La lumière vient souvent de lui. Samedi à Dijon, Moise Kean a une nouvelle fois mis le PSG sur le bon chemin. L'Italien a rapidement ouvert la marque d'un but opportuniste pour conclure un bon travail initié par Kylian Mbappé et relayé par Abdou Diallo. C'était déjà son 16e but toutes compétitions confondues pour sa première saison parisienne. Le tout en 29 matches. Cela donne un ratio assez remarquable pour un élément de 21 ans amené à jouer les doublures quand il a été recruté dans la dernière ligne droite du mercato l'été dernier. Mais Kean offre bien plus que des buts.
Podcast : Qui est le meilleur étranger de l'histoire en Ligue 1 ?
Paris avait déjà pu mesurer l'étendue de son apport durant la première moitié de saison. L'Italien avait admirablement compensé l'absence longue durée de Mauro Icardi à la pointe de l'attaque parisienne. Le retour aux affaires du buteur argentin depuis le début de l'année aurait pu signifier la fin de cette période dorée. Bien au contraire, Kean a continué de briller dans des instants cruciaux pour le PSG. En particulier à Barcelone (1-4). Au Camp Nou, il a prouvé sa capacité à être performant au niveau le plus relevé dans une équipe parisienne privée de Neymar et Angel Di Maria.
Ligue 1
Pochettino : "Si nous gagnons les onze matches restants, nous serons champions"
02/03/2021 À 14:54

Le Barça, un acte de naissance

Ce match a révélé des qualités pas forcément faciles à deviner chez Kean. Il avait déjà été précieux pour Paris en Ligue des champions, à l'image de son doublé sur le terrain de Basaksehir en phase de groupes (0-2). Qu'il reste décisif dans un tour à élimination directe face à un adversaire plus prestigieux constituait déjà un cap à franchir. Qu'il le soit à un poste inhabituel d'ailier droit où il a compensé l'absence d'Angel Di Maria rendait la tâche un peu plus délicate. Qu'il parvienne à maîtriser tous les aspects de son rôle, notamment défensifs avec un client comme Jordi Alba à contrôler, laissait craindre que le défi soit trop grand pour lui.

Brest-PSG en 16e de finale : un souvenir "zlatanesque" pour les Bretons en 2014

Mais celui qui en est sorti grandi, c'est bien Kean. En dégageant une force de caractère qui symbolisait parfaitement l'état d'esprit du PSG ce soir-là. En affichant une détermination et un sens du dévouement de tous les instants. En dépassant ses fonctions constamment pour optimiser le niveau collectif de l'équipe parisienne. "C'était comme voir Eto'o (avec l'Inter) au Camp Nou, s'enthousiasmait à juste titre le quotidien italien La Gazzetta dello Sport. Ou peut-être Mandzukic. Des joueurs capables de jouer milieu, attaquant, défenseur si besoin. Des joueurs qui disent 'j'obéis', et se sacrifient."

Le premier choix sur l'aile droite ?

Kean ne manquait déjà pas d'atouts. Son profil, un mélange de vitesse et de puissance avec un instinct prononcé dans la finition, donnait déjà de la diversité à la ligne d'attaque parisienne. Mais sa polyvalence et sa combativité ne sont pas loin d'en faire un élément indispensable dans la formation de Mauricio Pochettino. "Je suis très content de son rendement, de son implication et aussi de son énergie sur le terrain, a souligné l'entraîneur parisien, "pas surpris" par sa capacité à "jouer sur tout le front de l'attaque."

PSG - Pochettino "pas surpris" par les performances de Kean

Un secteur où les places sont toujours plus chères au PSG. Kean a mérité ses galons de titulaire dans le 4-2-3-1 de Pochettino. Si son poste de prédilection reste celui d'avant-centre, c'est probablement sur l'aile droite que l'Italien peut se faire une place dans le onze type du technicien argentin. Angel Di Maria n'y a pas toujours donné satisfaction dans une saison délicate. L'ancien Madrilène voit débarquer un drôle de concurrent en la personne de Kean. Parce que l'Italien a brillé dans ce rôle à Barcelone. Parce qu'il donne aussi davantage d'options tactiques en cours de match pour Pochettino. Et surtout parce qu'il offre un meilleur rendement à l'approche de la dernière ligne droite de la saison.

Un avenir à Paris ?

La question est maintenant de savoir si ce sera la seule pour Kean sous le maillot parisien. L'Italien devait compenser le numériquement le départ d'Eric Maxim Choupo-Moting l'été dernier. Paris cherchait une solution à peu de frais et a saisi l'opportunité d'un prêt sans option d'achat. Compte tenu des performances de Kean, cela en fait déjà une affaire en or. Mais le réserviste de luxe est devenu un titulaire en puissance et Paris a toutes les raisons de tenter de le conserver. "C'est vrai qu'un joueur comme lui, c'est quelqu'un qu'on n'a pas envie de perdre. Il est très jeune, il a devant lui un futur très important, c'est sûr", résumait Leonardo sur France Bleu Paris récemment.
Mais si la performance de l'Italien à Barcelone a été positive pour le PSG, elle a aussi augmenté la valeur marchande de l'attaquant transalpin sur le marché des transferts. Everton réclamerait désormais 80 millions d'euros pour le libérer. Une somme trop élevée pour un club parisien qui doit limiter ses dépenses avec la crise sanitaire. Paris espèrerait ainsi un nouveau prêt du joueur des Toffees avec option d'achat. Mais cette formule trouvera difficilement un écho du côté des dirigeants anglais si Kean continue de marcher sur l'eau.

Un but, seulement... Kean n'est pas satisfait : "Demain, je vais m'entraîner encore plus"

Coupe de France
Une victoire facile et Paris rejoint un autre dernier carré
IL Y A 2 HEURES
Coupe de France
Besoin de rythme ou risque de blessure : Neymar, l'éternel dilemme
IL Y A UN JOUR