Getty Images

Gasly colle enfin à Verstappen, Grosjean revit avec la Haas de Melbourne

Gasly colle enfin à Verstappen, Grosjean revit avec la Haas de Melbourne

Le 13/07/2019 à 19:48Mis à jour Le 13/07/2019 à 20:15

GRAND PRIX DE GRANDE-BRETAGNE - L'optimisme revient dans le clan français. Pierre Gasly a répondu aux attentes de Red Bull en se qualifiant cinquième, samedi à Silverstone. Et Romain Grosjean a montré à Haas que sa demande de revenir à sa voiture de Melbourne était pertinente.

"Jusque-là, on peut dire que c'est le week-end le plus solide de l'année, a déclaré le Normand. Les essais se sont bien passés, c'était important d'être bien placé sur la grille, ce que nous offre cette 5e place. Toutes les choses que nous avons changé avec l'équipe, les améliorations que nous avons apportées ont l'air de porter leurs fruits. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit parfait immédiatement mais on a beaucoup progressé ce week-end. C'est positif de voir que c'est payant."

Max Verstappen (Red Bull) au Grand Prix de Grande Bretagne 2019

Grosjean devant Magnussen avec la Haas de Melbourne

Cette saison, il a toujours été le meilleur Français en qualification. Il est vrai que Romain Grosjean a dans les mains une Haas moins performante et constante d'un circuit à l'autre que les années passées. Le pilote de l'écurie américaine s'est qualifié 14e sur le circuit anglais, où il n'a plus score depuis 2012. Et si ce n'est finalement pas un mauvais résultat, c'est un résultat qui a quand même de quoi interpeller car il a repris ce week-end sa voiture dans sa version de début de saison. Ne sachant plus comment la piloter pour en tirer le meilleur parti, il a demandé à son équipe à revenir à la configuration de Melbourne. Et, surprise, il a battu son coéquipier Kevin Magnussen sur le modèle considéré comme le plus évolué.

"Ce sont des qualifications frustrantes. La Q3 était à notre portée, la voiture réagissait vraiment très bien, a exposé le Tricolore, qui n'a plus participé à la dernière partie de qualification depuis le Grand Prix d'Espagne, le 11 mai. Mais en Q2, quelque chose n'allait pas avec les deux trains de pneus. Au premier tour, j'étais à une seconde de mon meilleur temps, il n'y avait absolument pas d'adhérence. Pourquoi ? Je ne sais pas. Ça n'a juste pas fonctionné, impossible de reproduire le rythme de la Q1. J'espère qu'on trouvera."

Reste donc pour lui à évaluer la Haas de Melbourne en course pour savoir ce qui ne va pas sur celle de Kevin Magnussen. "En termes de ressenti, c'est bien mieux, a-t-il indiqué. Il faut comprendre quelles sont les différences entre les deux packages et y ajouter un peu d'appuis."

Romain Grosjean (Haas) n'a inscrit que deux points cette année et augmenter ce score au volant d'une voiture dont le package commence à dater serait une belle performance.

Vidéo - 112 fractures, hystérie Mansell, prêtre défroqué… Les incroyables du GP de Grande Bretagne

02:04
0
0