Le contexte

Ce duel ultime sera-t-il aussi indécis que la finale féminine fut prévisible ? C’est du moins ce que l’on peut espérer, tant Novak Djokovic et Daniil Medvedev ont tous les repères nécessaires pour briller et faire durer le suspense sur la Rod Laver Arena dimanche. Pour le numéro 1 mondial, une statistique suffira : sur la même scène, il a remporté ses 8 précédentes finales. Il est même double tenant du titre et reste sur 20 victoires à Melbourne. Vingt, c’est également le nombre de succès d’affilée du Russe depuis novembre dernier et le Masters 1000 de Paris-Bercy. Autant dire que les deux loustics ne manquent pas de confiance.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44
Mais aussi sûrs d’eux soient-ils, les deux finalistes n’ont pas vraiment traversé la quinzaine de la même manière. Pour Djokovic, l’affaire a même failli mal tourner. Déjà chahuté par Frances Tiafoe au 2e tour, il s’est fait une belle frayeur au 3e contre Taylor Fritz en se blessant aux abdominaux alors qu’il menait deux sets à zéro. Finalement vainqueur au bout des cinq manches, il a alors, selon ses propres dire, pris le risque de rester dans le tournoi uniquement parce qu’il s’agissait d’un Grand Chelem. Malgré une communication floue autour de son mal et une polémique, bien lui en a pris puisqu’il a su gérer la douleur et surmonter les obstacles un à un, lâchant à chaque fois un set en huitième et en quart. Avant de clairement accélérer en demi-finale face à l’invité surprise Aslan Karatsev.

Karatsev n'a pas démérité, mais Djoko était trop fort : le résumé d'une demie à sens unique

Daniil Medvedev, de son côté, n’a connu qu’une anicroche dans ce qui a ressemblé jusqu’ici à une marche triomphale : un 3e tour finalement remporté au finish face à Filip Krajinovic, validant ainsi la première victoire de sa carrière au bout des 5 sets après six échecs en Grand Chelem. On lui promettait des chocs infernaux face à Andrey Rublev ou encore Stefanos Tsitsipas ? Il les a écartés sans coup férir, sûr de son fait, lui qui a battu tous les membres du Top 10 ces trois derniers mois (et pour certains plusieurs fois) à l’exception d’un Roger Federer blessé et absent.
Djokovic lui-même n’a donc pu résister à la tornade russe au Masters de Londres. Un match récent que les deux joueurs auront sûrement en tête quand ils pénétreront sur la Rod Laver Arena dimanche. Mais cette fois, il s’agira bien d’une finale de Grand Chelem, la 28e pour le numéro 1 mondial, la 2e seulement pour le Russe. Et les enjeux seront de taille pour les deux hommes : un 18e sacre en Majeurs rapprocherait un peu plus le Djoker de ses rivaux historiques Nadal et Federer (20), tandis que le grand Daniil pourrait devenir le premier membre de la fameuse "NextGen" à éclater le plafond de verre en Grand Chelem. Qui gérera le mieux la pression ? Le début de match devrait y répondre.

Face-à-face

  • Le bilan des confrontations entre les deux hommes est (très) légèrement à l’avantage de Novak Djokovic qui mène 4-3.
  • Mais le duel le plus récent a donc tourné à l’avantage de Daniil Medvedev qui s’est imposé en deux sets secs (6-3, 6-3) en phase de poules du Masters de Londres 2020, avant d’aller chercher le tournoi dans la foulée. Le Russe a même gagné trois des quatre dernières rencontres.
  • Au meilleur des cinq sets, il y a eu deux précédents : un 1er tour de Coupe Davis en 2017 gagné en quatre manches par le Serbe sur abandon (3-6, 6-4, 6-1, 1-0 ab.), puis un huitième de finale en Grand Chelem déjà à Melbourne en 2019 qui a aussi tourné à l’avantage de Djokovic (6-4, 6-7, 6-2, 6-3). Medevev n’a donc jamais battu le numéro 1 mondial dans ce format long.

Djokovic : "Avec tout le respect du monde, ils ont encore beaucoup de travail"

Leurs parcours

Novak Djokovic
1er tour : bat Jérémy Chardy [FRA] (6-3, 6-2, 6-1)
2e tour : bat France Tiafoe [EU] (6-3, 6-7[3], 7-6[2], 6-3)
3e tour : bat Taylor Fritz [EU/N.27] (7-6[1], 6-4, 3-6, 4-6, 6-2)
1/8e de finale : bat Milos Raonic [CAN/N.14] (7-6[4], 4-6, 6-1, 6-4)
1/4 de finale : bat Alexander Zverev [ALL/N.6] (6-7[8], 6-2, 6-4, 7-6[6])
1/2 finale : bat Aslan Karatsev [RUS/Q] (6-3, 6-4, 6-2)
Daniil Medvedev
1er tour : bat Vasek Pospisil [CAN] (6-2, 6-2, 6-4)
2e tour : bat Roberto Carballes Baena [ESP] (6-2, 7-5, 6-1)
3e tour : bat Filip Krajinovic [SER/N.28] (6-3, 6-3, 4-6, 3-6, 6-0)
1/8e de finale : bat Mackenzie McDonald [EU] (6-4, 6-2, 6-3)
1/4 de finale : bat Andrey Rublev [RUS/N.7] (7-5, 6-3, 6-2)
1/2 finale : bat Stefanos Tsitsipas [GRE/N.5] (6-4, 6-2, 7-5)

Ils ont dit

Novak Djokovic : "Medvedev joue un tennis de très haut niveau en ce moment. Il est sur une série de 20 victoires, c’est juste l’homme à battre en fait. Mais je suis prêt pour la bataille, ce sera le match le plus dur du tournoi. Le fait de n’avoir perdu aucune finale ici me permet de me sentir plus à l’aise, plus en confiance. Mais ce ne sera pas un facteur décisif dimanche."
Daniil Medvedev : "C’est le favori parce qu’il n’a perdu dans aucune de ses 8 précédentes finales. Je suis le challenger et j’en suis heureux. J’aime jouer contre Novak : depuis notre premier duel, nous avons toujours eu des matches durs, aussi bien physiquement que mentalement. Oui, nous allons tous les deux ressentir de la pression, moi parce que je veux gagner mon premier Majeur, et lui parce qu’il espère remporter son 18e. Mais je pense que si on prend du recul, je n’ai rien à perdre."

Trois stats à avoir en tête

2. Déjà assuré de toucher son meilleur classement lundi, Daniil Medvedev sera au pire sur la 3e marche du podium mondial lundi. Mais s'il s'impose dimanche, il s'intercalera entre Novak Djokovic et Rafael Nadal en 2e position. Ce serait un évènement. Depuis le 18 juillet 2005, les deux premières places du classement ATP ont été monopolisées par les membres du "Big Four", Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray. De nombreux joueurs ont réussi à se hisser au 3e rang, de Del Potro à Wawrinka en passant par Ferrer, Zverev ou Raonic, mais personne, depuis Lleyton Hewitt à l'été 2005, n'est monté plus haut.
5. Jouer sa demi-finale le jeudi, est-ce un réel avantage puisque cela assure 24 heures de repos supplémentaire avant la finale ? L'histoire récente suggère que non. Lors des dix dernières éditions de l'Open d'Australie, l'équilibre est parfait : le vainqueur de la finale avait joué cinq fois le jeudi, et cinq fois le vendredi. Qui plus est, dans la mesure où les deux finalistes de cette édition 2021 ont remporté leur demie en trois sets, ce facteur propre au Grand Chelem australien ne devrait guère peser.
5. Novak Djokovic a perdu 5 sets (deux contre Taylor Fritz et un contre Frances Tiafoe, Milos Raonic et Alexander Zverev) lors de ses six premiers matches. Jamais, sur le chemin de ses 27 premières finales majeures, il n'avait laissé trainer autant de sets en cours de route. Jusqu'ici, il n'en avait pas concédé plus de quatre, ce qui lui était arrivé à trois reprises : US Open 2010, Roland-Garros 2012 et Wimbledon 2014.

Notre avis

Pour retrouver les pronostics de la rédaction et de nos consultants, cliquez ici.
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59