Il fallait suivre Charles Leclerc jusqu’au bout du chrono lors de la qualification ce samedi. Sur un fil, le Monégasque est passé près de la correctionnelle en Q2 avant de connaître un dernier tour canon pour chiper la quatrième place à Pierre Gasly (Alpha-Tauri) en Q3 et s’inviter en troisième position au départ dimanche. Très confiant vendredi avec une Ferrari au grip adapté et conforme à ses qualités de pilotage, Leclerc a beaucoup moins bien vécu son samedi turc.
"Je me suis inquiété en Q2, a-t-il expliqué au micro de Canal +. On a remis les réglages des essais libres 2 avant les qualifications, mais la piste était encore humide et ç'a été très chaud pour passer". Aligné en Q3 pour gêner au maximum McLaren, Carlos Sainz pensait en avoir fini au moment où Daniel Ricciardo avait terminé sa séance bien plus tôt que prévu (16e temps de la Q3). C’était sans compter sur un Leclerc trop limite en Q2. Ni un ni deux, l’Espagnol est venu porter assistance à son coéquipier, lui offrant une aspiration plus que bienvenue dans son dernier tour. "Notre plan s’est déroulé à la perfection", a d’ailleurs insisté Sainz après coup.
Grand Prix des Etats-Unis
Première ligne explosive Verstappen - Hamilton : "C'est ce que les gens adorent"
IL Y A 3 MINUTES
"Ça nous aidera pour la course de demain, mais la qualification fut compliquée, surtout en Q1 et Q2, a confirmé le Monégasque. Mais Q3 s'est finalement plutôt bien passée, j'ai réussi à sortir un bon tour, et ça montre qu'on a fait le bon choix". 8e temps avant son dernier tour, Leclerc a finalement produit son effort sur le tard, propulsant sa Ferrari en deuxième ligne mais avec une ambition certaine.
On ne se bat pas avec Mercedes et Red Bull, mais avec McLaren
Parce qu’en Turquie, Leclerc a souvent brillé. Parti 12e en 2020, il avait tiré son épingle du jeu mais avait échoué dans sa quête de podium (4e) après un blocage de roue profitant à Sebastian Vettel. Cette fois-ci, sur piste sèche et avec une voiture qu’il dompte à la perfection, le Monégasque a toutes les clés en main pour accrocher son deuxième podium de la saison après Silverstone. A l’écouter, il ne visera d’ailleurs pas autre chose.
"Même quand je pars 15e, j'essaie de viser la victoire même si c’est souvent compliqué cette année malheureusement, a-t-il enchaîné. Mais il faut aussi être réaliste. On ne se bat pas avec Mercedes et Red Bull, mais avec McLaren. Il faudra prendre plus de points qu'eux".
Dans ce mano à mano avec la firme de Woking pour la troisième place, la carte Leclerc peut rapporter gros dimanche tant Lando Norris ne semble pas aussi serein que sur ses dernières sorties (P7) et tant Daniel Ricciardo risque de souffrir du trafic, à l'instar de Sainz. Alors, pour le pilote Ferrari, toutes les planètes sont alignées. "Si les conditions sont sèches demain, je suis confiant sur le fait qu’on ait un bon potentiel", a-t-il conclu. Suffisant pour enfin remonter sur la boîte ?

La Ferrari de Charles Leclerc lors des essais libres 1 au GP de Turquie

Crédit: Getty Images

Grand Prix de Turquie
Un fiasco signé Hamilton
10/10/2021 À 17:50
Grand Prix de Turquie
Le chassé-croisé continue : Verstappen repasse Hamilton en tête du championnat
10/10/2021 À 15:29