1re étape : Roglic, le coup de semonce

Double vainqueur sortant, favori pour le classement général… et favori du jour ? Primoz Roglic attaque la première étape avec le statut de champion olympique en titre du contre-la-montre, mais sur un chrono court (7,1 km) qui comprend une descente potentiellement dangereuse, on imagine qu’il ne prendra (peut-être) pas tous les risques. Que nenni, le Slovène de la Jumbo-Visma frustre Alex Aranburu (Astana - Premier Tech) pour 6 secondes et annonce la couleur : le boss du Tour d’Espagne, c’est bien lui.

Roglic glouton, Bardet alléchant et chien dangereux : le résumé de la 1re étape

Mondiaux sur route
Pourquoi Voeckler ne mise pas tout sur Alaphilippe (et a bien raison)
IL Y A 16 MINUTES

4e étape : Jakobsen, l'émotion d'un miraculé

Fabio Jakobsen est redevenu coureur cycliste. Mais pas seulement. Un an après avoir évité le pire de peu sur le Tour de Pologne, propulsé dans les barrières par son compatriote Dylan Groenewegen, le sprinteur néerlandais se présente avec ambition sur cette Vuelta. Il a, déjà, regagné, lors du Tour de Wallonie (2 étapes). Mais sur un Grand Tour, c’est autre chose. C’est ainsi avec émotion que Jakobsen s’adjuge la 4e étape. Il ajoutera deux bouquets à sa collection édition 2021.

Jakobsen a eu la peau de Démare au dernier moment : l'arrivée de la 4e étape

5e étape : Elissonde, leader presque gêné, Bardet touché

Rein Taaramäe (Intermarché Wanty Gobert Matériaux) avait pris le pouvoir deux jours plus tôt. C’est au tour de Kenny Elissonde de prendre le flambeau. Il le doit à sa belle performance de l’avant-veille… mais surtout à une chute qui a bloqué Taaramäe et par ailleurs coûté toute chance de bon classement général à Romain Bardet (DSM). Le Français de l’équipe Trek-Segafredo ne manque pas de le souligner. Mais il savoure tout de même ce maillot rouge - "Je vais l’encadrer" – qu’il ne portera qu’une journée.

La frayeur : la chute qui a envoyé Bardet, Taaramäe et tant d'autres au tapis

7e étape : Valverde, l’effroyable chute

L’image est glaçante. Alejandro Valverde tente de se glisser dans un contre initié par Richard Carapaz (INEOS Grenadiers). Mais c’est dans un virage qu’il glisse. L’Espagnol de 41 ans passe sous la glissière de sécurité. Le soulagement prédomine lorsqu’il remonte sur son vélo. Quelques minutes plus tard, il est contraint à l’abandon. La scène est poignante… la suite de sa carrière semble compromise. Mais le leader charismatique de Movistar a depuis affirmé qu’il serait dans le peloton lors de la saison 2022.

Chute glaçante : Valverde passe sous une glissière de sécurité, le pire est évité

10e étape : Roglic au sol, Eiking en rouge, Martin dauphin

Primoz Roglic surprend son monde. Il laisse bien volontiers le maillot rouge de leader à Odd Christian Eiking (Intermarché Wanty Gobert Matériaux), qui le prend pour moins d’une minute par rapport à un Guillaume Martin (Cofidis) qui ne le revêtira pas. Mais surtout, le Slovène attaque dans une ascension de deuxième catégorie. Il lâche tout le monde… puis chute. Le duo Mas-Lopez de la Movistar le reprend, mais pas celui d’INEOS Grenadiers (Bernal-Yates). "Sans risque, pas de gloire", résume-t-il.

Le maillot rouge au sol : Roglic a joué avec le feu et il s'est brûlé... sa chute en vidéo

13e étape : Sénéchal, joker de luxe

Jakobsen a remporté le classement par points de cette Vuelta. Plus trois étapes, donc. Mais lors du treizième jour de course, il s’est manqué. Asphyxié par ses propres coéquipiers. A l’arrivée, c’est son coéquipier, le Français Florian Sénéchal, qui l’a brillamment suppléé, dominant Matteo Trentin (UAE Emirates) au sprint. Ce premier succès en World Tour a valu à Sénéchal une discussion tendue avec son leader désigné, à chaud. Mais le duo de Deceuninck-Quick Step s’est vite rabiboché.

Quand Jakobsen flanche, Sénéchal assure : le résumé de la 13e étape

14e étape : Bardet remonte le temps

Beaucoup de temps de perdu et un genou douloureux. Romain Bardet sait depuis plusieurs jours qu’il n’est plus un candidat au podium de cette Vuelta. Mais il a un autre objectif : gagner une étape. C’est chose faite au terme de la 14e, au sommet du Pico Villuercas. Il a pris son envol au cœur d’une échappée dont il était le meilleur grimpeur, pour renouer avec la victoire en Grand Tour, quatre ans après son finish mémorable à Peyragudes sur le Tour.

Délivré, Bardet relève enfin les bras : revivez son arrivée victorieuse

17e étape : Bernal fait tapis, Roglic rafle la mise

Une attaque d’un cador à 61 kilomètres de l’arrivée. C’est rare. C’est beau. Et c’est l’œuvre d’Egan Bernal. Le lauréat du Giro 2021 et du Tour de France 2019, 7e du classement général après 16 jours de course, doit tenter de loin pour espérer remporter cette Vuelta. Primoz Roglic peut voir venir… mais il saute dans sa roue. Les deux hommes se lancent dans une folle aventure. Bernal paie ses efforts dans l’ascension des Lacs de Covadonga, au contraire de Roglic, qui assoit sa domination.

Le moment où la Vuelta a basculé : la fugue de Bernal et Roglic à 61 kilomètres du terme

19e étape : Cort Nielsen puissance trois

Magnus Cort Nielsen a réalisé un Tour d’Espagne éblouissant. Il compte déjà deux victoires sur cette Vuelta au matin de l’antépénultième étape, qui lui sied parfaitement. Le Danois d’EF Education - Nippo parvient à intégrer une échappée qui fait la nique au peloton jusqu’au bout, dans un duel haletant qui rompt avec le format classique, du jeu du chat et de la souris. Cort Nielsen profite du travail de son équipier Lawson Craddock et domine facilement ses compagnons d’escapade. Et de trois pour lui.

Le peloton a tout donné, les échappés ont résisté, Cort Nielsen a brillé : le résumé de la 19e étape

20e étape : Champoussin, bouquet final du feu d’artifice

Cette dernier étape en ligne, de moyenne montagne, est palpitante, débridée. INEOS Grenadiers (Bernal et Yates) et Bahrain-Victorious (Jack Haig) font tout pour monter sur le podium, où figurent deux coureurs de la Movistar (Mas et Lopez). Haig y parvient, tandis que Lopez est le piégé du jour. Vainqueur en montagne deux jours auparavant, le Colombien perd pied et quitte la Vuelta dans un scénario digne d’un film… ou d’une série. Clément Champoussin (AG2R Citroën) signe quant à lui un succès tonitruant, devant Roglic. Un point final superbe - d’un prisme français - apposé à une journée mémorable.

Jusqu'au bout, Champoussin s'est arraché : pour sa première victoire, le Français a régalé

21e étape : Roglic, le coup de grâce

Primoz Roglic avait mis un point d’honneur à gagner la première étape. Il en est de même de la dernière. Le Slovène avale Enric Mas dans le dernier kilomètre d’un contre-la-montre que Cort Nielsen espérait gagner. Roglic le devance de 14 secondes. Quatre étapes dans la besace et un troisième sacre : le leader de la Jumbo-Visma est un lauréat comblé. Mas et Haig l’accompagnent, dans cet ordre, sur le podium de la 76e Vuelta qu’Arnaud Démare termine notamment "Fanny", au rang des déceptions pour le clan tricolore.

Roglic gobe Mas sur le chrono avant de remporter la Vuelta : son final magistral en vidéo

Cyclisme
Houle : "Je ne serais pas surpris de voir Lopez revenir chez Astana"
20/09/2021 À 17:40
Primus Classic
Sénéchal a fini le boulot avec brio, Alaphilippe et Van der Poel se sont testés
18/09/2021 À 17:32