Eurosport

Rob Huff désigne Yvan Muller comme favori pour le titre

Huff désigne Muller comme favori pour le titre
Par Eurosport

Le 22/03/2013 à 17:51

Le Britannique Rob Huff remet son titre mondial en jeu à partir de ce week-end à Monza. Passé chez SEAT, il se donne peu de chances face au Français Yvan Muller, en dépit d'un statut passé d'officiel à privé Chevrolet.

Le Championnat du monde de voitures de Tourisme (WTCC) reprend ses droits ce week-end. Et pour la cinquième fois de son existence après 1987, 2005, 2006 et 2012, l'autodrome national de Monza et sa grande histoire sont un écrin parfait pour cette manche d'ouverture, au Nord de Milan. Le tout alliant continuité et renouvellement. La liste des engagés, tout d'abord, comprend un record de 24 pilotes, prêts à courir dans douze pays différents, dont la Russie, pour la première fois hôte d'un championnat majeur de la Fédération internationale de l'Automobile. Et puis, si Chevrolet n'est plus présent comme constructeur officiel mais reste en lice à titre privé via l'équipe privée RML qui le représentait, tandis que Honda rejoint la série en tant que constructeur "usine", ainsi que Lada.

Tout ceci a mené à une redistribution des cartes, qui a concerné en premier lieu le champion du monde en titre, Rob Huff. Sacré avec Chevrolet en novembre dernier à Macao, le Britannique a sauté dans le baquet d'une SEAT, engagée par l'équipe allemande ALL-INKL.COM Münnich Motorsport, championne du monde en titre de FIA GT. "Je n'en peux plus d'attendre de courir avec le numéro un sur ma voiture!", trépigne le natif de Cambridge. "En même temps, ça va être une rude saison. La SEAT (Leon) est une excellente auto, mais elle a quand même six ans. Gabriele [Tarquini] a fait des merveilles, mais il ne pouvait pas vraiment concurrencer les Chevrolet. Je dois être réaliste, mais je suis en même temps optimiste. Mon ambition est de gagner quelques courses et de décrocher des podiums supplémentaires. Dès le début des tests, je me suis senti à l'aise dans la voiture et avec l'équipe. Ils sont épatants, mais ça m'a fait une impression différente après neuf ans passés chez RML. Ils parlaient tous l'allemand au lieu de l'anglais !"

"Tout le monde pense qu'Yvan est l'homme à battre"

Question mécanique, Rob Huff a eu du mal à se faire une opinion précise en une journée d'essais. "J'ai du mal à en énumérer les points forts", confie-t-il. "Ce serait dur de comparer la Leon à la Chevrolet, qui a été la voiture la plus rapide ces dernières années. La première impression a été bonne, le moteur m'a paru puissant, le châssis a réagi d'une façon qui m'a rappelé la Cruze. La voiture est équilibrée et se comporte bien." Le seul inconvénient est que le bolide espagnol, qui mené Yvan Muller (2008) puis Gabriele Tarquini (2009) à la consécration, n'a pas été développé récemment. Mais il espère aider l'équipe à le faire.

Au moment d'évaluer ses chances de défendre son titre, Rob Huff ne se voit pas comme le premier nom de la liste. "Je ne suis pas du genre à parier. Tout le monde pense qu'Yvan est l'homme à battre. Je le connais très bien et la Chevrolet peut être rapide", annonce-t-il, à propos du triple champion du monde Français (2008, 2010, 2011), qui poursuit l'aventure au sein de l'équipe RML. "Mais Gabriele [Tarquini] et Tiago [Monteiro] seront également compétitifs car ils ont fait plein d'essais (ndlr : avec la Honda Civic apparue fin 2012). Et puis, il y a d'autres gens à considérer. Quiconque installé dans une Chevrolet, à savoir Nash, Chilton, MacDowall, les gars de BMW, ainsi que Thompson et LADA. Ils ont travaillé un an sur la voiture et je suis sûr qu'ils ont bien progressé. Je compte me battre avec eux mais impossible de dire qui a le meilleur matériel avant le début des roulages à Monza. J'espère quand même que nous allons en énerver quelques un pendant la saison."

0
0