Sans eux, le mercato italien aurait probablement été ennuyeux. Et à vrai dire, personne n’aurait pu imaginer, il y a encore quelques mois, qu’ils en auraient été les acteurs majeurs. D’un côté, le « Papu » Gomez, idole de Bergame et capitaine incontesté d’une Atalanta dont il a été l’un des grands artificiers. Mais depuis quelques jours, l’international argentin évolue au FC Séville, qu’il a rejoint cette semaine après une longue période de froid avec Gian Piero Gasperini, son désormais ex-entraîneur à Bergame. Une situation semblable à celle traversée actuellement par Paulo Fonseca et son capitaine Edin Dzeko à 600 kilomètres de là.
Tout commence un soir de début août 2020. Opposée au FC Séville en 8e de finale de Ligue Europa, la Roma prend une claque (2-0) et se fait sortir de la compétition sans gloire. En colère, Dzeko ne s’en cache pas après le match. "Nous avons été mangés partout : techniquement, tactiquement et dans la préparation du match, lâche-t-il au micro de Sky Italia. Nous n’avons jamais été dans le match (…) Il faut une remise en question de la part de tout le monde. On doit tous se poser les bonnes questions. Il y a des gens qui sont là pour ça. Moi, je suis là pour jouer." Une déclaration plus ou moins adressée directement à Paulo Fonseca, son entraîneur. Ce dernier ne va d’ailleurs guère l’apprécier. Entre les deux, le rapport commence à se crisper.

Départ manqué…

Serie A
La Roma a lavé l'affront
IL Y A UN JOUR
Près d’un mois plus tard, et alors que le mercato estival bat son plein, Dzeko se met d’accord avec la Juventus Turin, alors en quête d’un attaquant. Problème, la Roma ne le laisse partir qu’à la seule condition de lui trouver un remplaçant au préalable. Longtemps espéré, Arkadiusz Milik ne débarquera jamais. Résultat, Dzeko défait ses valises et reste dans la ville éternelle. Pas une contrainte pour lui, qui reste profondément attaché à un club pour lequel il a inscrit 77 buts en 156 matches de Serie A. Le Bosnien dépasse même la barre des cent buts toutes compétitions confondues : 114 réalisations en 242 rencontres.

Dzeko - Torino-Roma - Serie A 2019/2020 - Getty Images

Crédit: Getty Images

Leader du vestiaire romain, apprécié par ses coéquipiers, idole des tifosi et de la Curva Sud : Dzeko met sa rancœur de côté. Paulo Fonseca aussi. Les deux ne deviennent pas les meilleurs amis du monde pour autant, mais leur relation reste professionnelle avec, pour ambition, de faire passer le bien de la Roma avant tout. Si le capitaine giallorosso a longtemps flirté avec la Juve et l’Inter Milan un an plus tôt, c’est surtout pour son envie de gagner des trophées, bien conscient que son âge (34 ans) ne va pas se mettre à reculer miraculeusement. Mais il ne prend pas mal ce (nouveau) vrai-faux départ. Fonseca non plus, même s’il avait donné son feu vert.

… et nouvelle fracture

A pile la moitié de la saison, la Roma ne se porte pas vraiment mal. Du moins en apparence. Les Giallorossi sont actuellement troisièmes de Serie A. Et d’ici une quinzaine de jours, ils affronteront Braga en 16e de finale de Ligue Europa. Problème, la bande à Fonseca a perdu un derby sans pratiquement le jouer (3-0) et deux matches sur tapis vert. Le premier pour une erreur administrative contre l’Hellas Vérone en tout début de saison, puis le deuxième pour avoir effectué six changements au lieu de cinq autorisés face à la Spezia en 8e de finale de la Coupe d’Italie le 19 janvier dernier. Pas vraiment acceptable pour un tel club. Très remontés après cette nouvelle maladresse, les Friedkin (la famille propriétaire du club, ndlr) décident de se séparer de Manolo Zubiria, le "Global Sport Officer" du club, et surtout du "Team Manager" Gianluca Gombar, très apprécié par les joueurs de l’équipe première.
Au lendemain de cette sanction, la Roma frôle son Knysna à elle. La reconstruction est alors rapportée et confirmée par l’ensemble des médias italiens. Très remontés, les joueurs de l’équipe première décident de se révolter. Ou du moins ne pas rester les bras croisés. Il est alors 11h en ce jeudi du côté de Trigoria, le centre d'entraînement de la Roma. Au terme d'une séance vidéo avec Paulo Fonseca, les sénateurs du groupe se lèvent pour prendre la parole et demander la réintégration de Gombar. Tout comme Pau Lopez, Lorenzo Pellegrini ou Gianluca Mancini, Edin Dzeko donne également de la voix. Le ton monte entre les parties. Puis le discours dérive sur l’aspect technico-tactique, sujet à plusieurs incompréhensions entre staff et joueurs. La réunion dure plus de trois heures. Au final, Dzeko et ses coéquipiers s’entraînent dans l’après-midi. Et donc pas le matin, comme initialement prévu. Mais cette confrontation va laisser des traces, en plus de ne pas faire changer d’avis les dirigeants romains sur la question Gombar.
Le week-end suivant, Dzeko est absent du groupe pour affronter La Spezia, cette fois en championnat. Officiellement pour une légère blessure, bien réelle mais pas totalement insurmontable. Le jour du match, l’attaquant est bien présent dans les tribunes de l’Olimpico et fête la victoire in extremis (4-3) des siens, qui sauve d’ailleurs la tête de Paulo Fonseca, annoncé comme partant en cas de revers.
Un soulagement pour l’entraîneur romain, qui refuse toutefois d’évoquer le cas de son attaquant dans l’après-match. L’euphorie ne permet pas tout. Gian Piero Gasperini, lui, avait opté pour le même silence sur la situation du Papu Gomez après la victoire capitale des siens sur le terrain de l’Ajax Amsterdam en Ligue des champions. Encore une analogie entre les deux cas.

Roma-Fiorentina, Serie A 2020-2021: Paulo Fonseca et Edin Dzeko (Getty Images)

Crédit: Getty Images

Ces derniers jours, le capitaine romain a continué de s’entraîner en marge du groupe. Selon le club, c’est uniquement pour une blessure pas totalement guérie. Une version démentie catégoriquement par l’entourage du joueur. Selon Sky Italia, la réalité est la suivante : Fonseca a décidé de pas réintégrer Dzeko après la confrontation post-Spezia de Coupe, ses dirigeants ont validé cette décision et le capitaine romain est donc officieusement mis de côté dans l’attente d’une solution.
Fonseca attend des excuses
Dans son histoire romaine (depuis août 2015), Dzeko, dont le caractère trempé est notoire, n’était jamais arrivé à un tel point de rupture. Il y a bien eu des désaccords avec Luciano Spalletti, des envies d’ailleurs assumées et quelques problèmes avec des dirigeants désormais partis… Mais cette fois, le point de non-retour semble atteint pour celui qui a connu deux présidents, six directeurs sportifs et cinq entraîneurs différents depuis son arrivée à Rome.

Edin Dzeko

Crédit: Getty Images

Face à une telle situation, et puisque Fonseca devrait rester sur le banc, l’ex-attaquant de Manchester City est dans l’impasse. La Roma aussi. L’option privilégiée ? Un départ avant la fin du mercato, qui ferme le 1er février à 20h en Italie. Une course contre la montre a ainsi débuté depuis quelques jours. Et c’est ainsi que les dirigeants romains ont toqué à la porte de ceux de l’Inter pour proposer un échange de prêts de six mois avec Alexis Sanchez.
"Fonseca ne veut pas bouger de sa position, il attend des excuses de son joueur pour un comportement qu’il estime irrespectueux, expliquait jeudi soir le toujours très bien informé Angelo Mangiante, envoyé spécial de Sky Italia du côté de l’AS Rome. Le joueur, lui, est très déçu de la situation. Il voulait s’entraîner et jouer dimanche soir. Son envie, c’est rester à Rome." Une volonté pas vraiment partagée par son coach, qui explique directement cette proposition plutôt surprenante à l’Inter. L’été dernier, la Roma avait bouclé un deal de 18 millions d’euros (16+2 de bonus) avec la Juve. C’est dire à quel point la situation est actuellement désespérée.

Et maintenant ?

Mais que se passera-t-il si la Roma ne trouve pas d’accord avec l’Inter avant le gong final du mercato ? Il y aurait alors deux options. La première, c’est que les deux intéressés s’expliquent pour crever l’abcès et (si possible) faire la paix. Ou au moins faire une trêve. Autant dire un mirage à l’heure actuelle. L’autre, c’est que Dzeko reste en marge du groupe jusqu’à la fin de saison sans jamais faire son retour. De quoi se tirer une balle dans le pied pour la Roma, plus que jamais dans la course au scudetto.
Une situation qui serait également délicate à gérer pour l’ensemble du club, conscient de la cote de popularité du capitaine romain auprès des tifosi et de ses coéquipiers. Selon Sky Italia, Lorenzo Pellegrini , qui a récupéré le brassard, a lui-même rendu visite à Dzeko pour jouer le rôle du médiateur. Et tenter d’éviter un divorce dont personne ne sortirait vainqueur.

Fonseca et Dzeko

Crédit: Getty Images

Serie A
L'Inter n'a pas levé le pied pour remporter le choc
12/05/2021 À 20:55
Ligue Europa
Quatre ans après, revoilà MU en finale
06/05/2021 À 20:56