"Quelle journée !", s'est écrié Lewis Hamilton, au micro de Jenson Button, à l'arrivée. "Quelle victoire !", pourrait-on ajouter. Dimanche à Montmelo, Lewis Hamilton a déroulé une masterclass tactique pour aller chercher sa 98e victoire en Formule 1, au lendemain de sa centième pole position.
Le film de la course
Oui, l'auteur de la pole l'a enfin emporté cette saison et la tradition du Grand Prix d'Espagne en la matière n'y a été pour rien. Depuis la création de la course à Montmelo, en 1991, il est le 23e poleman vainqueur en Catalogne en 31 éditions. Une statistique désespérante qui explique pourquoi les dimanches de Formule 1 ont souvent été mornes au nord de Barcelone. Il faut donc souligner son mérite d'avoir fait de 2021 une édition mémorable, car il a triomphé en prenant à revers le leader Max Verstappen (Red Bull) pour s'imposer sur une stratégie à deux arrêts au stand, à laquelle le Néerlandais a répondu une fois battu, pour aller limiter la casse avec le point bonus du meilleur tour en course.
Grand Prix d'Espagne
Un chef d'oeuvre tactique et Hamilton supplante Verstappen
09/05/2021 À 14:37
Verstappen accuse le coup : "J'étais une cible facile, ils sont meilleurs que nous"

"C'est dingue, ils ont tellement plus de grip que nous !"

Parti de la pole position, l'Anglais de Mercedes a en fin subi l'autorité de son rival de Red Bull au premier tournant. Et il l'a suivi un peu désespérément lors d'un premier relais en pneus "tendre" parfaitement maîtrisé par la RB16B n°33. Pire : en allongeant son relais de quatre tours par rapport à Max Verstappen, Lewis Hamilton s'est retrouvé lâché, 4"3 derrière le Batave à son retour en piste, au 29e des 66 tours à couvrir.
Mais quelque chose avait changé : en Pirelli "medium", la W12 n°44 volait littéralement derrière la RB16B n°33. Sans l'ombre d'une chance de la croquer au DRS dans la ligne droite des stands malgré quatre occasions. Néanmoins, le pilote de Milton Keynes avait compris qu'il s'en faudrait d'un rien pour que tout ne bascule. "C'est dingue, ils ont tellement plus de grip que nous !", a-t-il lâché à la radio.
Hamilton voudrait être fixé sur 2022 avant la trêve estivale
Perdu pour perdu, Lewis Hamilton a alors décidé de reprendre la main au plan stratégique en rentrant une seconde fois, pour mettre encore plus le doute dans l'esprit de Max Verstappen, déjà pas sûr de pouvoir aller au bout avec ses gommes jaunes. "Combien devons-nous reprendre de temps ?", a-t-il demandé à un moment à Peter Bonginton, son ingénieur, une fois en chasse. "Actuellement 22 secondes, mais on l'a déjà fait", lui a répondu '"Bono".
Alerte au pillage : Red Bull a approché une centaine d'employés de Mercedes pour son moteur

"J'ai chassé Max au maximum"

Du 43e au 60e tour, Lewis Hamilton a en fait repris au leader les 24 secondes qu'il lui avait abandonnées au stand pour porter l'estocade au virage n°1, sans se voir opposer de résistance. Un remake parfait du Grand Prix de Hongrie 2019 !
"Tout d'abord, je veux mentionner les quelques 1 000 spectateurs qui ont pu venir, s'est exclamé Lewis Hamilton à sa descente de voiture, au micro de son ancien coéquipier de McLaren, le champion du monde 2009 Jenson Button. Je vois même des drapeaux Mercedes, ça faisait longtemps qu'on n'en avait pas vus ! Ah, je me sens très bien !"
"Evidemment, le travail paie !, a-t-il poursuivi, en commençant par raconter sa chevauchée fantastique qui lui vaut de détenir, à égalité avec Ayrton Senna à Monaco, le record de cinq victoires de suite sur un même circuit. Le départ a été très serré, il y avait beaucoup de gomme à l'extérieur (ndlr : côté droit de la piste). Après, j'ai chassé Max au maximum. Cela a été si serré, si longtemps, et je ne pensais pas pouvoir faire durer les pneus. Mais au bout du compte, j'y suis parvenu. Cela a été un long chemin pour lui reprendre 20 secondes mais c'était un sacré pari, une stratégie vraiment géniale de l'équipe."
https://i.eurosport.com/2021/05/09/3129211.jpg

"Devais-je rentrer ou ignorer la décision ?"

"Deux arrêts, cela a été le plan tout le week-end, a-t-il révélé. Même si on (Pirelli) nous annonçait qu'un arrêt pouvait être meilleur, j'ai toujours su qu'il faudrait en faire deux. J'étais sur le point d'avoir une occasion de l'attaquer pour le doubler avant de m'arrêter au stand finalement (ndlr : la première fois) mais j'étais partagé. Devais-je rentrer ou ignorer la décision et rester en piste ? Evidemment, j'ai fait ce que l'équipe demandait et naturellement ce qui fait qu'il y a une grande confiance entre nous. C'est un remarquable travail de chacun dans l'équipe."
Avec trois succès en poche en quatre Grands Prix, Lewis Hamilton conforte sa place de n°1 mondial avec 14 unités d'avance sur Max Verstappen. Ce n'est pas énorme mais ces deux-là ne vont sans doute pas se lâcher de toute la saison. Pour la quatrième fois de suite, ils ont monopolisé les deux premières places sur les podiums, à Sakhir, Imola, Portimao et donc Montmelo. Un fait qui n'a eu qu'un précédent en 2019 entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas et qui témoigne de l'âpreté du duel engagé.
Grand Prix d'Espagne
La peur de Mercedes ? "L'aileron arrière de Red Bull testé vendredi qui ferait gagner 3 dixièmes"
11/05/2021 À 14:48
Grand Prix d'Espagne
"L'an passé, Hamilton se plaignait parce qu'il s'ennuyait. Tout le contraire de cette saison"
11/05/2021 À 14:39