Il pouvait difficilement mieux fêter ça. Un ballon délicieux pour offrir l'ouverture du score à Stevan Jovetic, un but tout en puissance pour donner un break d'avance à Monaco, une omniprésence dans tous les aspects du jeu pour finir d'écoeurer le milieu stéphanois : Aurélien Tchouaméni a montré vendredi face à Saint-Etienne (0-4) pourquoi Sylvain Ripoll lui a fait une place dans sa sélection pour la phase de groupes de l'Euro U21. Quitte à donner sa chance à un novice chez les Bleuets pour une échéance aussi importante, autant parier sur le Monégasque. Sa saison va dans ce sens.
Tchouaméni n'a pas attendu ce déplacement à Geoffroy-Guichard pour briller. Il s'est imposé depuis la fin de l'été dernier comme un maillon fort de l'équipe de Niko Kovac. Sa puissance et son impact à la récupération se lisent dans les statistiques : avec 3,5 tacles réussis et 1,7 interception par match, selon le site whoscored, il est parmi les milieux de Ligue 1 les plus performants dans les deux domaines cette saison. Ce qui explique en partie pourquoi il est le joueur le plus utilisé au sein de l'effectif dirigé par le technicien croate, avec 2503 minutes de temps de jeu toutes compétitions confondues.
Euro U21
De Camavinga à Puig, en passant par Tonali : tour d'horizon du grand cru européen
24/03/2021 À 10:20

Un joueur complet

En partie seulement. Au sein d'un duo particulièrement complémentaire avec Youssouf Fofana, Tchouaméni prend une influence grandissante sur l'animation offensive monégasque. Sa prestation face à Saint-Etienne a été l'éclatante confirmation de l'évolution de son jeu. Mais devenir un joueur complet n'est pas la seule priorité du milieu de 21 ans. "Je pense que je dois gagner en régularité sur un match, en essayant de ne pas avoir de temps faibles, disait-il avant la victoire face au PSG (0-2), un match où il avait rayonné dans l'entrejeu. Et ensuite avoir un peu plus de statistiques aussi. Mais mon boulot c’est davantage de donner de l’équilibre à cette équipe, de la stabiliser en faisant le lien entre la défense et l’attaque."

Nouveau Modric ou successeur d’Haaland : les 5 pépites à suivre lors de l’Euro Espoirs

Ce travail, il le fait de mieux en mieux. Ce n'est pas une surprise. Son potentiel sautait déjà aux yeux du temps où il évoluait dans les équipes de jeunes à Bordeaux, son club formateur qu'il avait rejoint à l'âge de 12 ans après avoir fait ses gammes à Artigues. Le natif de Rouen y a gravi les échelons, contribuant notamment au titre de champion de France U19 et la montée de la réserve en National 2. Ses performances lui ont permis de fréquenter toutes les sélections de jeunes chez les Bleus. Et quand la chance de débuter enfin chez les pros a tardé à venir, Tchouaméni ne s'est pas impatienté comme beaucoup de joueurs de son âge l'aurait fait. Il a continué à travailler en attendant son heure.

L'éloge du travail

Elle a fini par arriver à Bordeaux. Mais surtout à Monaco, qui n'a pas hésité à mettre 18 millions d'euros sur la table pour convaincre les Girondins de lui céder leur jeune milieu de terrain fin janvier 2020. Après six mois d'adaptation, tronqués par la crise sanitaire, Tchouaméni explose cette saison sous les ordres d'un Niko Kovac conquis. "C’est vrai qu’Aurélien progresse vraiment bien, commentait l'entraîneur monégasque après la première convocation de son joueur chez les Espoirs. Match après match, il a su élever son niveau. Il répond présent à chaque fois et comprend parfaitement ce que je lui demande. Il mérite clairement cette sélection. Ces performances ont montré qu’il était vraiment au niveau et qu’il travaille dur."

Pourquoi il faut (vraiment) y croire pour les Bleuets

Tchouaméni, ce n'est pas seulement l'éloge de la patience même si c'est tout relatif compte tenu de son jeune âge. C'est aussi celui du travail pour un jeune qui disait vouloir s'inspirer de Paul Pogba dans les colonnes de Sud-Ouest quand il était à Bordeaux. Son allure sur le terrain et son style de jeu se prêtent assez bien à la comparaison, toutes proportions gardées. Son parcours en sélection aussi. Avant de briller chez les A, le milieu mancunien s'était affirmé comme l'un des maillons forts des différentes équipes de jeunes tricolores. Tchouaméni a suivi une trajectoire assez similaire jusqu'ici, en attendant de poursuivre cette ascension chez les Espoirs.

Des arguments pour briller chez les Bleuets

L'Euro U21 lui donne un cadre idéal dans cette optique. Même si les places sont chères tant la sélection de Sylvain Ripoll regorge de talents. Malgré le forfait d'Houssem Aouar, l'entrejeu des Bleuets a fière allure avec Eduardo Camavinga, Boubacar Kamara, Boubakary Soumaré ou Mattéo Guendouzi. Le sélectionneur n'a que l'embarras du choix mais Tchouaméni lui offre de multiples options. Si le rôle qui correspond le mieux à ses caractéristiques est probablement celui de relayeur, le Monégasque peut également occuper celui de sentinelle. Au-delà de ses performances en club, c'est l'un des arguments qui peut lui offrir du temps de jeu dans ce championnat d'Europe.
Il lui appartiendra d'utiliser chaque minute aussi bien qu'il l'a fait cette saison avec Monaco. Et de taper dans l'œil des nombreux recruteurs prêts à scruter le tournoi pour dénicher l'oiseau rare. Chelsea et le Real Madrid auraient déjà un œil sur celui qui est de plus en plus souvent décrit comme le patron d'une équipe monégasque revenue sur le devant de la scène en Ligue 1. L'ascension de Tchouaméni n'est pas étrangère au renouveau du club de la Principauté. Mais elle pourrait bien se poursuivre ailleurs que sur le Rocher si le jeune milieu de terrain confirme tout son talent chez les Bleuets.

Koundé, Camavinga, Gouiri... votre onze type des Bleuets

Euro U21
Un scénario cauchemardesque et le rêve des Bleuets s'arrête en quarts
31/05/2021 À 17:58
Euro U21
Une victoire et les quarts : Les Bleuets ont fait le job
31/03/2021 À 17:51