Getty Images

Hamilton pense qu'il doit travailler ses départs

Hamilton pense qu'il doit travailler ses départs

Le 17/03/2019 à 11:35Mis à jour Le 17/03/2019 à 11:40

GRAND PRIX D'AUSTRALIE - Deuxième dimanche, Lewis Hamilton (Mercedes) a accepté le verdict de la piste. S'il n'a pas fait un si mauvais départ, il cherche à comprendre d'où vient le souci.

Lewis Hamilton a perpétué dimanche la dure réalité du polemen à Melbourne. Il est le sixième exemple de champion du samedi débouté le dimanche sur les huit dernières éditions du Grand Prix d'Australie. Pourtant, il n'a pas donné l'impression de rater son démarrage, mais son coéquipier Valtteri Bottas a fait beaucoup mieux. Un instant déterminant qui a propulsé le Finlandais dans un monde parfait pendant qu'il commençait une pénible lutte avec sa Mercedes. Il s'est plaint de la dégradation accélérée de ses pneus tout en décrivant une monoplace à l'équilibre "neutre". A l'arrivée, son équipe a révélé avoir constaté un problème de fond plat dégradé.

"Ça a été un bon week-end pour l'équipe, donc je dois être heureux pour tout le monde et le travail fantastique effectué, a déclaré le quintuple champion du monde, deuxième à 20 secondes. Valtteri a fait une course incroyable, alors il le méritait vraiment. On a juste du travail à faire. C'est quand même un très bon début d'année, plus que ce que nous aurions pu espérer en tant qu'équipe."

"Je ne me rappelle pas vraiment du départ, a-t-il poursuivi. Je ne sais pas, mes roues ont peut-être patiné. Ça n'a pas d'importance car celui de Valtteri était meilleur. (...) C'était un peu frustrant, surtout quand on a eu un bon week-end jusque-là, mais c'est le jeu. Je vais simplement travailler dur pour faire mieux la prochaine fois. (...) Je ne suis pas entièrement satisfait de l'équilibre de ma monoplace mais ça n'est pas la fin du monde. Ça n'est pas un problème pour moi d'être deuxième."

0
0