Getty Images

Bonus-malus : Daniel Ricciardo, Esteban Ocon et Pierre Gasly princiers

Bonus-malus : Ricciardo, Ocon et Gasly princiers

Le 27/05/2018 à 22:14Mis à jour Le 28/05/2018 à 11:55

GRAND PRIX DE MONACO - Daniel Ricciardo (Red Bull) a malgré lui échappé à l'ennui, dimanche, tandis qu'Esteban Ocon (Force India) et Pierre Gasly (Toro Rosso), respectivement sixième et septième, ont fait des miracles avec leurs pneus.

La note : 1/5

Des pilotes sur la retenue à peu près partout pour faire durer les "hyper tendre". Avant de se retenir pour les mêmes raisons avec les "ultra tendre", quelques rares perspicaces ayant parié sur les "super tendre". Spectacle insignifiant.

Résultat du Grand Prix de Monaco 2018

Le vainqueur : Daniel Ricciardo (Red Bull)

C'est très dur de revenir sur le théâtre d'un échec cuisant et d'y triompher finalement en surmontant autant d'écueils. MGU-K HS au tiers de la course, boîte de vitesses sur six rapports au lieu de huit, l'Australien a fait preuve d'un mental hors du commun sans commettre le moindre impair sous la pression. Sa RB14 plus à l'aise avec les pneus que la Ferrari de Sebastian Vettel, il a même réussi à décourager l'Allemand, décroché à plus de sept secondes.

"C'est sans aucun doute le week-end le plus satisfaisant de ma carrière", a-t-il dit.

Après six courses en 2018, "Dan The Man" égalise à deux victoires partout avec Lewis Hamilton (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari), qu'il suit désormais au championnat du monde.

Les performers : Esteban Ocon (Force India) et Pierre Gasly (Toro Rosso)

P6 en qualification, P6 en course : Esteban Ocon était "le meilleur des autres" ce week-end. Des années-lumière devant son coéquipier, Sergio Pérez.

Pierre Gasly, lui, avait franchi un palier samedi et tout compris des "hyper tendre". Le relais de 37 tours qu'il a réussi à faire avec en a fait rêver plus d'un. Le tremplin vers une incroyable septième place. Sans céder à Nico Hülkenberg (Renault) ni Max Verstappen (Red Bull) !

Les battus : Les pilotes Haas

Romain Grosjean et Kevin Magnussen (Haas) aux deux dernières places, dès le premier tour, on avait compris… Les techniciens de l'équipe US sont passés totalement après de l'équation posée par les "hyper tendre" ce week-end.

Le deuxième meilleur temps en course du Français, 15e à 1 tour, est un sacré faux semblant.

Et au championnat du monde des constructeurs, Haas recule encore d'un cran, désormais septième.

Le maudit : Charles Leclerc (Sauber)

Pas de victoire en Formule 2, ni de Top 12 en Formule 1. La faute à la casse du disque de frein avant droit de sa Sauber à six tours du but.

Le naufragé : Lance Stroll (Williams)

Déjà pas dans le coup l'an dernier, le Canadien a piloté trois jours à côté du sujet. Pas à l'aise, nerveux, il a crevé deux fois et passé son temps à scruter les drapeaux bleus. L'impression que Monaco est un exercice trop exigent pour lui.

La question : Fallait sortir la voiture de sécurité ?

Non, évidemment, car c'était une question d'honnêteté intellectuelle et sportive qui n'avait rien à voir avec la nécessité de sauver une épreuve dépourvue d'intérêt depuis son premier mètre. La voiture de sécurité virtuelle était parfaitement appropriée lors de l'accident de Charles Leclerc (Sauber) avec Brendon Hartley (Toro Rosso). Regrouper le peloton pour les cinq derniers tours aurait été un mépris pour le sport et le risque d'une injustice insupportable à l'endroit de Daniel Ricciardo (Red Bull).

Le bonus : Le podium

Daniel Ricciardo a cassé les codes d'une cérémonie guidée en faisant boire du champagne au prince Albert II et à sa femme, Charlene. Il a surtout infligé un shoey au pauvre Adrian Newey, qu'on n'avait plus vu à pareille place depuis un moment.

Le malus : L'abandon de Fernando Alonso (McLaren)

L'Espagnol était P8. Un bris de boîte de vitesses qui fait perdre 5 points à Woking dans la course à la 4e place des constructeurs.

La stat : 1

Pour la 1re fois, Daniel Ricciardo (Red Bull) a gagné en menant de bout en bout.

La déclaration : Fernando Alonso (McLaren)

" La F1 devrait donner quelques chose en retour aux fans qui ont acheté des tickets pour la course probablement la plus ennuyeuse jamais vue."
0
0