Ce devait être une saison d'acharnés. Une lutte à couteaux tirés. Mais plus le championnat avance, plus la tendance change. Car depuis trois Grands Prix, une tête dépasse. Vainqueur à Doha puis au Portugal, où il avait également décroché la pole, Fabio Quartararo (Yamaha Factory) s'est encore détaché, samedi, en s'offrant une nouvelle position de pointe au Grand Prix d'Espagne. Le prodige niçois fonce, sans laisser la moindre place au doute, alors que tous ses rivaux oscillent entre le bon et le moyen.
Le Français a eu la bonne idée de faire le plein de confiance avant d'arriver "chez lui". Depuis qu'il a débarqué en catégorie reine, le pilote de 22 ans a fait de Jérez son territoire : quatre poles sur quatre possibles, deux victoires en trois tentatives. En attendant la quatrième, ce dimanche. Sur le papier, "El Diablo" n'a pas beaucoup de marge. En qualification, il n'a repoussé son premier poursuivant et ancien coéquipier Franco Morbidelli qu'à 57 petits millièmes. "Ça a été une des qualifications les plus difficiles, a-t-il assuré sur Canal+. J'étais vraiment à la limite. J'ai failli tomber."
Grand Prix d'Espagne
Quartararo opéré avec succès
04/05/2021 À 13:38
En réalité, "El Diablo" est bel et bien le grandissime favori. Aux essais, les simulations de course qu'il a effectuées l'ont convaincu, même sur des pneus usés. Aucun des autres candidats ne dispose d'autant de certitudes, sur ce Grand Prix en particulier comme sur l'ensemble du début de saison : Joan Mir est resté en retrait au Qatar, Maverick Viñales et Johann Zarco ont flanché au Portugal.
Si on peut bloquer un peu Fabio et Franco
Quartararo a donc l'occasion de mettre un premier gros coup de massue sur la tête de ses rivaux en alignant un 3e succès consécutif, ce que personne n'a fait depuis... Marc Marquez, en 2019. "Je vais faire de mon mieux pour rester devant, a commenté le Français en conférence de presse. Mais ceux qui sont en première et en deuxième ligne sont tous très rapides." Le Niçois a identifié la plus grosse menace : le départ.
À l'extinction des feux, Quartararo sera entouré de trois Ducati, avec Miller, Bagnaia et Zarco postés aux troisième, quatrième et sixième rang respectifs. Ces trois-là pourraient profiter de la supériorité de leur machine italienne au départ pour contenir une éventuelle échappée du leader du Mondial. "Avec cette capacité, si on peut bloquer un peu Fabio et Franco, il y a peut-être moyen de faire une bonne course", a analysé Johann Zarco. Et d'offrir un nouveau doublé à la France ?

Fabio Quartararo (Yamaha Factory) lors des essais libres du Grand Prix d'Espagne, le 1er mai 2021, à Jérez

Crédit: Getty Images

Grand Prix d'Espagne
Quartararo n'est pas un cas isolé : le syndrome des loges menace tous les pilotes
03/05/2021 À 21:34
Grand Prix d'Espagne
Une opération, et après ? "Aucun souci à se faire", rassure le chirurgien de Quartararo
03/05/2021 À 16:28