Les Tops

  • Lens - Angers, on s'est régalé
Il y avait un peu d'enjeu et cela aurait pu paralyser Lens et Angers. Il n'en a rien été. Le Racing et le SCO n'ont pas renié leurs principes et ont offert un spectacle de grande qualité pour ouvrir le week-end. Avec un scénario bien ficelé, des visiteurs particulièrement entreprenants en première période, un coaching gagnant de Franck Haise pour renverser la situation après la pause, et un but de l'inusable Romain Thomas pour récompenser l'abnégation angevine. Mais surtout, une qualité de jeu, deux collectifs cohérents de bout en bout pour prouver que la place de deux clubs dans le haut du tableau ne devait rien au hasard. Des matches comme ça, on en redemande.
Ligue 1
OM : Le TAS aurait suspendu la sanction de Gueye
IL Y A 29 MINUTES
  • Marquinhos, l'homme à tout bien faire
Le PSG pourra empiler autant de stars qu'il voudra, Marquinhos restera invariablement son élément indispensable. Le capitaine parisien l'a encore confirmé à Saint-Etienne. Impérial en défense, comme à son habitude, le Brésilien a rappelé combien il pouvait apporter dans le domaine offensif avec un doublé salvateur : un premier coup de casque en fin de première période pour égaliser, un deuxième au bout de la seconde pour sceller définitivement le succès du leader de Ligue 1. Le défenseur auriverde était l'homme à tout bien faire du PSG à Geoffroy-Guichard. Comme souvent.
  • La semaine sainte de Laborde
On l'avait laissé qualifiant le Stade Rennais pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa grâce à son triplé face au Vitesse Arnhem, Gaëtan Laborde est encore sorti de sa boîte pour se montrer décisif ce dimanche à Lorient. Si Jérémy Doku a fait le break, c'est bien lui qui a senti le coup sur la faute de main de Paul Nardi pour ouvrir le score. Un 9e but en Ligue 1 et surtout un 14e toutes compétitions confondues en 20 matches cette saison. Personne ne fait mieux dans l'Hexagone puisque Jonathan David (Lille) en est à 12 buts et que Kylian Mbappé s'est arrêté à 9. Parmi les attaquants français, le seul Karim Benzema (15 buts en 17 matches) fait mieux. Allô, DD ?

Gaëtan Laborde (Rennes)

Crédit: Getty Images

  • La muraille Lopes
A la lecture du résultat, un succès sur la pelouse de Montpellier sans encaisser de but, on pourrait penser que Peter Bosz a réglé ses problèmes défensifs. Après tout, l'OL avait encaissé 8 buts sur ses trois derniers matches complets en championnat et n'avait gardé sa cage à zéro qu'à deux reprises. A ce titre, le résultat obtenu est une vraie satisfaction. Il doit en fait énormément à un Anthony Lopes des grands soirs. Capable de se hisser au niveau du statut de meilleur gardien de l'Hexagone, l'international portugais a brillé à La Mosson, repoussant cinq tentatives adverses et étant un vrai gage de sûreté pour ses partenaires qui ont tout de même laissé les Montpelliérains frapper 14 fois au but.
  • Payet, lumière dans le marasme
L'OM et le dimanche soir, ce n'est toujours pas ça. Une semaine après la honte à Lyon, un mois après une insipide victoire dans la grisaille clermontoise, les Phocéens n'ont guère fait d'étincelles au Vélodrome en clôture de la journée. Il fallait un Dimitri Payet particulièrement inspiré pour offrir un peu de football contre Troyes. Le Réunionnais a visiblement su tirer un trait sur ce jet de bouteille reçu en pleine tête une semaine plus tôt. Ses inspirations et sa vision du jeu pour Arkadiusz Milik, ou encore sur la percée décisive de Pol Lirola, ont été les seuls coups d'éclat d'un match bien terne. C'est simple, sur les huit passes clés réalisées par Marseille dimanche, le meneur de jeu en a signé… huit. Un petit festival, mais aussi le signe d'une Payet-dépendance que l'OM devra tenter d'atténuer ces prochaines semaines.

Les Flops

  • Tristes Lillois
Incapable de remporter la moindre de ses six dernières rencontres en Ligue 1, le champion de France commence à faire peine à voir. Depuis sa victoire qu’on pensait de référence face à l’OM lors de la 9e journée, il ne se passe plus rien dans le Nord de la France. Et ce samedi face à Nantes (1-1), ce n’est pas tant la faute à Jonathan David, qui a vu son penalty détourné par Alban Lafont. Mais surtout à un collectif qui n’arrive tristement plus à être dominant sur la scène nationale, quel que soit le niveau de l’équipe qui se dresse en face. Avec seulement quatre victoires cette saison, le LOSC a déjà encaissé la bagatelle de 22 buts, soit quasiment autant que lors de l’entièreté du dernier exercice (23). Douzième, la formation de Jocelyn Gourvennec doit à tout prix redresser le tir avant la trêve hivernale.

Jonathan Bamba - Lille

Crédit: Getty Images

  • Ce Bordeaux tient mal le temps
Les amateurs de suspense sont servis avec les Girondins de Bordeaux cette saison. Mais pas sûr que ses supporters apprécient tant que ça l'irrégularité chronique de leur équipe. Contre Brest dimanche, les hommes de Vladimir Petkovic ont une nouvelle fois gâché l'occasion de grappiller des points précieux. Devant au score juste avant la pause au terme d'une première période plutôt aboutie, les Bordelais se sont totalement désunis au retour des vestiaires, et les Brestois en ont profité pour tout renverser, bien aidés par le cadeau de Mangas sur l'égalisation de Le Douaron. Bordeaux a déjà perdu 11 points après avoir ouvert le score en 15 journées, dont sept au Matmut Atlantique. C'est beaucoup trop pour une équipe en lutte pour le maintien et désormais barragiste.

Benoît Costil, le gardien de Bordeaux, contre Brest (1-2) en Ligue 1, le 28 novembre 2021

Crédit: Getty Images

  • Retard à l’allumage fatal pour Nice
Cela a fonctionné via un scénario hitchcockien face à Lyon (victoire 3-2), puis à Angers et Clermont (succès 1-2). Mais cette fois, ce n’est pas passé. L’OGC Nice a refait le coup de la première période loupée… sans parvenir à inverser la tendance ce samedi. D’où une défaite à domicile face à Metz (0-1) qui fait tache : les Aiglons étant dauphins au coup d’envoi, et les Messins derniers. "On a pris l’habitude de mal commencer les matches et de quand même les gagner et on pense que ça va se passer tout le temps comme ça, mais le foot te punit", a résumé Dante au micro de nos confrères de Canal Plus.
  • Montpellier galère contre les gros
Onzième, le MHSC version Olivier Dall'Oglio peine à passer un cap après "l'ère Der Zakarian". Contre l'Olympique Lyonnais, les Montpelliérains n'ont pas démérité, contraignant Anthony Lopes à un match très sérieux pour maintenir sa cage à zéro (six arrêts, cinq en seconde période). Mais les joueurs de la Paillade ont fini capot (0-1), comme toujours contre les gros. Car si Montpellier ne pointe qu'à la 11e place, c'est par son incapacité à élever son niveau contre les "cadors" de Ligue 1. Les Héraultais ont perdu six matches en quinze journées, tous contre les équipes européennes (à Paris, contre Marseille, à Lille, à Monaco, à Rennes, et donc contre Lyon). Le reste du bilan - cinq victoires et quatre nuls - a une toute autre saveur.
Ligue 1
Bordeaux veut stopper l'hémorragie : Coupet nouvel entraîneur des gardiens
IL Y A UNE HEURE
Ligue 1
Fofana encore là, rouge injustifié, règle absurde : les tops et flops de la 21e journée
IL Y A 18 HEURES