Deux mois après avoir tutoyé les cieux, en échouant en demi-finale du Mondial en Egypte, l’équipe de France va vivre un week-end comme au bord d’un précipice. Sans titre aux championnats du monde 2019 et à l’Euro 2020, et donc sans billet pour les Jeux de Tokyo, elle aura une dernière chance de poinçonner son ticket pour les JO asiatiques, à partir de ce vendredi, à Montpellier, lors d’un tournoi de qualification face à la Croatie, la Tunisie et le Portugal (dans cet ordre). Deux des quatre participants auront le bonheur de voir leur été prendre une autre dimension. Malheur aux perdants.

Une 5e olympiade inédite pour un handballeur dans le viseur

Double médaillée d’or olympique (2008 et 2012), l’équipe de France pas le droit à l’erreur, dans cette compétition ultra-ramassée, avec trois matches en trois jours. Une non-qualification ferait tâche pour la nation aux six titres de championne du monde, toujours présentes aux Jeux depuis 1992. "C’est un moment particulièrement important pour nous", a sobrement résumé Guillaume Gille, le sélectionneur. Capitaine du navire tricolore, Michaël Guigou fait de ce TQO une affaire personnelle, lui pour qui c’est l’occasion de disputer une nouvelle fois l'évènement le plus prisé des sportifs du monde entier, le dernier grand objectif de sa carrière en équipe nationale.
Championnat du monde
Pour les Bleus, des certitudes envolées ?
31/01/2021 À 17:18

Michael Guigou célèbre, avec Valentin Porte (à gauche) et Adrien Dipanda, la victoire des Bleus face à la Hongrie en quart du Mondial 2021

Crédit: Getty Images

A 39 ans, l’ailier gauche le sait, il s’apprête à vivre une occasion unique, et plutôt que de la pression, c’est l’excitation qui prédomine : "Il y a plein de motif de motivation. Ce week-end, il se peut que je dispute mes derniers matches (en équipe de France, NDLR). En cas de qualification, derrière ce sera très certainement ma dernière compétition, donc oui, je suis ultra-motivé, a ainsi expliqué le natif d’Apt en conférence de presse, mercredi. J’ai envie qu’on continue sur cette dynamique qu’on a depuis le mois de janvier, j’ai envie qu’on vive des moments forts, c’est pour ça que ça va être très puissant ce week-end".
Il fait partie des joueurs légendaires de l’équipe de France
En cas de qualification, il deviendrait, avec, peut-être, Nikola Karabatic, si le demi-centre s’est remis de sa grave blessure à un genou d’ici juillet, le premier athlète français d’un sport collectif à participer à 5 éditions différentes des Jeux d’été (en tout, 15 Français ont déjà fait autant ou plus). La statistique dit tout de sa longévité et de son incroyable carrière en Bleu, commencée il y a près de 21 ans. Vainqueur aux Jeux de Pékin et Londres, quadruple champion du monde et trois fois vainqueur de l’Euro, il est l’un des derniers joueurs encore en activité de la génération des "Experts" qui a régné de longues années sur le monde du handball.
"Tout le monde s’accorde à dire que c’est le meilleur ailier gauche de l’histoire de l’équipe de France, pose Jérôme Fernandez, coéquipier en sélection de Guigou pendant 13 ans. Moi j’ai même plutôt tendance à dire que c’est le meilleur joueur de handball qu’on ait eu de l’histoire. C’est pour moi le plus complet. Il a la qualité de dribble, de passe, la vista, l’altruisme, la capacité à scorer à l’aile, sur les penalties ou sur contre-attaque. Il a d’énormes facilités à transmettre le ballon à n’importe quel coin du terrain, que ce soit en transition ou en attaque placée. C’est un garçon qui a un état d’esprit fantastique, qui ne cherche pas forcément à se mettre en avant… Même aujourd’hui, j’ai du mal à me dire que Michaël Guigou n’a pas été élu au moins une fois meilleur joueur du monde", juge le recordman de buts en équipe de France (1463), également consultant pour Eurosport.
Ca va être la guerre pendant trois jours
"Il fait partie des joueurs légendaires de l’équipe de France, il n’y a qu’à regarder son palmarès, embraye Philippe Gardent, entraîneur du club de Toulouse en D1 et consultant pour TMC, qui diffusera le TQO. Comme d’autres de sa génération, il nous a vraiment éclaboussé de son talent. Il fait partie de la vingtaine de joueurs qui ont marqué l’histoire de leur sport". Un esthète du handball qui compte bien, surtout, ne pas finir sur une mauvaise note. Déjà détenteur d’une expérience gargantuesque, le joueur de Nîmes peut aussi s’appuyer sur son vécu du TQO disputé avec succès en 2008, le seul de l’équipe de France au 21e siècle.

Bientôt à 1 000 buts en équipe de France

"C’était un contexte différent, a tempéré Guigou lorsque la question lui a été posée. A l’époque, je pense qu’on était au-dessus, face à l’Espagne, la Tunisie, et la Norvège, qui n’avait pas son niveau d’aujourd’hui. On était chez nous, il y avait du public, on était sur une autre dynamique de domination. Aujourd’hui, même si on a fait une dernière belle compétition, ça va être la guerre pendant trois jours", image le capitaine tricolore, qui pourrait atteindre ou dépasser ce week-end la barre des 1 000 buts en sélection (il en est à 992), un accomplissement que seuls Fernandez, Nikola Karabatic, et Frédéric Volle ont réussi jusque-là.
Dans ce duel aux faux-airs de jeux du cirque, il n’y a en effet que peu de place pour la défaite, tandis qu’avec deux victoires d’entrée, les Français seraient déjà assurés d’aller à Tokyo. "On n’a pas envie de se retrouver à jouer une finale face au Portugal (dimanche, lors du dernier match du TQO)", a ainsi affirmé Valentin Porte. C’est donc un gros défi qui s’imposera d’entrée aux Français, ce vendredi (21h00), face à la Croatie de Luka Cindric et Dumagoj Duvnjak, vice-championne d’Europe en titre mais qui sort d’un Mondial raté (élimination au tour principal), qui a amené au limogeage de Lino Cervar, remplacé depuis par Hrvoje Horvat.
Il faut montrer qu’on a plus envie d’aller aux Jeux que les autres
Près de deux mois après leur épopée plutôt réussie au Caire, où en sont les Bleus ? Ils ont récupéré, déjà, deux joueurs importants qui leur avait manqué dans le dernier carré : Luka Karabatic, parton de la défense avec Ludovic Fabregas, et Timothey N’Guessan, l’un des artilleurs tricolores. Le groupe est, sinon, quasiment identique à celui du Mondial, Karl Konan, réintégré au groupe à la dernière minute après la blessure à la cheville d'Aymeric Minne, étant le seul petit nouveau avec le Nantais, tandis que Prandi et Pardin sont toujours sur le flanc.
"Les chances de qualification sont grandes. Je pense qu’on a la meilleure équipe", pronostique Philippe Gardent, rejoint par Jérôme Fernandez : "Il faut que l’équipe de France se concentre sur elle-même. Si elle est performante et confiante, elle a ses chances de se qualifier". "Là ils ont eu une semaine de stage à la maison du handball (à Créteil), donc j’espère que ça va leur permettre de gagner en sérenité", analyse Gardent.

Un tournoi disputé sur ses terres

A raison, puisque l’objectif, en plus de la qualification, bien sûr, sera de se montrer beaucoup plus régulier en janvier, et d’éviter un ascenseur émotionnel permanent. Un point sur lequel Michael Guigou a prévu de sensibiliser ses coéquipiers, qui ont l’avantage, malgré le manque de public, de jouer à domicile, dans les heures précédant le coup d’envoi du TQO : "Je veux surtout axer mon discours de capitaine sur ce qui nous a manqué lors du dernier carré. Il faut montrer que nous avons plus envie d’aller aux Jeux que les autres".
Guigou, lui, sera en plus porté par l’envie de briller chez lui, à la Sud de France aréna de Montpellier, lui qui a arboré pendant 20 ans les couleurs du MHB, un club avec lequel il a remporté deux Ligue des champions, les seules du hand tricolore. "C’est une déception de venir à Montpellier sans public, sans mes amis, tous les supporters du sud qui me suivent depuis de nombreuses années. Je vais venir dans une bulle à 500 mètres de ma maison où je ne vais pouvoir voir ni ma femme ni ma fille, on ne va pas avoir de soutien pendant le match, on est déçu... Mais il faut que j’enlève cette frustration et, quand je serai sur le terrain, je serai concentré sur la qualification". On compte en tout cas sur lui pour porter, par le geste et la parole, ses coéquipiers et se donner l’occasion d’écrire, cet été, dans le plus beau des écrins, la dernière page d’une immense aventure.

Kentin Mahé félicite Michael Guigou

Crédit: Getty Images

Championnat du monde
"Ce groupe s’est forgé dans la douleur" : Ces Bleus ont des nerfs en acier
27/01/2021 À 23:17
Championnat du monde
"On est juste en quart de finale" : les Bleus gardent les pieds sur terre, et c'est tant mieux
24/01/2021 À 23:02