Vous l'avez vu faire face à Nantes, Montpellier, Lille, Brest et même ce mercredi face au Maccabi Haïfa (1-3), lui valant d'ailleurs un avertissement. Cette saison, Neymar s'est trouvé une nouvelle manière de célébrer ses buts : les pouces sur les pommettes, les mains qui bougent dans un sens puis dans l'autre, la langue tirée et, si possible, le regard tourné vers la caméra. Désormais, presque chacune des réalisations du Brésilien est suivie d'une grimace.
Après le match en Israël mercredi soir, Neymar a d'ailleurs interpellé l'arbitre de la rencontre sur Twitter. "Je demande maintenant, d'accord ? C'est un manque total de respect pour l'athlète. Ce genre de chose ne peut pas arriver. Je prends un carton jaune pour n'avoir tout simplement rien fait", a écrit le Brésilien avec le hashtag "Libération pour la célébration Daniel Siebert", soit le nom de l'arbitre allemand de la rencontre.
Football
Agression de Hamraoui : le secrétaire général du PSG entendu comme partie civile
23/09/2022 À 18:18
L'habitude de cette célébration est telle qu'elle a fini, elle aussi, par envahir les cours de récréation. Après le "suuuh" de Cristiano Ronaldo, la célébration "Fortnite" d'Antoine Griezmann ou les bras croisés de Kylian Mbappé, les enfants ont aussi adopté la "careta" ("grimace" en portugais) de la star du Paris Saint-Germain.
Cette nouvelle célébration de l'international auriverde n'est pourtant pas née après un but. Pour en trouver l'origine, il faut remonter au cœur de l'été, lorsque le club de la capitale effectuait sa tournée de pré-saison au Japon. Le 25 juillet dernier, le PSG affronte le Gamba Osaka lors d'un amical diffusé en mondovision. Paris s'impose logiquement et largement (6-2). Mais une action en particulier va attirer l'attention.

Une histoire de penalty

Peu après la demi-heure de jeu, et alors que son équipe ne mène que d'un but, Neymar s'écroule dans la surface à la suite d'un très léger contact avec un défenseur japonais. Il obtient un penalty, qu'il transforme lui-même. Mais le coup de sifflet n'a pas plu à tout le monde. Notamment la presse brésilienne, dont les relations avec "Ney" sont tumultueuses.

Bosz peut-il vraiment rester en poste ?

Sur Twitter, Globoesporte, l'un des médias les plus puissants en Amérique du Sud, diffuse une image de l'action à la fin du match du PSG. "La large victoire 6 à 2 du PSG face au Gamba Osaka a été marquée par un moment qui est en train de devenir viral, écrit le média. Neymar a obtenu un penalty que l'on qualifiera de fantôme...".

Pour les "haters"

La faute, qualifiée par beaucoup de simulation, a effectivement fait le tour de la toile. Mais Neymar, lui, n'a pas vraiment apprécié les termes utilisés par Globoesporte. Et a donc répondu au fameux tweet. "Un fantôme ? Globoesporte fait du Globoesporte, a-t-il lâché. Il m'a touché et penalty. Un tas de gens qui n'ont jamais tapé dans un ballon et qui continuent à écrire de la merde."
Quelques minutes plus tard, Neymar poste un nouveau tweet, avec une photo de lui tirant la langue, accompagnée du message : "une grimace pour les haters." Visiblement attaché à sa nouvelle trouvaille, le Brésilien en a désormais fait sa célébration fétiche. Face au Maccabi Haïfa, ce mercredi soir (21h00), les supporters parisiens espèrent donc que "Ney" fera encore la grimace.
Ligue des Nations
"J'ai beaucoup plus de liberté" : Mbappé encense Giroud et les Bleus
23/09/2022 À 05:57
Ligue 1
79 points, 34 rouges, 0 victoire… Les chiffres surprenants après 8 journées
19/09/2022 À 22:29