Il y a tout juste un an, peut-être aurait-il signé les yeux fermés pour se retrouver là où il est aujourd'hui. Mais au fond, Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) est comme le commun des mortels : il est bien placé pour savoir que le monde peut changer du tout au tout, et vite. Le 15 septembre 2019, à Misano, le prodige niçois livrait son tout premier duel, coude contre coude, carénage contre carénage, face au meilleur pilote du monde, Marc Marquez (Honda HRC). On pensait alors qu'il s'agissait des prémices d'une histoire comme on en a vu des dizaines depuis que les motos ont deux roues ; celle d'un incontestable roi chahuté par un prince qui, avec le temps, finirait par prétendre au trône.
À l'époque, il fallait être un peu fou pour imaginer qu'une pandémie mondiale puisse affecter le sens de l'histoire. Marquez aurait-il précipité son retour comme il l'a fait si la saison s'était déroulée normalement ? Aurait-il même chuté dès la course d'ouverture ? On ne le saura jamais. Mais on peut en douter.

Fabio Quartararo lors du Grand Prix de Saint-Marin à Misano

Crédit: Getty Images

Grand Prix d'Émilie-Romagne
De nouveau dans le coup aux essais, Quartararo se remobilise
18/09/2020 À 16:30
Puisqu'il est impossible de faire machine arrière, Quartararo doit désormais vivre avec un statut particulier, quelques jours après avoir subi une double chute à... Misano, là même où il avait poussé Marquez dans une rivalité nouvelle. Le prodige français n'est plus le leader du championnat du monde. Il n'est même plus le favori à la couronne, tant le vécu et l'expérience d'Andrea Dovizioso (Ducati Team) semblent maintenant peser lourd dans la balance.

Le plus dur est derrière lui ?

Au fond, nous revoici à la problématique qu'avait soulevé la chute de l'empereur de Cervera, à Jérez. Le champion 2020 ne sera peut-être pas le plus talentueux ni même le plus rapide. Mais il sera, assurément, celui qui aura été le plus régulier, le plus imperméable à la pression et aux enjeux. Sur ces thèmes, "El Diablo" a flanché une première fois.
À Saint-Marin, il s'est impatienté derrière Maverick Viñales et l'a payé au prix fort. "C'est de l'expérience, et cela ne s'achète pas", avait-il justement analysé après la course. Le pilote de 21 ans n'a pas les 25 ans de Grands Prix de Rossi, derrière lui ni les 20 de "Dovi". Mais il apprend vite et, surtout, le schéma de la première moitié de saison tend à démontrer que les six points qu'il a concédés à l'Italien au championnat sont loin d'être insurmontables.
En l'absence de l'épouvantail Marc Marquez, le plateau est devenu plus homogène que jamais. Depuis le début du millénaire, aucun pilote n'avait mené le championnat avec si peu de points après six courses (76 pour Dovizioso) et c'est tout sauf un hasard.

Quartararo sait s'adapter

Grossièrement, on a vu Yamaha briller des circuits qui lui sont plutôt favorables (Jérez et Misano) et on s'est à peine étonné d'assister aux leçons des surpuissantes KTM et Ducati sur le Red Bull Ring. En ce sens, la suite du calendrier (Misano, Barcelone, Le Mans, Aragon x2, Cheste x2 et Portimao) offrira de bons terrains de jeu pour le talent du tricolore et pour sa machine.
La machine, justement : ces derniers jours, le Niçois a admis que les gros problèmes techniques rencontrés par Yamaha l'avaient contraint à modifier sa façon de piloter. "L'an dernier, tout était parfait, a-t-il souligné dans des propos relayés par nos confrères de Motorsport.com. Nous n'avions pas le moindre problème sur la moto. J'ai eu des difficultés et je pilote de manière différente pour gérer l'accélération, avec ma position. Maintenant, je dois m'adapter."
Malgré cela, les essais réalisés en milieu de semaine, ainsi que les deux premières séances d'essais libres ont prouvé qu'il n'avait rien perdu de sa vitesse, tant sur un tour que sur des simulations de course. L'orage est peut-être passé. Encore faut-il apercevoir une éclaircie pour en avoir la certitude. Vivement dimanche.

Fabio Quartararo (Yamaha Petronas SRT) sur le cicuit de Misano, le 12 septembre 2020

Crédit: Getty Images

Motocyclisme
Une communication radio en MotoGP ? L'idée étudiée, les pilotes partagés
15/09/2020 À 08:26
Grand Prix de Saint-Marin
Quartararo positive après son dimanche noir : "Je vais apprendre de mes erreurs"
13/09/2020 À 17:12