Max Verstappen est un voltigeur et ce n'est pas à la veille de la course qui pourrait le couronner champion du monde qu'il changera. Samedi, sur le circuit de la marina de Yas, théâtre du Grand Prix d'Abu Dhabi, il a refait le coup de Djeddah, en mieux. En Arabie saoudite, il avait sorti un tour époustouflant en Q3, jusqu'à la sortie du virage n°27, négocié à fond, dans l'idée d'accroître son avance prévisionnelle de 0"4 sur Lewis Hamilton (Mercedes).
Le film de la qualification
Sur le tracé émirati, l'as de Red Bull a encore attaqué. Trop, cette fois en Q2, puisqu'il a fait un plat sur le pneu avant gauche, avec lequel il avait prévu de démarrer la course, à l'instar de son rival pour le titre. Dans la logique d'agressivité qui l'a guidé toute la saison, il a alors fait le pari de retourner en piste en pneus "tendre" pour améliorer son temps afin de partir avec les gommes haute performance de Pirelli, dimanche à 14h. Il n'avait de toute façon pas le choix : c'était progresser ou s'élancer avec un pneu "carré", sans la moindre chance de tenir longtemps devant la Mercedes n°44.
Grand Prix d'Abu Dhabi
Une pole et un coup de poker pour Verstappen
11/12/2021 À 14:06

Hamilton : "Un tour fantastique de Max"

Cette première mission accomplie, il s'est lancé dans la Q3 avec l'obligation d'arracher à l'Anglais - favori pour la pole position - la meilleure place sur la grille de départ de la dernière manche de la saison. Celle à partir de laquelle les six derniers polemen ont gagné. Avec l'aide de son coéquipier Sergio Pérez, il y est parvenu avec brio. D'autant que, en mal de vitesse de pointe lors de l'ultime entraînement face aux W12 allemandes, il embarquait un aileron arrière générant moins d'appui, afin de tenir le choc dans les portions les plus rapides.
Au bout d'un tour mesuré en 1'22"109, il a rejeté Lewis Hamilton à 0"371. Un gouffre valant bien une 13e pole position en carrière, sa première depuis Austin, le 23 octobre. Une éternité à l'échelle de l'as hollandais, habitué à squatter la position de pointe en début de saison. "C'était un tour fantastique de Max, nous ne pouvions rivaliser", a d'ailleurs reconnu Lewis Hamilton.
Supporter du PSV, Néerlandais sans romantisme : Verstappen, l’orange à part
"C'est bien sûr une sensation géniale, s'est-il exclamé à chaud, au micro de David Coulthard. Je suis incroyablement content de ça, c'est ce que je voulais, mais ce n'est jamais facile, spécialement avec leur forme (celle des Mercedes) lors des dernières courses."

"Ce ne fut donc pas une décision compliquée"

"C'était très agréable sur le premier run, a-t-il précisé un peu plus tard en conférence de presse FIA. Sur le second, je suis très bien sorti du n°7 (la chicane entre les deux lignes droites), mais évidemment j'ai bénéficié d'une bonne aspiration dans le premier run. Cela a toujours été le plan : je voulais démarrer en 'medium' mais j'ai fait un plat dessus. "J'avais fait un bon run long vendredi avec le 'tendre', ce ne fut donc pas une décision compliquée de les prendre."
Et d'ajouter à quel point ce compromis ne l'affole pas. "Je me suis bien senti avec les deux types de pneus, a-t-il rappelé, à propos de ces tests comparatifs, vendredi. Naturellement, il fait un peu plus froid le soir, ce devrait donc être un peu meilleur pour le "tendre", mais nous verrons bien. C'est très important de prendre un bon départ. De là, nous tenterons de faire la meilleure course possible. Et nous verrons bien comment ça se termine."
Sur Canal+, il n'a pas manqué de saluer la contribution de Sergio Pérez. "Tout a très bien fonctionné en tant qu'équipe, particulièrement avec Checo, je suis très content de ça, a-t-il dit à la chaîne française. Par rapport aux essais libres, on a fait avancer la voiture dans le bon sens. Je ne voyais pas les choses comme ça. On espère toujours se battre pour la pole, mais je ne m'attendais pas à être autant devant."

L'usure du "tendre" sera la clé dimanche

"Nous avons parlé de l'aspiration ce matin et nous avons abaissé l'appui, a expliqué Christian Horner, le directeur d'équipe de Red Bull Racing à Sky Sports, diffuseur de la Formule 1 outre-Manche. C'était la seule façon de concurrencer ces gars [Mercedes] en ligne droite. Après la Q1, je me suis dit : 'Wahou, les chronos que sort Lewis, nous ne pouvons pas faire ça !' Mais nous avons pris l'avantage en Q2. Ses deux runs (en Q3) ont été exceptionnels et, bien sûr, l'aspiration donnée par Sergio a été un travail d'équipe absolument parfait."
"Ce fut l'un des plus beaux tours de Max de l'année, s'est-il félicité. Même dans le tour suivant, nous lui avons demandé de ralentir et il a fait le même temps. L'aspiration vaut 0"1 ou 0"2, mais pas une demi-seconde. Son dernier secteur, avec son niveau d'appui, est juste dingue. Absolument dingue."
Evidemment, comme l'a avoué MV33 le plan était de partir en "medium", avant de passer les "dur". Et partir en "tendre" modifie considérablement l'équation. Car LH44 allongera forcément son premier relais avec ces "medium", avec l'objectif de ressortir des stands devant.
"C'est vraiment du 50-50, a avoué le manager anglais de Red Bull Racing. Nous ne sommes pas trop contrariés de démarrer avec les 'tendre'. Le 'medium' est plus résistant mais le rôle que va jouer la dégradation en course va être très intéressante à observer." Si Verstappen parvient à limiter leur usure, il aura vraiment une bonne chance de l'emporter car le V6 "magique" de Lewis Hamilton semble jusque-là avoir un impact moindre qu'à Sao Paulo et à Djeddah.
Grand Prix d'Abu Dhabi
Latifi choqué par "la haine et les menaces" après son accident lors du Grand Prix d'Abu Dhabi
21/12/2021 À 16:32
Grand Prix d'Abu Dhabi
La FIA va étudier les événements controversés de la course
15/12/2021 À 20:35