Le jeu : Chelsea n'a même pas tremblé, Guardiola s'est trompé

Pep Guardiola avait tenté un all-in en alignant d'entrée De Bruyne, Bernardo Silva, Mahrez, Foden et Sterling dans un 3-4-3 en losange sur phase offensive. Résultat, une équipe sans sentinelle, coupée en deux, un milieu de terrain en souffrance et une pauvreté offensive qui a miné les ambitions mancuniennes. Très vite, trop vite, Chelsea a pris l'ascendant en piégeant Guardiola et ses hommes dans leur dos. Manchester a eu un mal fou à appréhender la profondeur lors de la première demi-heure et c'est sur un double appel de Werner et Havertz que cette finale a basculé.
Euro 2020
"Le mec est retraité depuis 10 ans et bat mon pays entier" : Quand Thierry Henry dégoûte De Bruyne
20/06/2021 À 15:54
Après une première demi-heure dingue et riche en situations, ce but de l'Allemand (42e) a logiquement récompensé l'équipe la plus audacieuse. La suite fut passionnante, tendue de bout en bout en dépit d'une rencontre très pauvre en occasions. La seconde période fut un combat et sur le ring, Chelsea est injouable depuis janvier. Il a fallu la sixième minute du temps additionnel pour voir Riyad Mahrez faire passer un frisson dans le camp des Blues. Samedi soir, il n'y a avait pas photo et Chelsea l'a bien mérité.

Kanté Ballon d'Or ? "On peut rêver mais on se met le doigt dans l’oeil"

Les joueurs : Havertz et Kanté indispensables, Mahrez et Foden à côté de la plaque

Kai Havertz n'avait jamais marqué en Ligue des champions. Il a choisi le meilleur moment pour débloquer son compteur. Au-delà de son but, l'Allemand a dirigé la manœuvre avec autant de cœur que de talent. Derrière lui, N'Golo Kanté, élu homme du match, a encore tissé sa toile et éteint le milieu de City. Fantastique passeur décisif, Mason Mount a défendu comme un damné et envoyé au paradis Havertz. Quel volume de jeu… Bien sûr, Timo Werner a encore beaucoup raté mais ses courses ont libéré des espaces comme sur l'unique but du match.
A City, les stars ont disparu. A l'image de Riyad Mahrez et Phil Foden qui n'ont jamais su accélérer ou faire des différences. Avant de sortir sonné, Kevin De Bruyne a vu son pouvoir de nuisance fondre sous la pression intense du milieu des Blues. Derrière, Oleksandr Zinchenko a lâché son marquage sur Havertz et sa responsabilité est engagée sur le but londonien. Seul Kyle Walker, incroyable contre-attaquant et formidable combattant, a surnagé.

La stat : 0

Au XXIe siècle, aucune équipe novice en finale de la Ligue des champions ne l'a remportée. Manchester City a fait comme le PSG l'an dernier ou Tottenham en 2019 : les Mancuniens ont payé pour apprendre.

Le facteur X : La blessure de Kevin De Bruyne

A l'heure de jeu, Antonio Rüdiger a séché Kevin De Bruyne. Le Belge, complètement sonné et le visage tuméfié, a laissé les siens et l'international allemand, simplement sanctionné d'un jaune, est resté sur le terrain. L'un des tournants du match, assurément même si De Bruyne manquait de tranchant ce samedi. C'était compliqué avec lui, ce fut impossible sans lui.

Le tweet qui dit tout de la saison d'Edouard Mendy

La décla : Pep Guardiola, entraîneur de Manchester City

Des regrets ? Je ne sais pas... Les décisions que j'ai prises, tout ça... Le match était exceptionnel, vu que c'était notre première fois en finale.

La question : Chelsea fait-il un beau champion ?

Un magnifique champion. Chelsea n'a pas le casting cinq étoiles du PSG, n'a pas la grâce de Manchester City, n'a pas la profondeur d'effectif du Bayern Munich. Et pourtant… A l'issue d'une saison improbable, les Bleus sont des champions inattendus mais des champions incontestables. Cette victoire, c'est celle de la générosité, du don de soi, de la cohérence. Celle d'une équipe 9e et en perdition à l'hiver qui rêvait d'abord de finir dans le quatuor de tête en Premier League et ne songeait sans doute pas à vivre une telle soirée.

Chelsea win the Champions League

Crédit: Getty Images

C'est la revanche d'un effectif sans star, constitué de joueurs qui n'avaient jamais gagné de Ligue des champions. Celle d'un entraîneur, Thomas Tuchel, viré comme un malpropre du PSG à Noël et qui a dynamité un club moribond, remis sur les rails des joueurs à l'envers (Rüdiger) et les têtes à l'endroit. Celle d'un Thiago Silva, immense défenseur sans grand trophée international jusqu'au crépuscule de sa carrière et cette victoire qu'il n'espérait plus. Celle d'un gardien, Edouard Mendy, en Ligue 2 il y a trois ans, au chômage il y a six ans et champion d'Europe samedi. Celle d'une recrue à 80 millions d'euros, Kai Havertz, passée à côté de sa saison, qui a attendu la soirée la plus importante de l'année pour marquer son premier but en Ligue des champions. Quelle(s) histoire(s) !
Chelsea est un champion différent, un champion attachant qui rappelle que rien n'est écrit, même en Ligue des champions. Le champion le plus inattendu depuis… Chelsea en 2012. La boucle est bouclée. Bravo les Blues.
Ligue des champions
"La victoire de Tuchel, ce n'est pas forcément l’échec du PSG"
29/05/2021 À 23:57
Ligue des champions
Choix étranges, impuissance face à l'élève Tuchel : Guardiola a loupé son rendez-vous
29/05/2021 À 23:32