"Suis-je toujours entraîneur ou suis-je un politique, un ministre des Sports ?". A priori, Thomas Tuchel a trouvé la réponse à sa question rhétorique, posée en décembre 2020, quelques heures avant d’être débarqué de son poste au PSG. L’Allemand est toujours entraîneur, à la tête d’une équipe championne d’Europe qui continue de grandir. Une situation enviable, qui ressemble à s’y méprendre à l’objectif de Mauricio Pochettino.
Dimanche, l'Argentin a vécu une soirée de politique là où son talent de coach a pourtant fait la différence. Son choix de remplacer Lionel Messi par Achraf Hakimi à la 76e minute de jeu a fait le tour du monde, après l’incompréhension exprimée d’emblée par la star argentine. Une image qu’assume Pochettino, surtout après le forfait officialisé de Messi face à Metz. "Je le comprends, a-t-il répondu ce mardi lorsqu’il a été interrogé sur la résonance mondiale de son choix. Je l'accepte. Je ne suis pas surpris. Comme je l'ai expliqué auparavant, avec les informations dont on disposait, on a pensé que c'était la bonne solution. Tous les grands champions veulent être sur la pelouse. C’est normal".

Messi et Pochettino lors du remplacement de l'Argentin

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Le soir où Mbappé et le Parc se sont réconciliés
IL Y A 16 HEURES

Mauricio, le coach humain

Après une explication entre les deux hommes au Camp des Loges lundi, tout est rentré dans l’ordre. Mais tout n’est pas exactement comme avant. Car la suite des événements a donné raison à Pochettino. Et lui a donné une dimension encore inédite depuis son arrivée au PSG. Non pas par un acte d’autorité qui n’en était pas un mais bien parce que sa décision était sportive et soucieuse de ménager un pion essentiel de son équipe dans les semaines qui viennent.
Une ligne de conduite à laquelle il semble attaché depuis son arrivée au PSG. Celui qui estime qu’il n’est "pas incompatible d'avoir de grands joueurs et de les traiter humainement" n’avait pourtant jamais osé une telle décision, laissant systématiquement Neymar ou Mbappé sur le terrain quand le scénario du match, ou leurs performances individuelles, auraient pu nécessiter l’inverse. Reste que son choix, plus guidé par la prévoyance qu’autre chose, peut faire jurisprudence pour la suite. D’autant qu’avec Pochettino, on discute et on échange librement.
Depuis son arrivée en décembre dernier, l’Argentin n’a pas changé d’un iota ses méthodes appliquées aux Spurs. Flexible, attentif et plutôt proche de ses troupes, Pochettino a réussi à relancer un groupe fatigué des méthodes de Thomas Tuchel, sans pour autant faire l'impasse sur la discipline collective.

Pochettino, le tacticien qu’on avait oublié

Mais c’est autre part qu’on attendait Pochettino. Lui le tacticien racé, l’amoureux du football a pour l’instant déçu dans sa capacité à transformer l’assemblage de stars en une équipe cohérente et guidée par le dépassement de soi. Face à Bruges, ce fut un néant tactique tellement entrevu dans le passé que la progression des Parisiens depuis son arrivée sur le banc n’a pas sauté aux yeux.

Toujours les mêmes problèmes au PSG : Pochettino peut-il réussir là où les autres ont échoué ?

C’est paradoxalement dans un moment hautement politique que l’Argentin a enfin parlé football. Habitué aux réponses fades voire franchement lisses lorsqu’il s’agissait du jeu en tant que tel, il a pris un vrai plaisir - et il l’a dit - à répondre à une question sur l’animation offensive du PSG et l’intégration de Kylian Mbappé dans celle-ci, à une autre sur son utilisation des latéraux, comme il avait pris le temps de justifier le rôle hybride d’Angel Di Maria dans le 4-2-3-1 utilisé face à Lyon.
Alors, Mauricio Pochettino risque de devoir continuer longtemps à jongler entre le costume de politique et celui de tacticien. Ainsi va la vie d’un coach du PSG en 2021. Dans ses expériences passées, de l’Espanyol Barcelone à Tottenham en passant par Southampton, l’Argentin avait pu, à force de patience, définir une patte reconnaissable entre mille avec des joueurs dédiés à son projet. Pour Paris, le processus est plus long. Parce que le job est différent. Mais toujours aussi explosif…
Ligue 1
Un penalty controversé, Mbappé et ça repart pour le PSG
IL Y A 18 HEURES
Ligue 1
Le PSG sans Messi et Neymar pour Angers, mais avec Bernat
HIER À 09:30