Getty Images

Après sa victoire face à Del Potro : Nadal, le tueur chanceux

Nadal, le tueur chanceux

Le 08/06/2018 à 21:56Mis à jour Le 08/06/2018 à 22:12

ROLAND-GARROS - Vainqueur de Juan Martin Del Potro en demi-finale vendredi, Rafael Nadal est en finale Porte d’Auteuil pour la onzième fois. Mais, à l’écouter, les choses auraient pu tourner autrement face à l'Argentin. Surtout dans un premier set accroché et qui s’est joué à peu de choses.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Del Potro toujours : "Je crois que je jouais mieux que lui au début du match". Difficile de lui donner tort. L’espace de cinquante minutes, le Chatrier croyait bien tenir là son monument, son match référence d’une quinzaine qui en manque cruellement pour l’instant. Mais Rafa en a décidé autrement. Implacable. Inarrêtable. Et chanceux.

Vidéo - 50 minutes de combat puis une boucherie : Nadal a balayé Del Potro

02:59
" Avec son service, c’était tellement compliqué"

Voilà un adjectif qui ne correspond pas au buffle majorquin et sa faculté à tout contrôler. Mais, pourtant, en conférence de presse, le numéro un mondial s’est défini ainsi. Chanceux de s’en être sorti face aux coups de boutoir de Del Potro : "Avec son service, c’était tellement compliqué. Il servait fort et tapait super fort sur les premiers coups, c’était difficile d’arrêter ça, a expliqué Nadal. Et moi, quand je servais, j’aurais dû avoir le contrôle. Mais quand j’ai servi, je lui ai donné trop de possibilités de me breaker".

Puis, réaliste, il a lâché : "J’ai été chanceux. Chanceux ou je ne sais pas trop comment le définir mais j’ai réussi à convertir les points importants". Mais, justement, quelle est la recette du chef Rafa, celle qui laisse ses concurrents sur le carreau ? Même lui ne semble pas savoir répondre autrement que simplement par sa philosophie : toujours y croire. "Je crois que dans une vie, dans une carrière, il y a une quantité limitée d’opportunités, a -t-il avoué. A chaque fois que j’ai eu ces chances, j’ai simplement essayé de les convertir".

Rafael Nadal en route pour un 11e titre à Roland-Garros ?

Rafael Nadal en route pour un 11e titre à Roland-Garros ?Getty Images

"L’idée, c’est d’essayer de faire des choses"

Mais, quand on connaît Nadal, son attitude sur le court et sa façon de voir les choses, difficile de croire à la théorie du "petit bonheur la chance". S’il y en a bien un qui ne laisse rien au hasard, c’est lui. Alors, il a finalement corrigé ses propos. Il s’est "senti chanceux" mais n’a pas forcément eu "de la chance". Là est toute la nuance selon lui.

"La chance, c’est quand des choses arrivent alors que tu ne les veux pas. Mais quand les choses arrivent parce que tu cherches à les avoir, je n’appellerais pas cela de la chance, a-t-il détaillé. Il y a toujours de la chance mais l’idée c’est d’essayer de faire des choses. On pourrait dire qu’à ce moment-là, précis, les choses sont sorties de la façon que je voulais". Voilà pour la masterclass de philosophie positive by Rafael Nadal.

Rafael Nadal

Rafael NadalGetty Images

0
0