On a eu beau chercher, impossible de trouver un avantage à se retrouver dans la situation actuelle de Fabio Quartararo. Lui semble pourtant l'avoir trouvé. Samedi, avant, pendant et après la qualification du Grand Prix de Valence, le Français a semblé tirer profit d'un vaste relâchement lié au degré de difficulté de sa mission, puisqu'il paraît impossible qu'il puisse combler les 23 points le séparant de Francesco Bagnaia.
Réaliste et détaché de toute la charge mentale qui avait franchement alourdi son casque tout au long de l'été et au début de l'automne, "El Diablo" ne se pose plus de questions. Ça s'est vu lors de la chasse à la pole, où il fut capable de grappiller de précieux centièmes et une quatrième place sur la grille malgré une machine en grande difficulté dans les secteurs un et quatre. Et ça pourrait encore se voir dimanche.
Grand Prix de Valence
Quartararo : "Après la course, c'était dur..."
06/11/2022 À 19:43
"Quand ton objectif est si clair, il n'y a aucune énergie à dépenser pour autre chose, a-t-il expliqué dans des propos rapportés par Motorsport.com. Avant, on pouvait se dire : 'Au départ, je vais faire ça puis ça...', alors qu'en fait, quand tu arrives au premier virage, tu n'as pas de plan. C'est du feeling. Là, c'est bien car il n'y a pas de plan." En réalité, il y en a un. Même il est si élémentaire qu'il ne peut pas réellement être considéré comme tel.

Devant Quartararo, trois affamés

Pour avoir une chance de conserver son titre, Quartararo doit dans tous les cas s'imposer. "C'est la seule chose que je puisse faire, a-t-il insister. Je me sens bien, je pars d'une bonne position, le rythme est bon, les pneus aussi. Je me sens en confiance." Durant le dernier entraînement, "El Diablo" a effectivement été capable d'aligner les tours rapides, grâce notamment aux pneus plus durs apportés par Michelin.
En qualification, il a démontré pouvoir prendre plus de risques pour attaquer. Et aurait même trouvé un réglage électronique intéressant pour hausser son rythme. Bref, il est prêt pour se mêler à une bagarre qui promet d'être acharnée. Pour les trois hommes de la première ligne, Jorge Martin, Marc Marquez et Jack Miller, la victoire aurait une signification particulière. Le premier n'a pas encore gagné cette saison, le second doit matérialiser son retour au meilleur niveau, le troisième va ponctuer son aventure chez Ducati...

Fabio Quartararo (Yamaha) au Grand Prix de Valence, le 5 novembre 2022

Crédit: Getty Images

En prime, ces trois-là sont tous des "late-brakers", ce qui ne devrait pas faciliter la tâche du pilote tricolore. Qu'importe. "Pendant la saison, on ne fait jamais de dépassement que je qualifierais 'd'idiot', où la part de risque est vraiment importante, a souri le pilote Yamaha. Mais dimanche, c'est le jour où je peux tenter tout ce que je veux ! [...] C'est le point positif qu'il y a à tirer de cette situation..." Ça promet.
Grand Prix de Valence
La plus grande remontée de l'histoire : comment Bagnaia a privé Quartararo du titre
06/11/2022 À 16:41
Grand Prix de Valence
Pas de miracle pour Quartararo, Bagnaia au sommet
06/11/2022 À 13:42