Ce n’est pas une finale, mais c’est un match tout aussi voire beaucoup plus difficile, mentalement, qui attend désormais les joueurs du Paris-Saint-Germain et du HBC Nantes, tous deux battus en demi-finale de la Ligue des champions samedi, respectivement par Aalborg (33-35) et par Barcelone (31-26). Le genre de rencontre où l’on a déjà un peu lâché, parce que l’objectif que les deux équipes s’étaient fixées avant le début du week-end ne sera pas atteint, mais où il faudra encore tout donner pendant 60 minutes, et plus si affinités, pour espérer ne pas revenir fanny de Cologne.
Mentalement, ça va être compliqué de se préparer
Les internationaux français du PSG comme Nedim Remili, Vincent Gérard ou Luka Karabatic connaissent cette situation, eux qui ont déjà joué un match pour la 3e place lors du championnat du monde en janvier, perdu par les Bleus face à l’Espagne. "Mentalement, ça va être compliqué de se préparer, on doit déjà analyser notre prestation aujourd’hui (samedi), reconnaissait le dernier cité après le match au micro de l’EHF. Mais, là, tout de suite, c’est difficile de se concentrer dessus [le match de ce dimance, NDLR], on va se reposer et demain on aura le temps de se préparer". Car pour Paris, la claque est grande.
Ligue des champions
"Ce n’est pas pour une 3e place qu’on vient" : le PSG consolé mais toujours frustré
13/06/2021 À 19:48

Le Paris Saint-Germain échoue encore dans le Final 4

Après un début de saison en dents de scie en Europe, les Parisiens, insatiables sur la scène nationale, avaient progressivement élevé leur niveau de jeu, sortant même le champion d’Europe en titre Kiel, en quart de finale. Alors que la C1 est le grand objectif du club, ce nouvel échec si près du but risque de peser lourdement dans les têtes des coéquipiers de Mikkel Hansen, toujours à la recherche de sa première C1. Surtout qu’ils affrontent une équipe qui, elle, avait déjà dépassé toutes les attentes en se présentant ce week-end en Allemagne.

Avantage au HBC Nantes ?

Tombeur de Kielce et Veszprem, Nantes avait bien entendu l’ambition de surprendre aussi le géant barcelonais, mais la défaite concédée par les coéquipiers de Rock Feliho, dont ce match pour la 3e place sera le dernier en carrière après 11 ans passés au club, semble bien moins contrariante que celle du PSG. "On va donner tout ce qu’on a, a annoncé le capitaine du "H" après la demi-finale. Là, on est tristes bien sûr parce qu’on voulait aller en finale et remporter cette Ligue des champions, mais demain (ce dimanche) on va essayer de finir la saison de la meilleure façon possible, pour nous et pour nos fans".

Le FC Barcelone trop fort pour le "H" de Nantes

L’ascendant psychologique penche ainsi en faveur de Nantes, qui a aussi été la seule équipe cette saison à battre Paris en championnat (25-24), fin avril. Les supporters du club aux trois hermines n’oublient pas non plus que leur équipe a déjà fait tomber l’octuple champion de France en titre à Cologne, lors de leur première participation au Final Four en 2018, en demi-finale (32-28). La victoire des Nantais face à Montpellier (36-26) la semaine dernière, dans un match certes sans enjeu, et la prestation valeureuse face aux Barcelonais, sont aussi des motifs d’espoirs de voir le club de Gaël Pelletier ramener une deuxième médaille de Cologne.
Une mission qui a de l’importance quand on sait que Nantes, 3e de Lidl Straligue, ne disputera "que" la Ligue Européenne la saison prochaine. Laisser une nouvelle trace au palmarès de la plus belle des compétitions du Vieux Continent serait un gage pour le futur, avant de tenter d’y revenir. Mais il ne faut pas non plus sous-estimer la capacité de révolte des hommes de Raul Gonzalez. Tandis que Elohim Prandi, Nedim Remili et Dylan Nahi, des joueurs qui avaient brillé lors des tours précédents, sont passés au travers en demie et voudront montrer leur esprit de revanche, le collectif parisien voudra aussi perpétuer une tradition : celle qui voit toujours Paris finir sur le podium à la Lanxess Arena.
Présent au Final Four pour la 5e fois lors des 6 dernières saisons, le PSG a terminé trois fois à la 3e place (2016, 2018, 2020), et une fois avec la médaille d’argent au tour du cou, suite à la frustrante défaite en finale face au Vardar Skopje (24-23) en 2017. Remili, marqué après la défaite du PSG, disait : "La saison a été longue, rude. On espérait finir de meilleure manière On va essayer de revenir meilleurs l'année prochaine", mais son équipe, comme le HBC Nantes, vont déjà tenter de finir fort.

Ce but de prestidigitateur de Solé n'a pas suffi au PSG

Ligue des champions
Petite consolation pour le PSG
13/06/2021 À 14:49
Ligue des champions
Paris n'y arrive vraiment pas
12/06/2021 À 14:49