SPORTIFS FRANÇAIS 2021

10. Antoine Dupont (Rugby) - 45 points
9. Perrine Laffont (Ski acrobatique) - 59 points
8. Romain Cannone (Escrime) - 61 points
7. Ludovic Fabregas (Handball) - 62 points
6. Earvin Ngapeth (Volley) - 92 points
5. Sébastien Ogier (Rallye WRC) - 108 points
4. Julian Alaphilippe (Cyclisme) - 186 points
3. Alexis Pinturault (Ski alpin) - 192 points 2. Fabio Quartararo (Moto) - 206 points
1. Mercredi 29 décembre

2. Fabio Quartararo

Sportifs de l'année
Palmarès Monde : Djokovic égale (encore) Federer avec un 3e sacre
29/12/2021 À 11:36
Sport : MotoGP
Nombre de points : 206
Nombre de citations : 25
Meilleur classement : 1er
Classement 2020 : 5e

Pourquoi lui ?

Pour la simple et bonne raison qu'il a décroché un titre de champion du monde dans une discipline où aucun autre Français n'y était parvenu avant lui. Reconnue pour son industrie automobile, grand pays de motards, la France a été capable de produire l'un des plus grands champions de l'histoire de la F1, et deux mastodontes du Rallye. Mais en plus de 70 ans de Grands Prix moto, jamais elle n'avait eu son roi en catégorie reine. Fabio Quartararo a réparé cette anomalie. Et de quelle manière.
Devenu vainqueur de Grand Prix en 2020, ce qui lui avait déjà valu une 5e place dans notre classement puisque c'était aussi une performance inédite au XXIe siècle, le Niçois est revenu beaucoup plus vite, beaucoup plus haut et, surtout, beaucoup plus fort. L'année dernière, sa dégringolade automnale aurait pu le plomber, alors que l'absence du grand champion de la discipline, Marc Marquez, avait laissé penser qu'il s'agissait d'une chance unique de rafler la couronne. La pression entourant son nouveau statut, celui de successeur de la légende Valentino Rossi chez Yamaha, aurait pu le miner.

Quartararo en mode domination : les chiffres d'une saison de champion

Mais s'attarder sur ces considérations, c'était sous-estimer l'immense talent de celui que les Espagnols ont appelé, très tôt, "El Diablo". C'était aussi négliger l'importance et la profondeur du travail que le pilote a été capable de faire sur lui-même pour mieux contrôler ses émotions, dans les bons moments comme dans les plus difficiles. Quartararo était un surdoué, un prodige comme la France n'en avait jamais eu. Il est devenu, en 2021, une machine capable de lutter, seul, contre l'armée rouge de Ducati, dont les prototypes sont autrement plus performantes et régulières que sa M1.
Avec cinq victoires cette saison, Quartararo a fait mieux que ce que l'ensemble des autres pilotes français (Laconi, Sarron et Monneret) avaient fait avant lui. Et avec cinq nouvelles positions de pointe, qui ont porté son total à quinze dans cet exercice, le Français fait déjà partie des 15 meilleurs polemen de l'histoire de son sport. Imbattable dans ses temps forts, régulier dans ses temps faibles, le pilote de 22 ans n'a jamais flanché, même lorsque son nouveau principal rival, Francesco Bagnaia, s'est révélé en fin de saison. Ce duel n'en est peut-être qu'à ses débuts. La domination de Quartararo aussi.

Son année en 5 dates

4 avril : Déçu lors du premier Grand Prix de la saison disputé à Losail, Fabio Quartararo s'impose, avec brio, sur la deuxième manche. Le Français décroche ainsi son premier succès depuis celui qu'il avait obtenu le 27 septembre 2020, avant de subir son gros coup de mou. Le voici reparti sur de bonnes bases.
18 avril : Deux semaines plus tard, le Niçois enchaîne au Portugal. Mais cette fois, c'est un récital. Parti en pole, il mène lors des 17 derniers tours (sur 25) et franchit la ligne avec près de cinq secondes d'avance sur son premier poursuivant. C'est un coup double, puisqu'il s'empare également des commandes du Championnat du monde.
2 mai : A Jérez, Quartararo est parti pour infliger un nouveau gros coup de massue sur le casque de ses concurrents. Rapidement en tête, le pilote Yamaha s'envole vers une nouvelle victoire. Mais peu après la mi-course, il commence à céder du terrain. Puis il dégringole, perdant des positions à chaque tour, au point de franchir la ligne d'arrivée au 13e rang. Alors qu'on a un temps imaginé une défaillance mécanique, le Niçois révèle qu'il a finalement souffert du syndrome des loges. "Mon bras, c'était de la pierre", concède-t-il à l'arrivée. Il sera opéré dans la foulée.
24 octobre : Au classement, "El Diablo" a encore un peu de marge mais Francesco Bagnaia fait tout pour retarder son sacre, et mettre la pression. La veille, en qualification, l'Italien s'est adjugé la pole position à domicile alors que le Français a réalisé l'une de ses pires performances dans cet exercice. Parti 15e, le Français ne panique pas et opère une remontée minutieuse et franchement impressionnante. Passé 3e au 23e tour, Quartararo devient champion du monde après la chute de Bagnaia, qui filait en tête. Il finira par perdre le podium dans les derniers virages mais qu'importe. Il a réalisé son rêve.
14 novembre : Le trophée MotoGP a cela de particulier qu'il s'agrandit tous les ans, puisque chaque champion du monde y appose une nouvelle plaque. Quartararo l'avait dit avant-même d'avoir cet honneur : ce moment, qu'il a tant de fois imaginé, serait le plus émouvant de sa carrière. "Être le premier champion du monde français, c'est très spécial, car je resterai toujours le premier, confie-t-il. Je n'ai pas de mots quand je vois mon nom sur ce trophée. J'ai toujours rêvé de devenir champion du monde MotoGP, alors je suis très heureux."

Fabio Quartararo (Yamaha) et son casque spécial après le Grand Prix d'Emilie-Romagne, le 24 octobre 2021

Crédit: Getty Images

Sportifs de l'année
Djokovic, toujours plus haut, toujours plus grand
29/12/2021 À 11:00
Sportifs de l'année
Palmarès France : Clarisse Agbegnenou première femme sacrée depuis 2006
29/12/2021 À 10:14