Getty Images

Hamilton : "Leclerc nous vole toutes les poles"

Hamilton : "Leclerc nous vole toutes les poles"

Le 28/09/2019 à 17:10Mis à jour Le 28/09/2019 à 18:05

GRAND PRIX DE RUSSIE - Lewis Hamilton (Mercedes) s'est amusé de la quatrième pole position de Charles Leclerc (Ferrari), samedi à Sotchi. Mais si le Britannique l'a trouvée déconcertante, il n'a pas dit son dernier mot...

On avait vu un Lewis Hamilton maussade après la qualification à Singapour, battu par la Ferrari de Charles Leclerc sur une piste normalement favorable à sa Mercedes. A Sotchi, l'histoire s'est finalement répétée et, c'est la preuve que le rapport de force a évolué entre Brackley et Maranello, le Britannique a beaucoup mieux vécu sa nouvelle défaite sur le tour chrono.

Pourquoi ? Parce que sa W10 n'avait jamais approché à beaucoup moins de 0"4 la rossa aux entraînements, et que la 2e ligne lui était promise. Finalement, il s'est glissé entre les SF90 n°16 et 5 dans un ultime tour en Q3. Une réelle performance vu la seconde pleine encaissée par Valtteri Bottas.

"Il nous vole toutes les poles", a blagué le numéro 1 mondial à sa descente de voiture, au micro de Jenson Button, son coéquipier des années McLaren. "Ce fut une qualification acharnée, car ces gars ont une vitesse de dingue en ligne droite ; un "mode jet" !", a-t-il ajouté.

En "medium" au départ

"Ça ressemble à un week-end vraiment positif jusqu'à maintenant, je suis donc content du boulot fait collectivement. Nous avons bossé tellement dur la nuit dernière et ça s'est bien mis au bout du compte. Le but ultime est d'être aussi prêt que possible des 100 pour cent et je ne pense pas qu'il y avait beaucoup plus à tirer de la voiture. Sotchi est une piste où j'ai toujours galéré mais aujourd'hui, ça s'améliorait de tour en tour, je n'ai pas vraiment commis de faute et le dernier tour était bon."

Du temps de ses pole positions à répétition, il parlait de "mode fête" à propos de la cartographie spéciale de son moteur en Q3. C'est sûr que les machines de Maranello avancent encore à une vitesse supersonique en Russie. Mercedes a estimé leur avantage en lignes droites à 0"8.

A la régulière, on ne voit donc pas tellement comment il pourrait aller plus vite que Charles Leclerc sur les 53 tours de course. Pas au départ, déjà, puisqu'il n'aura que des "medium" face aux "tendre" plus adhérents de la voiture rouge.

Sa seule chance sera effectivement de développer une stratégie différente. Et là, théoriquement, il en aura les moyens. "Nous avons été assez chanceux de pouvoir opter pour une stratégie différente, a-t-il relevé. Le run est long jusqu'au virage n°1, ce qui n'est pas toujours le mieux quand on démarre avec des pneus plus durs, mais je vais essayer de passer Charles si j'en ai l'opportunité."

0
0