cette performance inattendue, trois nouveaux points, qui portent à 10, sur 12 possibles, son total, en attendant la rencontre à rejouer face à Nice. Il confirme que cet effectif, pourtant déséquilibré, continue de surfer sur le bouillonnement de son entraîneur, son dispositif tactique difficilement déchiffrable et surtout, sur une diversité de joueurs capables de faire mal au bout, de Cengiz Under à Payet en passant par Gerson et Guendouzi. Jusqu’au héros du soir, Bamba Dieng.
Ligue 1
Porté par un Payet de gala, l'OM monte sur le podium
IL Y A 20 HEURES
Ligue 1
Saliba est dans "un club de fou" : "Je n’ai jamais vu une passion comme ça"
HIER À 10:56