C'est précisément là où elle avait découvert que sa saison serait catastrophique, l'année dernière, que Ferrari a compris qu'elle a bien repris la bonne direction. La Scuderia, encore profondément marquée par un exercice historiquement mauvais, a bouclé un week-end franchement consistant dans le cadre du Grand Prix d'Espagne. Au point de reprendre la main, du strict point de vue de la performance, dans la course à la troisième place.
Dimanche, à Montmelo, l'écurie italienne a placé son pilote N.1 devant les deux McLaren et intercalé son N.2 entre les bolides orange papaye. C'est une première cette saison. Ce qui ne veut pas dire qu'il s'agit d'une anomalie. D'abord parce que Charles Leclerc et Carlos Sainz avaient déjà battu leurs rivaux directs en qualification. Ensuite parce qu'ils l'ont fait sur le très complexe tracé catalan. "Si vous vous en sortez bien ici, vous pouvez vous en sortir sur beaucoup d'autres circuits", disait justement Mattia Binotto, évidemment satisfait de voir ses voitures rangées aux quatrième et septième places.

Norris, Leclerc, Pérez… Qui sera le 3e homme de la saison ?

Grand Prix d'Espagne
Bonus-malus : A Hamilton la remontée qui tue, à Gasly l'erreur qui fait mal
09/05/2021 À 21:52
L'année dernière, Ferrari avait bouclé cette même épreuve en apnée, après l'abandon de son chouchou monégasque, une bouillie stratégique et un exploit de Sebastian Vettel qui ne lui avait pourtant pas permis de viser plus haut que le septième rang. Bref, la Scuderia va mieux et il n'y avait pas à sortir de Saint-Cyr pour le savoir. En revanche, il était beaucoup plus difficile de l'imaginer prendre le dessus sur McLaren de la sorte, alors qu'elle fut plutôt spectatrice des excellentes prestations de Lando Norris lors des trois premières manches.

Ferrari reprend l'ascendant psychologique sur McLaren

"Les Ferrari sont performantes depuis le début de la saison, a d'ailleurs assuré le pilote britannique, huitième dimanche. Je ne sais pas pourquoi les gens les sous-estiment autant." En réalité, la SF21 avait été un peu moins performante que la monoplace de Woking. "Au niveau de la vitesse de passage en courbes, elle a toujours été l'une des meilleures cette saison, a rétorqué Norris. Donc, pas étonnant qu'elle soit rapide sur ce circuit."

La Ferrari de Charles Leclerc devant la Mercedes de Valtteri Bottas au Grand Prix d'Espagne, le 9 mai 2021

Crédit: Getty Images

Pour la première fois de la saison, le Cheval Cabré a cumulé plus de points que McLaren. Dans la course au "meilleur des autres constructeurs", c'est-à-dire à la troisième place, l'écurie italienne ne compte que cinq unités de retard. Surtout, elle a enfin une idée plus précise des progrès réalisés ces derniers mois. "Nous avons plus de puissance, plus d'appui aérodynamique, plus d'adhérence, a relevé Leclerc au micro de Sky Sports. Sur les courses, ça nous aide beaucoup. L'année dernière, il était très difficile de trouver le bon équilibre durant les Grands Prix. Avec le réservoir plein, on sentait beaucoup plus les points faibles de la voiture."

Leclerc refait du Leclerc

Et si Ferrari va mieux, c'est aussi parce que son leader est redevenu lui-même. Depuis le début de la saison, Charles Leclerc sacrifiait une bonne partie des tests du vendredi dans l'unique but de jauger le niveau réel de sa monoplace. À Montmelo, il a complètement revu sa méthode, optant désormais pour une approche consistant à "avancer étape par étape tout au long du week-end". Résultat : le Monégasque n'a jamais quitté le Top 5 aux essais. En course, il a fini au pied du podium après avoir tenu, durant un relais entier, la Mercedes de Valtteri Bottas qu'il avait dépassée au prix d'un dépassement "alonsesque" au virage N.3. Opportuniste. Comme il avait si souvent été en 2020 pour sauver quelques meubles.
Ferrari peut donc continuer à envisager des jours meilleurs, même si tout n'est pas encore parfait. Le déficit de puissance de son moteur a encore posé beaucoup de problèmes à Carlos Sainz, qui a pourtant bien tenté de mener une course d'attaque. Mais l'essentiel est ailleurs. "Ces résultats montrent que la direction que nous prenons en termes de développement est la bonne, s'est réjoui Leclerc. Je suis presque sûr que tout le monde à l'usine est heureux de voir ce résultat." À Maranello aussi, le moral est revenu.
Grand Prix d'Espagne
La peur de Mercedes ? "L'aileron arrière de Red Bull testé vendredi qui ferait gagner 3 dixièmes"
11/05/2021 À 14:48
Grand Prix d'Espagne
"L'an passé, Hamilton se plaignait parce qu'il s'ennuyait. Tout le contraire de cette saison"
11/05/2021 À 14:39