Dans un format exigeant et resserré tel qu’un championnat du monde, il ne suffit pas seulement, pour aller au bout, de disposer d’une équipe-type en forme. La différence vient souvent de la profondeur de banc dont disposent les prétendants au titre et outsiders. Et c’est cette notion qu’a mis en évidence Guillaume Gille, ce vendredi, pour le deuxième match de l’équipe de France au Caire, aisément remporté face à l’Autriche (28-35). En changeant plus de la moitié (4 joueurs) de son sept de départ, pour faire souffler des joueurs comme Kentin Mahé, Ludovic Fabregas, ou encore Timothey N’Guessan, sorti de la feuille de match et ménagé suite à une douleur ressentie à un adducteur, le sélectionneur tricolore a voulu concerner tout son groupe.
Je me suis tenu à disposition de l'équipe
Jean-Jacques Acquevillo, appelé de dernière minute dans le groupe bleu suite à la blessure d’Elohim Prandi et qui a profité de la mise au repos de Timothey N’Guessan pour faire ses premiers pas dans une grande compétition internationale avec le maillot tricolore, incarne ainsi la réussite du turn-over opéré par Gilles. "[Le match] s’est bien passé, on a engrangé une victoire importante pour nous, je suis content de mon entrée, ce n’était pas prévu, mais c’est comme ça, ça arrive dans les championnats du monde. Il faut être prêts à faire des rotations. Je me suis tenu à disposition de l’équipe, a raconté, au micro de beIN Sports, l’arrière gauche de Nîmes après la rencontre. Guillaume (Gilles) m’a fait confiance, j’ai essayé d’amener ce que je pouvais, les mecs m’ont aidé à rentrer dans le match !".
Handball
Un nouveau départ de poids pour Paris ? Remili annoncé du côté de Kielce
07/06/2021 À 10:01
Solide en défense, percutant offensivement et surtout précis (3/3 au tir), il a pleinement pris sa part du festival tricolore. Romain Lagarde avant lui au même poste, avait aussi réussi son début de match, lançant parfaitement les Bleus en compagnie de son ex-partenaire du HBC Nantes Nicolas Tournat, pivot peu utilisé jusqu’ici. D’où la bonne ambiance sur le banc et les nombreux sourires aperçus tout au long de la rencontre côté tricolore, comme par exemple celui de Nedim Remili après ce deuxième succès d’affilée : "Les rotations ont permis à tout le monde de se découvrir dans ce championnat du monde à l’image de Jean-Jacques Acquevillo, pour qui c’était les premiers pas dans un Mondial. Ça nous a fait plaisir de le voir marquer, sur son premier but on a tous sauté. On est contents que tout le monde puisse apporter sa pierre à l’édifice et à l’équipe".
Cela nous permet d'envisager la suite avec plus de sérenité
La faiblesse de l’opposition invite forcément à ne pas trop voir la vie en rose, surtout que le duo Dipanda-Tournat a d'abord manqué d’imperméabilité derrière, laissant les Autrichiens plus ou moins dans le coup jusqu’en début de seconde période, et le retour de l’habituelle défense composée de Ludovic Fabregas et Luka Karabatic. Mais ces trous défensifs ont permis de mettre en valeur un autre joueur laissé sur le banc face à la Norvège : le gardien du PSG Vincent Gérard. Habituel titulaire des Bleus, pas assez décisif lors de la double confrontation face à la Serbie avant le Mondial, l’ancien Montpelliérain avait vu Wesley Pardin briller depuis le bord du terrain, et a répondu avec la manière.

France's pivot Ludovic Fabregas attempts to score during the 2021 World Men's Handball Championship match between Group E teams Austria and France

Crédit: Getty Images

"Vincent a été l’homme du match également (comme Pardin face à la Norvège, NDLR), ça fait plaisir de voir que nos deux gardiens se tirent la bourre dans le bon sens, je suis vraiment très content de l’équipe aujourd’hui", a d’ailleurs noté Remili, toujours au micro de beIN Sports. Auteur de 17 parades (39% de réussite), l’ancien Montpelliérain a permis aux Bleus de garder leurs distances, et rassuré son coach : "Les deux performances de nos gardiens permettent de compter sur eux, on sait qu’on pourra s’appuyer sur eux en cas de coup dur de l’un ou de l’autre", a réagi Guillaume Gille. "C’est bon pour la confiance parce que ça nous donne des bases solides, cela nous pose comme équipe et nous permet d’envisager la suite avec plus de sérénité", a analysé l’ancien demi-centre à propos de ces rotations réussies, où l’on doit aussi faire figurer l’ailier Hugo Descat et le couteau suisse Valentin Porte, tous deux précieux en seconde période pour continuer de faire la course en tête.
En une semaine, l’équipe de France semble avoir lancé une dynamique collective vertueuse et n’a pas manqué, cette fois, de valider son billet pour le tour principal. Vers lequel Gille ne se projette pas trop vite, comme il l’a rappelé : "On a le dernier match du tour préliminaire qui sera très important. Il faudra rentrer dans ce tour principal avec le maximum de points pour pouvoir s’ouvrir le chemin vers les quarts de finale". Une victoire face à la Suisse, lundi (18h), assurerait aux Bleus de compter, quels que soit les qualifiés du groupe E, quatre unités et d’être en position idoine pour leur entrée dans cette deuxième phase, où ils croiseront avec les équipes du groupe F, dont le Portugal, bourreau des Français l’an passé à l’Euro.
Championnat du monde
Pour les Bleus, des certitudes envolées ?
31/01/2021 À 17:18
Championnat du monde
Mahé l’altruiste et Remili le polyvalent : Un duo pour emmener les Bleus au sommet
14/01/2021 À 05:25