Florian Bogner (Eurosport Allemagne) : Bayern - PSG 2-1

Pourquoi 2-1 pour le Bayern ? Le Bayern va l'emporter parce qu'il sait comment obtenir un résultat à ce niveau. La défense est bien reposée, Boateng et Davies ayant manqué le choc contre Leipzig ce week-end, pour lequel ils étaient suspendus. Bien sûr, l'absence de Lewandowski est un gros coup dur, mais le Bayern ne peut pas se plaindre au vu de la liste des absents du Paris Saint-Germain.
Le meilleur atout du Bayern, c'est sans doute son milieu de terrain qui, avec Kimmich, Goretzka et Müller tourne sur tous ses cylindres et peut produire buts et passes décisives à tour de bras. Mais défensivement, les champions d'Europe ont parfois du mal à tenir leur cage inviolée cette saison, alors je vois bien le PSG inscrire un but mercredi, ce qui lui permettrait de rester optimiste avant le retour.
Ligue des champions
Benfica, Berne et Malmö qualifiés pour la phase de groupes
24/08/2021 À 20:59

Choupo-Moting ne change rien pour le Bayern… mais facilite la tâche du PSG

Maxime Dupuis : Bayern - PSG 2-0

Sept mois et des poussières plus tard, le revoilà face à face. En finale de la Ligue des champions, Paris avait dû composer sans joueurs en fin de contrat, les Cavani ou Thiago Silva partis avant le dessert, avec un Verratti diminué aussi. Mercredi à l'Allianz Arena, ça ne sera pas beaucoup mieux, avec un milieu dépeuplé et des latéraux qui battent de l'aile.
Alors certes, le Bayern ne pourra pas compter sur Robert Lewandowski, meilleur joueur de l'année écoulée, ni sur son remplaçant présumé Serge Gnabry, mais il se dégage des champions d'Europe une sérénité et une maîtrise à toute épreuve, aux antipodes d'un PSG qui manque de constance. Lille étant le dernier exemple en date de cet état de fait. Sauf à réaliser le match parfait, ce qui n'est pas impossible tant Paris a les défauts de ses qualités, on a du mal à imaginer le PSG faire trébucher le Bayern mercredi.

Christophe Gaudot : Bayern - PSG 3-1

Le propre des grands c'est d'avoir des certitudes en toutes circonstances. Paris voudrait bien en être et à bien des égards son parcours 2020 pourrait lui valoir un carton d'invitation à cette table. Oui mais, Paris a tant douté qu'il semble impossible de l'imaginer ne pas le faire encore et encore. Le Bayern Munich en revanche... Le géant bavarois aurait des raisons de se poser des questions avant ce quart de finale aller. Déjà parce qu'il s'agit d'une revanche et aborder un tel rendez-vous est parfois plus simple dans la position du chasseur que dans celle du chassé.
Avec l'absence de Robert Lewandowski évidemment ensuite. Je crois pourtant que ce Bayern sait ce qu'il doit faire et comment il le doit le faire. Je crains en revanche que le Paris Saint-Germain ne sache pas vraiment comment se comporter. Faut-il profiter des nombreuses absences adverses dès ce premier rendez-vous ? Faut-il serrer les dents avant le match retour au Parc des Princes ? Autant de questions dans la tête d'une équipe qui vit une période difficile après la défaite face à Lille en Ligue 1. Je vois bien le Bayern ouvrir la marque très rapidement. Ce serait un énorme coup dur pour Paris et l'assurance de vivre 90 minutes d'angoisse.

Clément Lemaitre : Bayern - PSG 2-1

Avec les forfaits de Robert Lewandowski et de Serge Gnabry mercredi, le Bayern Munich sera amoindri sur le plan offensif. Mais le champion d'Allemagne en titre reste une machine bien rodée qui a su assurer l'essentiel le week-end dernier à Leipzig, son concurrent direct pour le titre. Il restera cependant Thomas Müller, Kingsley Coman ou Leroy Sané pour animer le jeu offensif.
Avec les absences conjuguées d'Alessandro Florenzi et Leandro Paredes, le PSG sera moins armé pour le contrecarrer. En défense, ça reste toujours aussi solide avec le trio Neuer-Boateng-Alaba. En face, ça ira vite avec Neymar et Kylian Mbappé, qui a su se montrer très efficace dans un match qui compte lors du huitième de finale aller de C1 à Barcelone (4-1). Mais sa forme du moment lui permettra-t-il de rééditer cette prestation ?

Cyril Morin : Bayern - PSG 0-0

Faut-il attendre un choc, un blockbuster hollywoodien ce mercredi à l’Allianz Arena ? C’est un peu vite oublié que les manches aller entre deux géants européens ont souvent déçu dans l’histoire récente. Le sel de ces confrontations en deux manches tient souvent uniquement dans le retour. Collectivement, le Bayern s’avance avec une supériorité indiscutable. Mais sans sa meilleure gâchette et avec l’inattendu Choupo-Moting pour finir, difficile d’imaginer une fessée, surtout face à un Keylor Navas toujours plus décisif.
De l’autre côté, Paris risque de surjouer le contre et la transition offensive incarnée par son duo Neymar-Mbappé. Un peu léger pour faire trembler la meilleure équipe d’Europe, dont le dernier rempart possède déjà l’avantage psychologique face aux attaquants adverses. Dès lors, entre un PSG qui pourrait se contenter de limiter la casse et un Bayern pas forcément attiré à l’idée de tenter le diable sous peine de se découvrir, pas sûr que les buts pleuvent. Ce nul aurait le mérite de ne condamner personne et de reporter la grande explication d’une petite semaine.

Guillaume Maillard-Pacini : Bayern - PSG 2-1

Des deux côtés, les absents sont nombreux. Mais l'impression dégagée est aux antipodes. Le Bayern, depuis toujours, donne l'impression d'être plus fort que tout. Lewandowski est forfait ? Pas grave, on avance. Gnabry aussi ? Dommage, mais on avance encore. La confiance est l'arme du club bavarois. Depuis toujours. Une particularité autant qu'une force. Le collectif au-dessus de la simple individualité. Mais sur le papier, l'absence de l'international polonais risque quand même de peser.
"Mia san mia" : La confiance, ADN des Bavarois
Le PSG, lui, n'a pas été épargné non plus ces derniers jours. Florenzi, Verratti... Sans les Italiens, c'est toujours plus compliqué. Mais là, le ressenti est toutefois différent. Comme si les tuiles prenaient un malin plaisir à tomber avant chaque grand rendez-vous au fil des années. Comme s'il ne pouvait en être autrement. Les supporters parisiens, eux, préfèrent parfois en plaisanter sur les réseaux sociaux, entre fatalisme et auto-dérision. Mais qu'ils se rassurent : Neymar sera là. Mbappé aussi. En contre, c'est probablement l'arme fatale. Le match s'annonce équilibré entre deux équipes qui ne vont probablement pas abattre toutes leurs cartes à l'aller. L'objectif est simple : être toujours en vie au retour.

Martin Mosnier : Bayern - PSG 1-0

Le Bayern n’est pas la meilleure équipe du monde depuis un an pour rien. Alors que le PSG s’avance chancelant, miné par une défaite face à Lille qui a entamé sa confiance et par des absences au milieu qui ont exposé sa faiblesse, le Bayern sort ragaillardi du week-end après sa victoire sur Leipzig. Bien sûr, il avance, lui aussi, largement affaibli par les forfaits (Lewandowski, Gnabry) mais il semble davantage sûr de sa force et de son collectif.
Le Bayern ne doute pas, le Bayern ne doute jamais. Face à l’implacable machine bavaroise et ses ailiers de feu, le PSG, déplumé sur les ailes de sa défense, aura bien du mal à résister. D’autant que ses deux meilleurs atouts, Kylian Mbappé et Neymar, sont en plein doute. Les champions d’Europe en titre referont le coup de Lisbonne (1-0). Paris a trop de carences collectives et individuelles pour espérer mieux.

Pochettino : "Le Bayern est actuellement la meilleure équipe d'Europe"

Laurent Vergne : Bayern - PSG 2-1

Un déplacement chez le tenant du titre constitue un défi "kolossal" pour les Parisiens. Pourtant, comme contre le Barça au tour précédent, c'est sans doute là que le champion de France doit poser les fondations d'une possible qualification. Compte tenu de ses difficultés actuelles au Parc, alors qu'il voyage si bien (sept victoires de suite toutes compétitions confondues), le PSG a tout intérêt à frapper fort mercredi. Même une courte défaite le placerait dans une situation délicate.
Les deux clubs ont leurs soucis, mais à ce niveau de la compétition, la vraie grande équipe est celle qui parvient à surmonter ses troubles du moment ou l'absence de joueurs-clés. Il n'y a pas d'excuses à chercher, que des solutions à trouver. Lewandowski n'a pas d'égal, mais le Bayern, qui a marqué au moins une fois lors de ses 63 derniers matches, a les moyens de le remplacer. Paris aura besoin d'un grand Neymar et/ou d'un Mbappé en mode Camp Nou. Le PSG n'a bouclé qu'un seul de ses 43 derniers matches de C1 sans but. On vous laisse vous souvenir quand c'était...

Manuel Neuer face à Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
De Bruyne, des fractures mais son Euro ne serait pas en danger
30/05/2021 À 11:33
Ligue des champions
Chelsea s'offre aussi un statut de tête de série pour la prochaine C1 : tous les chapeaux
30/05/2021 À 07:55